Jeudi le 23 Février 2012 14:51:40 AFP Société

Elections côte d ivoire. Côte d'Ivoire : la CPI élargit son enquête aux crimes commis depuis 2002

LA HAYE (AFP) - (AFP) - Jusqu'ici limitée aux violences post-électorales de fin 2010-début 2011, l'enquête en Côte d'Ivoire de la Cour pénale internationale (CPI) peut désormais s'étendre aux crimes commis depuis la tentative de coup d'Etat contre Laurent Gbagbo en septembre 2002.

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |



Le procureur Luis Moreno-Ocampo a été autorisé par les juges, dans une ordonnance datée de mercredi publiée jeudi, à enquêter sur des crimes contre l'humanité et des crimes de guerre, à savoir des meurtres et des viols, commis tant par les rebelles que par les forces pro-gouvernementales ivoiriennes.

"Les événements violents en Côte d'Ivoire au cours de la période allant du 19 septembre 2002 au 28 novembre 2010, bien que d'intensité variable et commis à des endroits et à des moments différents doivent être considérés comme une seule situation", c'est-à-dire faisant l'objet d'une seule enquête, ont estimé les juges de La Haye.

Pour les magistrats, "une crise continue liée à un conflit politique prolongé et à une lutte pour le pouvoir a culminé avec les événements à propos desquels la chambre avait précédemment ouvert une enquête".

Luis Moreno-Ocampo avait été autorisé le 3 octobre 2011 à enquêter sur des crimes contre l'humanité et des crimes de guerre commis à la suite de l'élection présidentielle du 28 novembre 2010 par les camps de l'ex-président Laurent Gbagbo et du président Alassane Ouattara.

Dans le cadre de cette enquête, les juges avaient délivré un mandat d'arrêt contre l'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, 66 ans. Arrêté le 11 avril 2011 à Abidjan, celui-ci est incarcéré depuis le 30 novembre 2011 à La Haye.

La CPI le soupçonne d'être "coauteur indirect" de crimes contre l'humanité commis par ses forces entre le 16 décembre 2010 et le 12 avril 2011 lors des violences ayant suivi le scrutin de novembre 201$~~

Lire aussi