Cameroun - Réligion

Cameroun - Eglise catholique: La nonciature enquête au diocèse d'Obala

L'évêque d'Obala sommé par la très haute hiérarchie de l'Eglise catholique de s'expliquer au sujet des dénonciations qui l'accablent. C'était en date du mardi 20 Août 2013 à la Nonciature de Yaoundé.

 


Tribalisme, clientélisme, règlement de compte, malversations financières, enrichissement illicite, perversion... L'évêque d'Obala fait face à des dénonciations en cascade. Quand elles n'émanent pas de la foule des ouailles frustrées par le berger, c'est le clergé qui fait le choix d'exprimer ouvertement son ras-le-bol au prélat.

Une situation qui n'a rien de réjouissant. Le Saint-Siège, à qui rien n'échappe, en est donc au plus haut point préoccupé «tellement le climat n'est pas favorable à certains serviteurs de l'Eglise catholique qui est au Cameroun qui empilent des dossiers noirs», explique sous anonymat un spécialiste du Vatican. Pour le cas de l'évêque d'Obala, quelques jours auparavant, l'information ayant fuite tant parmi les fidèles catholiques qu'au sein du clergé, faisait état de sa convocation par le nonce-apostolique. Des témoignages attestent de l'inquiétude qu'affiche l'ordinaire des lieux à la situation qui prévaut dans le diocèse d'Obala.
Le mardi 20 aout 2013, Mgr Sosthène Bayemi était reçu en audience par Mgr Piero Pioppo. Cela est un fait anodin? « Pas du tout! » lâche une source introduite à la nonciature apostolique. L'évêque d'Obala a été appelé à s'expliquer devant le représentant du pape au Cameroun manifestement suffoqué par, les odeurs sulfureuses qui exhalent de sa gestion. Explicite, notre source à la nonciature apostolique rapporte que «le diocèse d'Obala se trouve au bord du gouffre. C'est connu dans les milieux ecclésiastiques. Ce genre d'audience revêt donc un caractère disciplinaire. C'est un rappel à l'ordre. L'évêque a été appelé en consultation pour donner sa version des faits sur certains dossiers le concernant.»

A-t-il convaincu Mgr Piero Pioppo? Le concerné serait le premier à pronostiquer défavorablement sur son propre compte. En effet ce jour-là, à la fin de son audience, un témoin se souvient d'un Mgr Sosthène Bayemi au pas mal assuré, la mine défraichie, peu désireux de croiser un regard lorsqu'il quitte la nonciature apostolique à bord de son véhicule.

Au bout du compte, le nonce-apostolique a formulé à l'adresse de l'évêque d'Obala des recommandations dont l'application décidera de son sort. Au-delà de la lisibilité des comptes, Mgr Piero Pioppo a demandé à Mgr Sosthène Bayemi d'engager des initiatives devant concourir à la reconciliation avec son clergé et ses ouailles. «Il faut dire que dans ce dossier-là, il n'en sort pas indemne. Ce n'est pas fini, les rap¬ports seront envoyés au pape François pour la suite à donner. C'est un processus, mieux vaut pour lui ne plus faire des vagues», analyse un universitaire spécialiste du Vatican.

A Obala, l'évêché baigne dans la psychose. Chaque jour surviennent des faits qui rappellent toujours le désamour entre Mgr Sosthène Bayemi et ses contempteurs. Affectée au collège sainte Thérèse de Mva'a, une sœur religieuse de la congrégation «les sœurs de l'espérance» fondé par Mgr Sosthène Bayemi a récemment démissionné. Ces derniers jours, il arrive à l'évêque d'Obala d'évoquer publiquement la dernière correspondance qui vient de lui être adressée. A l'origine: des prêtres. Il y est fait état par exemple de ses avoirs illicites accumulés en quatre années de magistère. L'on cite dans cette correspondance des poissonneries, un bateau de pêche, des biens immobiliers appartenant à l'homme de Dieu.

