Cameroun - Education

Epreuves de Bts: L'institut Siantou et deux de ses enseignants sanctionnés

Après la tricherie constatée lors des épreuves de Bts, session 2011, le ministre de l'Enseignement supérieur, Jacques Fame Ndongo vient de prendre des décisions draconiennes.

 

Le Minesup annule l'épreuve de comptabilité incriminée qui avait été proposée au Bts par un enseignant de l'institut Siantou Supérieur. In fine, deux enseignants du complexe Siantou supérieur ont été sanctionnés. Suspendus d'enseignement jusqu'à nouvel ordre. L'institut Siantou supérieur écope de deux blâmes. Lesdits enseignants avaient proposé la même épreuve à leurs étudiants lors des examens internes. Dans un article publié ce matin par le quotidien Mutations, le promoteur de l'institut Siantou se disait serein et qu'il serait victime d'une cabale. Nous vous proposon à nouveau et in extenso cet article de Mutations: Le promoteur de l’institut qui porte son nom se dit serein face à ce qu’il considère comme une cabale. Dans la salle de réunions du campus «Siantou Coron» qui jouxte celui de l’université catholique d’Afrique centrale d’Ekounou, la tête de Lucien Wantou Siantou déborde à peine des dizaines de parapheurs et dossiers qui ont envahi la table.

 

En cette fin d’après midi, plusieurs dizaines d’étudiants, d’enseignants et de parents attendent stoïquement d’être reçus, chacun à son tour. Mais le promoteur de l’Institut Siantou Supérieur a l’air ailleurs, visiblement préoccupé par l’actualité autour de son établissement, en rapport avec l’édition 2011 de l’examen Bts. «Dès que nous avons été informé de ce fait [la sélection à l’examen national d’une épreuve déjà traitée à l’institut Siantou tout juste trois semaines avant], nous l’avons immédiatement condamné. Il s’agit d’une défaillance individuelle d’un enseignant dont l’acte n’a pas été posé au bénéfice de notre institut. Et des mesures appropriées sont en train d’être prises pour le sanctionner». Il insiste cependant pour ajouter : «Cela dit, quel avantage aurions-nous à tirer d’une telle situation qui est en contradiction avec les valeurs que nous cultivons depuis 20 ans et qui s’inscrivent dans une démarche de rigueur et de professionnalisme ?»


Pour Lucien Siantou, qui paraphrase volontiers ce chanteur bien connu, «la vraie magie c’est le travail. Nous nous assurons que nous commençons tous nos programmes et les bouclons à temps. En tant qu’enseignant, je fais tout pour assurer le succès de mes étudiants en combinant la pédagogie et le management. Je sollicite le concours des meilleurs enseignants aussi. Et nous n’avons donc pas besoin de favoritisme pour garder notre place d’école des majors». Sa voix semble souvent se perdre, comme dans un accès d’irritation, surtout quand on indique qu’il semble tout de même y avoir comme une complicité entre son établissement et quelque responsable du ministère de l’Enseignement supérieur : «Mais depuis que je suis là, j’ai vu passer du monde dans ce ministère : au moins quatre ministres, depuis Peter Agbor Tabi jusqu’à Jacques Fame Ndongo. J’ai également vu passer tous les directeurs chargés de gérer le Bts, de M Hongla à l’actuel M Essono, en passant par M Etoa et M Ndong. Aurais-je donc organisé la complicité avec tous ces responsables. Je suis outré par ces raccourcis faciles».


Pourtant, les rumeurs semblent tenaces. L’organisation de cet examen, pour le centre de Yaoundé, uniquement dans les locaux des divers campus de l’Institut Siantou supérieur. Et lui s’emporte : «Mais ce n’est pas vrai. Au début, cela se faisait dans les locaux des deux plus anciens qu’étaient Siantou supérieur et Ndi Samba Supérieur. Au cours de l’examen 2002, il y a eu un incident et le promoteur de Ndi Samba n’a plus souhaité recevoir les candidats. Nous prêtons volontiers nos installations, gratuitement. Mais nous ne sommes pas les seuls. L’Istag, situé au quartier Fouda, abrite également l’examen.»


Et comment expliquer alors que les enseignants de son institut soient toujours les plus nombreux, avec des soupçons d’influence sur les corrections et le classement final ? Celui qui est par ailleurs propriétaire de la radio Tiemeni Siantou (Rts) semble avoir réponse à tout : «Pour le nombre d’enseignants, je ne peux pas savoir. Ce n’est pas moi qui les convoque et ils ne demandent pas ma permission pour y aller. Mais je n’oublie pas que notre institut a plus de filières que les autres. Dans certains domaines, mes enseignants peuvent être plus sollicités. Mais encore une fois, je n’interviens pas directement.»
Puis au bout d’une longue méditation, cet homme de 68 ans lâche, dans un murmure et comme pour lui-même : «Je ne sais pas ce que les gens cherchent sur moi. Je participe, à ma manière, à la construction de l’avenir du pays et aux intelligences du futur. Ca peut ne pas plaire à tout le monde. Mais je demande le fair-play, pas les coups en dessous de la ceinture».

