Cameroun - Education

Epreuves de Bts: L'institut Siantou et deux de ses enseignants sanctionnés

 

 

Après la tricherie constatée lors des épreuves de Bts, session 2011, le ministre de l'Enseignement supérieur, Jacques Fame Ndongo vient de prendre des décisions draconiennes.

Le Minesup annule l'épreuve de comptabilité incriminée qui avait été proposée au Bts par un enseignant de l'institut Siantou Supérieur. In fine, deux enseignants du complexe Siantou supérieur ont été sanctionnés. Suspendus d'enseignement jusqu'à nouvel ordre. L'institut Siantou supérieur écope de deux blâmes. Lesdits enseignants avaient proposé la même épreuve à leurs étudiants lors des examens internes. Dans un article publié ce matin par le quotidien Mutations, le promoteur de l'institut Siantou se disait serein et qu'il serait victime d'une cabale. Nous vous proposon à nouveau et in extenso cet article de Mutations: Le promoteur de l’institut qui porte son nom se dit serein face à ce qu’il considère comme une cabale. Dans la salle de réunions du campus «Siantou Coron» qui jouxte celui de l’université catholique d’Afrique centrale d’Ekounou, la tête de Lucien Wantou Siantou déborde à peine des dizaines de parapheurs et dossiers qui ont envahi la table.

 

En cette fin d’après midi, plusieurs dizaines d’étudiants, d’enseignants et de parents attendent stoïquement d’être reçus, chacun à son tour. Mais le promoteur de l’Institut Siantou Supérieur a l’air ailleurs, visiblement préoccupé par l’actualité autour de son établissement, en rapport avec l’édition 2011 de l’examen Bts. «Dès que nous avons été informé de ce fait [la sélection à l’examen national d’une épreuve déjà traitée à l’institut Siantou tout juste trois semaines avant], nous l’avons immédiatement condamné. Il s’agit d’une défaillance individuelle d’un enseignant dont l’acte n’a pas été posé au bénéfice de notre institut. Et des mesures appropriées sont en train d’être prises pour le sanctionner». Il insiste cependant pour ajouter : «Cela dit, quel avantage aurions-nous à tirer d’une telle situation qui est en contradiction avec les valeurs que nous cultivons depuis 20 ans et qui s’inscrivent dans une démarche de rigueur et de professionnalisme ?»


Pour Lucien Siantou, qui paraphrase volontiers ce chanteur bien connu, «la vraie magie c’est le travail. Nous nous assurons que nous commençons tous nos programmes et les bouclons à temps. En tant qu’enseignant, je fais tout pour assurer le succès de mes étudiants en combinant la pédagogie et le management. Je sollicite le concours des meilleurs enseignants aussi. Et nous n’avons donc pas besoin de favoritisme pour garder notre place d’école des majors». Sa voix semble souvent se perdre, comme dans un accès d’irritation, surtout quand on indique qu’il semble tout de même y avoir comme une complicité entre son établissement et quelque responsable du ministère de l’Enseignement supérieur : «Mais depuis que je suis là, j’ai vu passer du monde dans ce ministère : au moins quatre ministres, depuis Peter Agbor Tabi jusqu’à Jacques Fame Ndongo. J’ai également vu passer tous les directeurs chargés de gérer le Bts, de M Hongla à l’actuel M Essono, en passant par M Etoa et M Ndong. Aurais-je donc organisé la complicité avec tous ces responsables. Je suis outré par ces raccourcis faciles».


Pourtant, les rumeurs semblent tenaces. L’organisation de cet examen, pour le centre de Yaoundé, uniquement dans les locaux des divers campus de l’Institut Siantou supérieur. Et lui s’emporte : «Mais ce n’est pas vrai. Au début, cela se faisait dans les locaux des deux plus anciens qu’étaient Siantou supérieur et Ndi Samba Supérieur. Au cours de l’examen 2002, il y a eu un incident et le promoteur de Ndi Samba n’a plus souhaité recevoir les candidats. Nous prêtons volontiers nos installations, gratuitement. Mais nous ne sommes pas les seuls. L’Istag, situé au quartier Fouda, abrite également l’examen.»


Et comment expliquer alors que les enseignants de son institut soient toujours les plus nombreux, avec des soupçons d’influence sur les corrections et le classement final ? Celui qui est par ailleurs propriétaire de la radio Tiemeni Siantou (Rts) semble avoir réponse à tout : «Pour le nombre d’enseignants, je ne peux pas savoir. Ce n’est pas moi qui les convoque et ils ne demandent pas ma permission pour y aller. Mais je n’oublie pas que notre institut a plus de filières que les autres. Dans certains domaines, mes enseignants peuvent être plus sollicités. Mais encore une fois, je n’interviens pas directement.»
Puis au bout d’une longue méditation, cet homme de 68 ans lâche, dans un murmure et comme pour lui-même : «Je ne sais pas ce que les gens cherchent sur moi. Je participe, à ma manière, à la construction de l’avenir du pays et aux intelligences du futur. Ca peut ne pas plaire à tout le monde. Mais je demande le fair-play, pas les coups en dessous de la ceinture».