Sylvain Andzongo | Repères Publié : Jeudi le 29 Aout 2013 07:34:02 8392 hit(s) 2 commentaire(s) Société Imprimer Envoyer cet article à

LES COMMENTAIRES

Maliga a commenté l'article
le Jeudi 17 Octobre 2013 à 16:34:49
Les responsabilités bidon et sans épaisseur : l’énigme du pasteur du Diocèse d’Edéa Excellence ! Je viens d’éplucher vos nominations de juin dernier. Outre le vice de forme et sa portée juridico-canonique bien limitée par la signature de votre Vicaire Général, ces nominations, avec beaucoup de titres ronflants et des sigles sans explication, interrogent des observateurs de la vie de notre Diocèse. Un certain Madadan, dans un flasch posté dans le site du diocèse, relevait avec beaucoup de pertinence le vice de forme de vos nominations ; Je le cite « Excellence Mgr Ntep, vous venez de procéder aux affectations dans votre diocèse. Nous avons du mal à savoir si Jean Bosco Ntep est le nouvel Vicaire général ou alors il est Évêque et en même temps Vicaire général du diocèse d'Edéa, tant on peut voir la mention "po le vicaire général" et en bas du cachet "JEan Bosco Ntep". Nous sommes juridiquement embarrassés d'autant plus que celui qui "serait" l'actuel vicaire général, (s'il n'a pas été démis de ses fonctions sans rendre officielle la nouvelle), est un canoniste, donc supposé savoir que ce document pour être valide requiert la signature du Chancelier et de l’Évêque. Nous sommes inquiets de voir que le juriste et l’Évêque ne savent pas que qui signe met son nom pour toute authenticité et validité. Pour vous dire à la fin que ce document est invalide et sans effet. Heureusement que les prêtres ne le savent pas ou alors manquent de curiosité » ! Pourrait-on dire que le diocèse d’Edéa est sans Evêque au sens juridique du terme ? Ou plutôt, était-ce pour miroiter votre prétendue collaboration que vous avez légué la signature des actes de haute portée de gouvernance et de juridiction à votre Vicaire Général… ? Soit, il y aurait un télescopage de rôle et de fonction entre votre Vicaire Général et le Chancelier ! Vous êtes assez intelligent pour « imaginer » une erreur ! Je penche plutôt vers une thèse de « diviser pour mieux régner » ! En autorisant votre VG, canoniste de formation, à signer « PO + votre nom», vous mettez dos-à-dos votre VG et votre Chancelier. En temps normal, les actes administratifs de ce genre sont plutôt « cosignés » et par l’Evêque et par le Chancelier… Le chancelier assume le rôle « rédactionnel ou administratif » et l’Evêque, le sceau juridique et canonique ». Quel malaise pour ce jeune prêtre qui écume son mécontentement et sa colère au fond de lui-même. Ce geste machiavélien est le prototype d’une responsabilité bidon, d’une charge sans contenue, d’une mission sans « feuille route bien définie »… Si votre Curie est un panier de crabe, comment la cohésion du reste des membres du clergé peut refléter l’image d’un presbyterium uni ? Déjà l’histoire rocambolesque de cette jeune femme, aux mœurs douteuses et au profil peu convainquant, installée dans la haute fonction « des ressources humaines » de notre diocèse avait éclaboussé « la cour royale », jusque dans les antichambres des tribunaux d’Edéa ! Ejectée de son piédestal que vous avez construit pour elle, cette « clergyfarde », elle est où à présent ? Peut-on avoir une idée claire de la cagnotte de bonne séparation, alors que le diocèse n’a pas d’argent pour les modestes indemnités des prêtres (30.000 Frc) qui ne tombent que très irrégulièrement ? Voilà un poste « de complaisance » pour entretenir les amies de nos amies, qui, au