CamerPress Publié : Jeudi le 07 Juillet 2011 04:45:38 14464 hit(s) 4 commentaire(s) Société Imprimer Envoyer cet article à

ENTREZ VOTRE COMMENTAIRE


Votre nom

Nombre de caractères restant :

LES COMMENTAIRES

ELGERARD a commenté l'article
le Mercredi 06 Février 2013 à 03:58:21
EPREUVRES DU BTS TOUTES LES ANNEES


prisna a commenté l'article
le Lundi 12 Septembre 2011 à 04:32:58
L'institut siantou est devenu l'etablissement le plus mis en cause en matiere de formation.je suis une etudiante de siantou et je fais commerce.mais je peux vous assurer que c'est tres grave la bas. les professeurs ne compose pas d'e^preuves ils ont l'habitude de prendre les anciennes compositions pour proposer aux etudiants, qui ont deja les corrections dans les bors que eux memme les ont vendus .c'est vraiment lamentable.la tricherie est de tailles et c'est ainsiu que pour prouver leurs capacité a bien enseigner sers professeurs sont obligés de deonner les epreuves qu'ils ont proposer au BTS a leurs eleves pour composer le BTS blanc.


vladimir a commenté l'article
le Mardi 12 Juillet 2011 à 05:31:08
quels sont les noms de ces 2 enseignants?


pitou a commenté l'article
le Jeudi 07 Juillet 2011 à 15:09:27
les jaloux vont mourir


Commenter cet article

SUR LE MEME SUJET : Cameroun - Education


 Baisse inquiétante au BEPC 2014
 Cameroun - Délibérations du BAC: Fortes tensions au lycée de Mballa II
 Education : la BID accorde un prêt combiné de 8 milliards FCFA au Cameroun
 218 364 candidats à l’assaut du BEPC
 Plus de 260.000 candidats au CEP
 270 000 candidats à l'assaut du baccalauréat au Cameroun
 Plus de 200 000 candidats subissent le concours d'entrée en sixième au Cameroun
 Cameroun - Jeux Universitaires - Douala: «Seulement trois cas d’hospitalisations pour diarrhées»
 Cameroun - Jeux universitaires - Kick-off: La flamme universitaire brille à Douala
 Cameroun : 49% des élèves de troisième année du cycle primaire éprouvent beaucoup de difficulté à lire
 Pour la BM, l’éducation peut être une nouvelle source de croissance économique pour le Cameroun
 Cameroun : le privé en tête du palmarès aux examens scolaires 2013
 26 milliards de FCFA de la Banque mondiale pour améliorer l’offre de l’éducation au Cameroun
 Cameroun : lancement d'un programme de 26,5 milliards FCFA pour l'amélioration de l'éducation
 Cameroun - Jeux Fenasco A: La disqualification de 105 athlètes divise
 Cameroun - Tripatouillage à l’ENAM: Un candidat admissible dénonce la mafia
 Cameroun - Indiscipline dans des Lycées de Bafoussam: Les collèges privés refusent de recevoir les 46 élèves exclus
 Cameroun - Université de Douala: Six nouveaux responsables installés
 Cameroun: Création de l'Ecole normale supérieure d'enseignement technique de l'Université de Buea à Kumba, département de la Meme
 Cameroun - Riz, manioc, poulet…: de l’argent frais pour la recherche

DANS LA MEME RUBRIQUE : Société


 MH17: Kiev tente de truquer les données des services de contrôle (Moscou)
 L'avion algérien disparu s'est écrasé au Niger (TV)
 Cameroun - Fourniture d’énergie électrique: Aes-Sonel plonge le Cameroun dans la psychose
 Cameroun - Rechute: Marafa à nouveau interné au CHU
 Marchés publics: 30% attribués automatiquement aux Pme locales
 Ratification d'un accord aérien entre le Cameroun, le Congo et l'Espagne
 Près d'une trentaine d'entreprises camerounaises au forum économique aux Etats-Unis
 Mille soldats camerounais à la frontière avec le Nigeria pour lutter contre Boko Haram
 Babissakana: «Même à 0%, le taux directeur de la BEAC n’aurait aucun impact au Cameroun»
 BOKO HARAM : Le président de l’Assemblée nationale et le vice-Premier ministre soupçonnés de collusion avec la secte islamiste
 360 milliards de FCFA de la BIRD au Cameroun
 La BIRD ouvre une ligne de crédits de 360 milliards de FCfa au Cameroun sur la période 2014-2017
 Ukraine: l'Occident suit une logique inacceptable, selon Poutine
 Cameroun - Faculté des sciences juridiques et politiques: Tribalisme à l’Université de Douala
 Officialisation de l’Accord Cameroun-Maroc sur l’encouragement et la protection réciproque des investisseurs
 Cameroun : Paul Biya sacrifie les retraités
 SNH vs CNPS: la guerre des chiffres
 Plus de 63 milliards de FCFA investis par le Cameroun pour le développement des communes
 Baisse inquiétante au BEPC 2014
 Olam, Telcar Cocoa et Producam ont été les principaux exportateurs du cacao camerounais en juin

 

CONVERTISSEUR

DEVENEZ NOTRE
*** ETOILE24 ® ***

 

 

Cameroun24 TV

 

 

 

 

 

Image de la Semaine

 

 

 

 
Tchamba Ngassam Melvin Déjà     1206 Jours

 

 

Les plus recents


Cameroun - Economie : Babissakana: «Même à 0%, le taux directeur de la BEAC n’aurait aucun impact au Cameroun»

Thomas Babissakana est ferme et catégorique: la baisse récente du taux d’intérêt directeur de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) de 3,25% à 2,95% n’aura aucune incidence sur l’activité des...


Cameroun - Nigeria : BOKO HARAM : Le président de l’Assemblée nationale et le vice-Premier ministre soupçonnés de collusion avec la secte islamiste

Une propagande s’installe lentement dans le paysage médiatique et politique sur la place du président de l’Assemblée nationale, Cavaye Yeguié Djibril, et du vice- Premier ministre Amadou Ali dans l’expansion...

Au hasard

Les plus commentés

Les plus populaires

Cameroun24 sur Twitter