Mercredi le 28 Mars 2012 07:41:32 S. D. B et Aristide Ekambi | Mutations Société

Cameroun - Energie. Douala - Cimenterie: Aliko Dangote toujours en poste

Les installations de la future cimenterie du milliardaire nigérian ont été par ailleurs vandalisées le 25 mars 2012

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |


Lundi 26 mars 2012, une douzaine de personnes se trouvent encore au lieu dit base Elf. Ce site situé non loin des berges du fleuve Wouri a été attribuée au du milliardaire nigérian Aliko Dangote. Il doit y ériger une nouvelle cimenterie. Seulement depuis le 1er mars 2012, les agents de la Communauté urbaine de Douala (Cud) ont demandé à ces techniciens d’enlever la barrière qui entoure le site. Une consigne qui n’a toujours pas été exécutée. Des individus non identifiés ont vandalisé la clôture dans la nuit de dimanche 25 mars dernier à la matinée d’hier lundi. Une société de gardiennage se charge de sécuriser le site. L’un des trois vigiles postés à l’entrée reçoit les visiteurs. A l’intérieur de la barrière de planches, deux véhicules sont garés dans la cour.

Une Rav 4 de couleur marron et une Toyota de couleur verte. A l’arrière du container qui abrite les bureaux et un magasin des employés de Dangote, six personnes devisent. Approché, l’une d’elles interrogée sur un éventuel départ du groupe «Dangote industries Cameroon Ltd», semble surpris. «Ce ne sont que des rumeurs. Nous sommes arrivés ce matin (lundi 26 mars 2012 ndrl) et avons constaté qu’un côté de la barrière a été vandalisé, nous sommes en train de rédiger une plainte. Plus tard les ingénieurs chinois viendront poursuivre leurs implantations des demi-poteaux en bétons. Ils se trouvent actuellement à l’hôtel», confie cet employé. Ce dernier qui a requis l’anonymat précise aussi que lorsque l’entreprise Dangote est arrivée au Cameroun, c’est un arrêté du gouvernement qui l’a annoncé. «Si nous devons donc partir de ce site, un communiqué du gouvernement camerounais nous informera. Pour le moment, il n’en rien», poursuit notre source.

La «rumeur» dont il est question s’est en effet répandue comme une traînée de poudre au cours des dernières heures, annonçant que le gouvernement aurait demandé au groupe nigérian d’arrêter les travaux de construction d’une usine de ciment à Douala et de «déguerpir sous quarante-huit heures» de ce site qui jouxte les installations du port de Douala.
Il faut dire à ce sujet que les chefs Sawa, les hommes politiques et les environnementalistes se sont déjà opposés à la construction de cette cimenterie sur cet unique site de loisirs de Douala en dehors du Parcours Vita. De passage au Cameroun il y a quelques semaines, le directeur des opérations du groupe Dangoté, Alake Olakunle, a rencontré le Premier ministre Philémon Yang sur les revendications des chefs Sawa et indiqué qu’une solution sera trouvée à ce problème.

Pour rappel, le projet de Dangoté qui devrait coûter environ 52 milliards de francs CFA doit générer 300 emplois directs pour un million de tonnes supplémentaires de ciment au Cameroun. La demande annuelle s’élève actuellement 2,5 millions de tonnes de ciment par an en dehors des projets structurants qui demandent 800.mille tonnes au moins, alors que la production nationale tourne autour de 1,5 million de tonnes par an.