lieu, de promouvoir la gestion des ressources humaines, les capitaliser… a semé la zizanie au cœur de la Curie ! Dans vos récentes obédiences, vous avez bien voulu nommer certains fidèles laïcs aux postes de « gestionnaire et chargé des comptes » ! Ces nominations ont aiguisées aussi ma curiosité. Je reconnais fort heureusement leur compétence et leur probité. Mais, le principe mérite interrogation : Déjà, on remarque que, c’est pour certaines paroisses et non pas pour toutes les paroisses du le diocèse ! Curieusement, ces nominations officielles de fidèles laïcs n’existent pas dans les paroisses de la ville d’Edéa où on trouve plus de ressources humaines et plus de moyens ! En collant « officiellement » un laïc à un tel poste : est-ce à dire que le curé sortant a mal géré, ou plutôt, ses comptes ne sont pas lisibles ? Si ce n’est le curé sortant, le (s) Curé(s) entrant(s) seraient bien connus pour leurs malversations dans les paroisses précédentes…, alors il faudrait le(s) tenir à l’œil dans leurs nouvelles paroisses (autant ne pas les nommer) ! Si l’idée d’associer les fidèles laïcs dans la gestion des affaires économiques de nos paroisses est recommandée et souhaitées, votre méthode est peu orthodoxe ! Imaginons un instant le scénario suivant : le Saint Père, en vous confiant le diocèse d’Edéa, il vous colle « un gestionnaire » nommé en même temps que vous sans prendre en compte votre avis ! Des actes de ce genre, si louables sont-ils, ne manquent de créer un climat de suspicion qui envenime les relations de collaboration ! Un adage de chez nous dit : « ce que vous récusez dans votre salon, ne le transposez pas dans le salon du voisin » ! J’ai donc la ferme conviction que le climat délétère qui règne dans notre diocèse trouve ses racines dans ces gestes et actes « de management à tâtons ou « entretenus ». La charge « curiale » est canoniquement attestée dans son fond et sa forme… Le curé gère au nom de l’Evêque, mais l’Evêque ne gère pas une paroisse « à la place du curé, ni à son insu, ni au-dessus de lui… » ! Quelle stupidité de voir l’Evêque débarquer dans une paroisse avec une troupe pour « quêteurs » ou de « collectionneurs de fonds ». Des postes bidons se traduisent aussi par un manque de confiance, par un pouvoir « sans croûte ni mie » Deux vicaires Généraux pour un diocèse comme Edéa…, voilà le prototype de nomination bidon ! Est-ce une délation ? Une manière de contenter un ? Une surveillance réciproque ? Parmi vos deux Vicaires épiscopaux, un est de trop…, ou un cumul et un autre est figurant… Sont-ils égaux en droit et en devoir ? Déjà, un a été obligé d’être « délogé » dans son bureau pour laisser la place au Vicaire Général « Primus » ! Et le bureau de l’autre est situé où ? Le silence de l’un n’est-il pas un « mutisme » qui ressasse ! Deux Vicaires Généraux : un poste deux destins ! L’un joue la couverture et la poudre aux yeux de votre prétendu équilibrisme… L’autre est sur une pente ascendante, une antichambre où on le prépare déjà à son « béret violet » ! Excellence, le jeu est bien connu… Mais sachez que vous livrez un match sans adversaire en face… Si adversaire il y a, c’est celui que vous pensez servir ! « Il écrit droit sur les lignes courbes » ! Pour conclure, j’emprunte les paroles prophétiques d’un ancien Vicaire Général de ce diocèse à son Evêque qui voulait tout « confisquer » : « Monseigneur, servez-vous donc, sans vous gêner, s’il en reste, nous nous en contenterons » ! Ah, si ce vénéré se réveillait aujourd’hui pour relire l’histoire et les événements de ces derniers jours !


