Cameroun - Justice. L’accélération des procès préconisée par la Commission des droits de l’Homme

cameroun24.net Le 22 aout 1925 Société Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
La Commission nationale des droits de l’Homme et des libertés (CNDHL) du Cameroun a conseillé le gouvernement, jeudi dans un communiqué, d’œuvrer pour la célérité de la justice afin d'éviter les longues détentions relate APA.


Les présidents et rapporteurs de cette institution publique recommandent également aux pouvoirs publics l’ouverture d’enquêtes portant sur des allégations d’actes de torture, de traitements cruels, inhumains ou dégradants dont seraient victimes certains détenus, mais aussi la prise de mesures subséquentes contre les auteurs desdites maltraitances.

Au sujet des mutineries, survenues les 22 et 23 juillet dernier dans les prisons de la capitale, Yaoundé, et du chef-lieu de la région du Sud-Ouest, Buea, la Commission nationale des droits de l’Homme et des libertés demande aussi l’amélioration des conditions carcérales. Pour ce faire, un accent particulier devra être mis sur la gestion efficiente de la surpopulation dans les prisons.

Selon le ministère de la Justice, sur un total de 28.120 détenus dans les geôles du Cameroun en fin août 2015 pour une capacité initiale de 17.000, 16.441 prisonniers étaient en détention provisoire, soit 59% de la population carcérale.

Pour la CNDHL, la dégradation continue des conditions de détention dans le pays a pour origine le non-respect de certaines normes juridiques, notamment celles relatives aux délais de procédure, à l’interdiction des arrestations et détentions arbitraires ainsi que d’actes de torture ou de traitements cruels, inhumains ou dégradants, mais aussi le recours excessif à la détention provisoire par les magistrats. Cameroun : la Commission des droits de l’Homme pour l’accélération des procès

    août 22, 2019 à 15:25 104

APA-Yaoundé (Cameroun) De notre correspondant : Félix Cyriaque Ebolé Bola -

La Commission nationale des droits de l’Homme et des libertés (CNDHL) du Cameroun a conseillé le gouvernement, dans un communiqué reçu jeudi à APA, d’œuvrer pour la célérité de la justice afin d'éviter les longues détentions.
[Img : Cameroun : la Commission des droits de l’Homme pour l’accélération des procès]

Les présidents et rapporteurs de cette institution publique recommandent également aux pouvoirs publics l’ouverture d’enquêtes portant sur des allégations d’actes de torture, de traitements cruels, inhumains ou dégradants dont seraient victimes certains détenus, mais aussi la prise de mesures subséquentes contre les auteurs desdites maltraitances.

Au sujet des mutineries, survenues les 22 et 23 juillet dernier dans les prisons de la capitale, Yaoundé, et du chef-lieu de la région du Sud-Ouest, Buea, la Commission nationale des droits de l’Homme et des libertés demande aussi l’amélioration des conditions carcérales. Pour ce faire, un accent particulier devra être mis sur la gestion efficiente de la surpopulation dans les prisons.

Selon le ministère de la Justice, sur un total de 28.120 détenus dans les geôles du Cameroun en fin août 2015 pour une capacité initiale de 17.000, 16.441 prisonniers étaient en détention provisoire, soit 59% de la population carcérale.

Pour la CNDHL, la dégradation continue des conditions de détention dans le pays a pour origine le non-respect de certaines normes juridiques, notamment celles relatives aux délais de procédure, à l’interdiction des arrestations et détentions arbitraires ainsi que d’actes de torture ou de traitements cruels, inhumains ou dégradants, mais aussi le recours excessif à la détention provisoire par les magistrats.

Félix Cyriaque Ebolé Bola

Regardez

SUR LE MEME SUJET : Cameroun - Justice

DANS LA MEME RUBRIQUE : Société

Facebook

ENTREZ VOTRE COMMENTAIRE





Saisissez ce code CAPTCHA code dans la zone de texte ci-dessous

LES COMMENTAIRES

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Lire aussi

  • Atanga Nji finalement à Sangmelima

    Le ministre de l'Administration territoriale est finalement descendu sur le terrain après les émeutes qui ont secouée cette ville.

  • Pour construire une route reliant le Cameroun au Nigeria, la BAD octroie un crédit de 12 milliards de FCFA

    Le 11 octobre 2019, le chef de l’État camerounais, Paul Biya, a autorisé le ministre de l’Économie, Alamine Ousmane Mey, à signer un accord de prêt d’un montant de 17,96 millions d’euros (près de 12...

  • Le mot d’ordre de grève des transporteurs terrestres du Cameroun levé

    « Les transporteurs routiers du Cameroun prennent acte des résolutions (…) et se félicitent du dialogue social qui a prévalu ; par conséquent, décidons de lever le mot d’ordre de grève des 10 et 13...

  • Un chef secteur des Douanes limogé pour une tentative de corruption de 18 millions de FCFA

    Thomas Awono Mbede a été interpellé dans son bureau après une rixe entre agents des douanes et ceux de l'Equipe spéciale d'intervention rapide (Esir). Informé de la situation, le ministre des Finances a décidé...

  • Convertisseur

    Meteo Yaoundé