 

CamerPress Publié : Jeudi le 07 Juillet 2011 04:45:38 19856 hit(s) 3 commentaire(s) Société Imprimer Envoyer cet article à

 

 

LES COMMENTAIRES

ELGERARD a commenté l'article
le Mercredi 06 Février 2013 à 03:58:21
EPREUVRES DU BTS TOUTES LES ANNEES


vladimir a commenté l'article
le Mardi 12 Juillet 2011 à 05:31:08
quels sont les noms de ces 2 enseignants?


pitou a commenté l'article
le Jeudi 07 Juillet 2011 à 15:09:27
les jaloux vont mourir


Commenter cet article

ENTREZ VOTRE COMMENTAIRE


Votre nom

Saisissez ce code CAPTCHA code Ici

Nombre de caractères restant :

SUR LE MEME SUJET : Cameroun - Education


 Bafoussam : Zoom sur la délinquance en milieu scolaire
 SUD, Ebolowa : MTN fondation dote le lycée bilingue d’un centre multimédia
 Ouverture des Jeux Universitaires ce Dimanche : Plus de 2.295 athlètes attendus
 Les résultats du Concours d’entrée en 6e sont connus
 Cameroun : Mbembe-Nganang, pugilat littéraire à New York
 Cameroun : Près de 220 000 candidats à l’épreuve du Concours d’entrée en 6e
 Youssouf Hadidja Alim : Une carpe aux sévices des instituteurs
 Infrastructures scolaires : Pourquoi les travaux du plan d’urgence piétinent
 Examens 2015 : Le nombre de candidats en hausse
 Près de 350 000 candidats pour la session 2015 des Examens officiels
 L’Enseignement général sous l’emprise d’un baccalauréat dépouillé
 SUD, Un élève vendeur de chanvre aux arrêts au lycée bilingue d’Ebolowa.
 Les racketteurs créent la psychose dans les Établissements secondaires
 Les enseignants assiègent le cabinet du sénateur Mba Mba pour leur Contractualisation
 Affaire de mœurs à Bafoussam : Le vrai-faux scandale de pornographie
 Des élèves gardés à vue pour avoir fait l’école buissonnière
 Les brevets professionnels ouvrent le bal des Examens officiels
 Universités camerounaises: Environ quatre millions de F pour Internet
 Doctorats professionnels : Affairisme ou vision académique ?
 Remous au lycée de Douaye dans l’extrême-Nord

DANS LA MEME RUBRIQUE : Société


 Insécurité : La menace grandie aux frontières
 Célébration du 20 mai : La Dsp arrache la banderole du Moci
 Une crevasse sur le pont du Wouri
 Agence Française de Développement(AFD) au Cameroun : Une véritable arnaque à ciel ouvert
 26 pays africains lancent, en juin, un marché commun de 600 millions d’habitants et de 1000 milliards $
 Une Allemande de 65 ans donne naissance à des quadruplés
 Opération épervier : Atangana Mebara se rebelle au Tcs
 Détournement à la Campost
 Ces postes ministériels «réservés» aux francophones
 SDF et RDPC : Soupçons de deals politiques
 Bafoussam : Zoom sur la délinquance en milieu scolaire
 SUD, Ebolowa : MTN fondation dote le lycée bilingue d’un centre multimédia
 SUD, La libre circulation des personnes et des biens cette fois, c’est la bonne en zone CEMAC ?
 Le Cameroun abrite la 4ème édition du Salon de l’action gouvernementale du 18 au 21 août 2015
 Cameroun : la COBAC au chevet des banques en difficulté
 L'ONU s'inquiète des attaques de Boko Haram dans des pays africains
 Lutte contre le terrorisme en Afrique centrale : Le Cameroun va accueillir le prochain atelier régional en septembre prochain
 L'Arabie saoudite prête à renoncer au pétrole d'ici 2040
 Berlin invite la Grèce à introduire une monnaie parallèle
 -les USA comprennent qu'Assad n'a pas d'alternative

 

 

 

 

C24 sur Facebook

 

C24 sur twitter

 

CONVERTISSEUR

DEVENEZ NOTRE
*** ETOILE24 ® ***

 

 

Cameroun24 TV

 

 

 

 

 

Image de la Semaine

 

 

 

 
Tchamba Ngassam Melvin Déjà     1509 Jours

 

 

Les plus recents

C24+

Les plus commentés

Les plus populaires

Cameroun24 sur Twitter