Maliga a commenté l'article
le Jeudi 17 Octobre 2013 à 16:31:28
Les ordinations tarifées dans le diocèse d’Edéa. Dans le diocèse d’Edéa, on croirait ce bon vieux temps révolu ! Les mauvaises habitudes ont la peau dure…Les pratiques « simoniaques » qui consistaient à « taxer et ventre un bien spirituel » changent de couleur et de cible dans le diocèse d’Edéa depuis un certain temps. Jadis, dans le cadre de l’administration des sacrements, notamment le sacrement de la réconciliation, la garantie du pardon des péchés était proportionnelle à la valeur pécuniaire versée au clergé ! Le vieux dicton : « le salut est à la bourse » ! A la simonie liée au sacrement s’est installé aussi dans l’Eglise du IX et XI siècle, une autre forme de simonie que j’appelle « la simonie de trafique d’influence » dans la nomination d’Evêques et des Curés. Des procédés machiavéliques, depuis le IX siècle, entretenus par les Seigneurs (princes), favorisaient alors l’investiture de certains Evêques et la nomination de certains prêtres à la charge « curiale » dans le but de s’attribuer une partie de plus en plus importante des dîmes et denrées agricoles livrés par les paysans pour la subsistance du clergé. L’Eglise, hier comme aujourd’hui, a du mal à se regarder dans le rétroviseur ou quand elle se regarde enfin, la gangrène avait déjà eu le temps de propulser les métastases dans tout le « Corps » ! Les Concile d’Orléans et de Clermont (vers le VI) décida de déposer les Evêques dont les suffrages auraient été monnayés. Pour l’Eglise, il fallait traiter le mal à la racine en affirmant son indépendance vis-à-vis du temporel… La simonie n’était pas seulement un problème de mainmise des fidèles laïcs, la gangrène avait pris corps au sein des hommes au « col du corbeau » ! Entre trafic d’influence, la promotion et les honneurs…, le gâteau mielleux fait languir les serviteurs de Dieu qui ont juré par le biais de la prostration les vœux de pauvreté… Dans le diocèse d’Edéa, la pratique, comme un caméléon, a changé de couleur, elle a élu domicile ici ! Et Les futurs prêtres constituent la nouvelle cible et le terrain de ce jeu cynique et inique ! Jusque-là, le clergé qui avait mis en place ce système « mafieux » dénudé de toute portée spirituelle n’imaginait pas que dans un coin reculé de la planète terre, un évêque devait renvoyer « l’arrosoir à l’arroseur. » Dans le diocèse d’Edéa, les futurs prêtres ont un taux exigé avant de connaitre la date d’ordination. Ici, le système est si machiavélique qu’il serait bien difficile de prendre son « concepteur » au piège. Il dit à tout futur prêtre de verser à l’économat diocésain une somme qui varie entre 200 et 300 milles francs pour, soit disant, pour aider le diocèse à recevoir les invités du futur prêtre… Si le principe est louable, la réalité est tout autre… Tant que cette somme n’est pas versée, jamais l’Evêque ne vous annoncera la date de votre ordination… Le non versement de cette somme est devenu ici, un argument qui dirimerait l’ordination du futur prêtre, ou tout au moins, suspendrait la dite ordination ! Là où le bas blesse, et une fois la somme versée et « les clés du ciel » du confiées au jeune par l’imposition des mains, la famille du jeune ordonné n’a même pas de place à la salle de noces…, Pire encore, hypothéquer l’ordination presbytéral au versement de la somme exigée est un acte de simonie. A Edéa, l’ordination est donc tarifée… Quand vous êtes ordonné dans votre