Crise Anglophone. Des écoles se délocalisent au Cameroun à cause de la crise anglophone

cameroun24.net Le 10 juillet 2019 549 Société Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Des établissements scolaires se délocalisent de plus en plus dans les régions anglophones du Nord-ouest et du Sud-ouest, en proie à des violences sécessionnistes marquées entre autres par la multiplication des rapts d’élèves et enseignants ainsi que la destruction d’édifices publics et privés, a-t-on constaté.


Si certaines écoles ont opté pour la création de « succursales » dans les régions francophones voisines du littoral et de l’Ouest, la plupart ont plutôt choisi de rester dans la zone anglophone « pour continuer d'assurer la formation des enfants selon les valeurs anglo-saxonnes ».

C’est le cas du Saint’s Joseph collège de Sasse à Buéa, dans le Sud-ouest. Cet établissement a décidé de d’abandonner son site construit en 1939 pour déménager dans la localité de Mutengene (Sud-ouest), soit à une cinquantaine de kilomètres de distance informe APA.   

« Le déménagement fait suite à plusieurs attaques des hommes armés. Si aucun otage n’a été tué, des enfants ont été traumatisés par des rapts à répétions, ponctués souvent de violence et il a fallu parfois payer des rançons pour obtenir leur libération », rapportent des sources concordantes.

Comme cet établissement, d’autres à l’instar du collège Saint Paul de Bojongo et le collège évangélique de Bafut qui fonctionne depuis lors à Bamenda se sont retrouvés dans la même situation pour éviter l’insécurité autour de leur école.

Trois ans après le déclenchement des violences dans cette zone face à ce qui était naguère des revendications professionnelles des enseignants et des avocats, qui dénonçaient notamment une « assimilation » de la minorité anglophone représentant 20% de la population,  la crise s’est accentuée aujourd’hui.

Dans un rapport publié en juin dernier, le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF) dénombre plus de 600.000 enfants non scolarisés dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest à cause des violences, appelant par ailleurs au « respect à l’éducation des enfants ».

Achille Mbog

Regardez

SUR LE MEME SUJET : Crise Anglophone

DANS LA MEME RUBRIQUE : Société

Facebook

ENTREZ VOTRE COMMENTAIRE





Saisissez ce code CAPTCHA code dans la zone de texte ci-dessous

LES COMMENTAIRES

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Lire aussi

  • Le gouvernement camerounais crée un nouveau timbre fiscal de 25000 FCFA pour certains documents administratifs

    Parmi ceux cités dans une circulaire du ministère des Finances, l’on retrouve des demandes d’incitations fiscales et d’abattement, des demandes de transactions fiscales et d’agréments ou d’autorisation...

  • Des solutions anti-corruption proposées au Cameroun par les Etats-Unis

    L’ambassadeur des Etats-Unis au Cameroun vulgarise auprès du gouvernement le programme Yali créé par Barack Obama.

  • Urgent : Un élève poignarde un enseignant au lycée de Nkolbisson

    Le drame est survenu ce matin aux premières heures de la journée a appris cameroun24.

  • Me Alice NKOM lance un défi à Atanga NJI le ministre camerounais de l'administration territoriale

    L'avocat camerounaise de renommée internationale a fait une déclaration choc dans la célèbre radio Balafon émettant depuis Douala la capitale économique du Cameroun a constaté cameroun24.

  • Convertisseur

    Meteo Yaoundé