Vendredi le 18 Mars 2011 14:57:36 AFP Société

Libye. Menacé par l'Occident, Kadhafi bénéficie encore de soutiens en Afrique

Le leader libyen Mouammar Kadhafi, menacé de frappes aériennes occidentales, bénéfice encore de nombreux soutiens en Afrique subsaharienne, un continent qu'il rêve d'unifier et où il a massivement investi, contribuant à son développement.

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |


"Kadhafi a la magie de se faire aimer et se faire détester", souligne Gagara Nassamou, sociologue nigérien, formule qui résume bien la politique du régime libyen à l'égard de l'Afrique: racisme à l'égard des subsahariens présents sur son sol, interventionnisme économique et politique dans leurs pays d'origine.

Depuis son arrivée au pouvoir en 1969, il y a soutenu, au nom de la lutte "anti-impérialiste", des régimes haïs par l'Occident comme ceux d'Idi Amin Dada (Ouganda) ou de Robert Mugabe (Zimbabwe), financé des rébellions, en particulier celles des Touareg au Mali et au Niger dans les années 90.

Mais il y a également investi des centaines de millions de dollars dans des secteurs aussi variés que l'hôtellerie, la banque, les télécommunications, les medias, la distribution de carburants, l'agriculture, via la Libya arab africa investment Company (LAAICO).

Aux Comores, où des soldats libyens sont toujours présents après avoir été envoyés pour renforcer la garde de l'ex-président Ahmed Abdallah Mohamed Sambi, le gouvernement avait annoncé il y a un an que la Libye paierait pendant douze mois les salaires de l'armée.

L'effet combiné du discours anti-impérialiste et panafricaniste de Kadhafi et sa participation au développement de pays souvent très pauvres, lui ont valu la sympathie et le soutien non seulement de dirigeants du continent, mais aussi de plusieurs de ses intellectuels et influents chefs traditionnels.

"Kadhafi est l'ami et bâtisseur de l'Afrique. Nous devons, durant l'épreuve qu'il traverse actuellement, lui apporter un soutien clair", a ainsi déclaré le célèbre écrivain malien Seydou Kouyaté. "Il faut aller le voir, lui parler, lui déconseiller un usage disproportionné de la force, mais lui dire aussi que nous le soutenons face à l'Occident qui veut son départ brutal", a-t-il ajouté.

Proclamé "roi des rois d'Afrique", Kadhafi a également reçu le soutien de la reine mère du Toro, l'un des royaumes historiques d'Ouganda, également secrétaire générale du "Forum des chefs traditionnels africains" qui rassemble quelque 200 d'entre eux, de tout le continent.

Les jeunes Africains, dans leur écrasante majorité sans travail et sans avenir, sont parmi les plus ardents défenseurs du "guide" libyen.

Le Gabonais Christian Gaillard Obame, président du Conseil panafricain des jeunes, affirme que "grâce à lui, son peuple touche 90% des revenus pétroliers de la Libye et les sociétés qui exploitent le pétrole 10%. Tous les pays +exploitateurs+ de pétrole comme le Gabon devraient prendre exemple".

 Il "est pour nous un exemple de courage et d?abnégation face au néocolonialisme et à l?impérialisme occidental", estime pour sa part le Béninois Armand Setondji, président de Jeunesse unie pour les Etats-unis d?Afrique (JUPEUA), une idée chère à Mouammar Kadhafi restée lettre morte.

Des centaines de militants de la JUPEA se sont rassemblés cette semaine à Cotonou par solidarité avec le régime libyen, en proie à une insurrection populaire qu'il est en train de réprimer.

A Bissau, quelque 2.000 personnes ont défilé dans les rues pour lui apporter leur soutien, de même qu'à Abidjan, où les défenseurs de Kadhafi étaient les mêmes que ceux qui accusent l'Occident, en particulier la France, de "comploter" contre le président sortant Laurent Gbagbo.

Le discours et les ingérences du "roi des rois d'Afrique" dans les affaires intérieures de certains Etats peuvent aussi exaspérer leurs dirigeants.

L'an dernier le Nigeria avait rappelé son ambassadeur à Tripoli pour protester contre des déclarations de Kadhafi qui, pour éviter un conflit interreligieux, avait préconisé la partition du pays entre un nord musulman et un sud chrétien.

Lire aussi