paroisse d’origine la somme exigée emprunte le nom « du carburant de l’Evêque ». Carburant que le Curé de la paroisse se charge de demander « amicalement » à la famille du futur prêtre pour remettre au Seigneur… Le curé engraisse ainsi sournoisement les pattes du Coq pour les éventuels transferts ou le maintien… Quand il arrive que la famille du futur prêtre ne soit pas capable de payer cette somme, ce dernier doit « se prostituer ».., ramper…, mendier…, faire le tour des oncles et des tantes pour absolument collecter la somme. A Edéa, tous les jeunes prêtres, de moins de 10 ans, d’ordination sont insolvables avant l’ordination. Ils sont porteurs d’un lourd passif qu’ils vont payer d’une manière ou d’une autre. Les conséquences sont connues : gestion approximative des biens de la paroisse…, la recherche de ce qu’ils appellent dans leur jargons des « compte 7 » (en opposition au compte 5, compte de charges) qui vont racheter leurs dettes pour des services autres que les services pastoraux…, Affairisme…, absentéisme à la paroisse : ceci explique cela ! La débrouillardise n’est plus une question de survie, mais aussi pour éponger les dettes contactées. Aux dettes pécuniaires viennent se greffer les dettes psychologiques et morales. Les « crédits toxiques » ont pignon sur rue à Edéa, la banqueroute est déjà rampante et visible sur ce jeune clergé où le zèle apostolique a été remplacé par l’activisme, la routine…Le phénomène a fait le tour des presbytères : on se lamente et personne n’ose élever la voix. Les aînés sont tenus au respect de peur de se voir éjecté de leurs « postes ». Quelle Eglise particulière pour quel prêtre ? Quel prêtre pour quel ministère… Ils n’ont que leurs yeux pour pleurer tacitement… Excellence Mr le Nonce Apostolique… Je vous prie de pencher une oreille attentive à mes propos. Si vous voulez avoir plus d’informations, initiez un questionnaire anonyme et adressez-le aux jeunes prêtres d’Edéa…Le dépouillement vous donnera matière à réflexion. Je sais que votre « charité pastorale » ne va pas heurter votre confrère dans l’épiscopat, mais sauvera la barque qui prend de l’eau ! Les pratiques dénoncées par Luther refont surface dans l’Eglise. Et la marmite bouillonne… attention à son explosion, on risque ne plus ramasser les morceaux ! Les vocations en Afrique et au Cameroun en particulier ne sont pas « des vocations de la crise » ou de la promotion sociale. Et si on l’était, Dieu n’écrit-il pas droit sur les lignes courbes ? Les maux de notre ministère prennent leur source dans la manière de nous gérer. A Edéa, le prêtre est prêtre quand il produit… Mais peut-on demander les mangues à un manguier qui n’a pas été bêché, entretenue… ? A défaut d’un tuteur prévu, les plantes rampantes se cherchent leurs tuteurs : donc, pour éviter qu’elles en cherchent trop et au détriment de la récolte, il faut bien en prévoir un à côté. Où est passé la gestion centralisée ? La machine a été grippée juste parce que les miettes de la paroisse versées dans la cagnotte de l’Evêché empruntaient d’autres chemin : jamais le chemin retour ! Le « per diem » de 30.000 cfa a commencé par les retards de deux mois, trois mois, six mois…, pour ne plus jamais sortir ! Excellence… Je sais bien que je vous confie une mission délicate et impossible, car l’habileté du « gérant trompeur » est telle que le maitre aura du pain sur la planche pour déceler les ficèles nouées de ce « gérant simoniaque » !!


Commenter cet article

ENTREZ VOTRE COMMENTAIRE


Votre nom

Saisissez ce code CAPTCHA code Ici

Nombre de caractères restant :

SUR LE MEME SUJET : Cameroun - Réligion


 Cameroun: Tribalisme, gestion de l’Eglise… La leçon du Pape François à l’épiscopat camerounais
 Le Pape appelle le clergé camerounais à vivre en cohérence avec les principes de l’évangile
 Cameroun - Pédophilie: Le Saint-Siège exclut des prêtres de l'Est
 641 églises illégales dénombrées au Cameroun
 Cameroun : début de ramadan sur fond d ‘ inflation sur les marchés
 Cameroun - Dette de l’Eglise: Les explications du père recteur de la cathédrale de Yaoundé
 Cameroun - Eglise Catholique - Archidiocèse de Yaoundé: Les fidèles sommés de payer les dettes de l'Eglise
 Cameroun - MINKAN: Jésus ne fait plus courir à Yaoundé
 Cameroun/Vatican: Ce que le Pape François a dit à Paul Biya
 Le Chef de l’Etat a assisté à la Canonisation des Papes Jean XXIII et Jean-Paul II
 Cameroun - Agenda Présidentiel: Le Premier ministre prépare la visite de Biya au Vatican
 Cameroun - Apparition supposée du Christ: Minkan érigé en lieu de pèlerinage
 Cameroun - Apparition du Fils de l’homme: Un phénomène connu dans l’Eglise
 Cameroun - Pâques - Mgr Kleda: «les Camerounais doivent se libérer de Satan» - La synthèse de la prêche de l’Archevêque de Douala hier
 Cameroun - Pèlerinage à la Mecque: Camair-Co sera le transporteur officiel
 Cameroun - Visite: Paul Biya attendu à Bruxelles et au Vatican
 Cameroun - Yagoua: Un pasteur arrache la femme d'un retraité
 Cameroun: K-Tino peut-elle changer ?
 Cameroun: Mgr Tonye Bakot parle..
 Christian Cardinal Tumi" Je ne veux pas être identifié à un parti politique qu’il soit de l’opposition ou du pouvoir"

DANS LA MEME RUBRIQUE : Société


 Ukraine: 20 civils tués dans des tirs d'artillerie à Donetsk (insurgés)
 Les djihadistes de l'EI exécutent un otage britannique (TV)
 Jeune : Déteste condom. Adore Full contact
 Cameroun - Thèse du complot: Le Lamido de Banyo rompt le silence
 La Russie restera à l'écart de la guerre contre l'Etat islamique
 Les sanctions contre la Russie fragiliseront l'économie européenne (expert)
 Sonel devient ENEO Cameroon
 Cameroun: Camtel dote 31 de ses 800 sites télécoms en panneaux solaires pour 1,987 milliard FCFA
 Cameroun : le CNC appelle les médias au patriotisme dans la lutte contre Boko Haram
 Les échanges commerciaux Cameroun-Turquie en hausse à 86,5 milliards de francs Cfa
 Golfe de Guinée : le Centre de coordination pour la sécurité maritime opérationnel à Yaoundé
 La BID finance l’électrification rurale au Cameroun à hauteur de 16,9 milliards de FCfa
 L’opérateur camerounais des télécoms Camtel se met à l’énergie solaire
 L'Afrique centrale recherche davantage de fonds pour combattre le paludisme
 Le Marocain Wafa Assurance crée sa filiale camerounaise
 Ciment, marché de toutes les convoitises
 Sanctions occidentales: Moscou prêt à riposter
 Cameroun: Tribalisme, gestion de l’Eglise… La leçon du Pape François à l’épiscopat camerounais
 Cameroun - Tribalisme et exclusion: Ces ministres gaffeurs - Catalogue des phrases controversées de Joseph Owona, Amadou Ali, Mama Fouda et Essimi Menye
 Cameroun - Succession de Paul Biya, présidentielle 2018, armée, RDPC, Gouvernance: Le jeu trouble d’international Crisis Group

 

C24 sur twitter

 

CONVERTISSEUR

DEVENEZ NOTRE
*** ETOILE24 ® ***

 

 

Cameroun24 TV

 

 

 

 

 

Image de la Semaine

 

 

 

 
Tchamba Ngassam Melvin Déjà     1257 Jours

 

 

Les plus recents


Cameroun - Energie : Sonel devient ENEO Cameroon

L'opérateur historique de secteur électrique au Cameroun change de nom et d'identité visuelle pour marquer la rupture, à la suite de son rachat par le fonds de capital-risque britannique Actis.


Cameroun - Télécommunication : Cameroun: Camtel dote 31 de ses 800 sites télécoms en panneaux solaires pour 1,987 milliard FCFA

(Agence Ecofin) - L’opérateur historique des télécommunications Cameroon Telecommunications (Camtel), a signé un contrat avec la société Living Energy Cameroon, une entreprise spécialisée dans l’énergie...

C24+

Les plus commentés

Les plus populaires

Cameroun24 sur Twitter