Racines : Des noirs Américains d’origine camerounaise

Cameroun. Racines : Des noirs Américains d’origine camerounaise

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

Des tests Adn l’ont démontré. Certains sont arrivés au Cameroun en début de semaine.



Il était environ 18h 20 ce lundi 27 décembre 2010, lorsque le vol air Bruxel a atterrit à l’aéroport international de Douala avec à son bord 54 noirs américains venus se ressourcer sur la terre de leurs ancêtres. « I am Tikar » (je suis Tikar), a lancé Berty dès qu’elle a foulé le sol du Cameroun. L’émotion était grande. Tous étaient contents de voir leurs frères restés sur place au pays. Ils sont Tikar, Bamiléké, Haoussa, Bamoun, Bassa…

La délégation conduite par Oumarou Chinmoun, premier secrétaire à l’ambassade du Cameroun aux Etats-Unis a été accueillie à l’aéroport par des responsables de la commune de Douala premier, quelques chefs Sawa et la communauté Tikar à Douala. L’on notait également la présence du journaliste Eric Chinje basé actuellement aux Etats Unis. Les noirs américains ont eu un accueil digne, qui a poussé certains à couler des larmes de joie. « J’ai fait le test Adn, il est ressorti que je suis descendant des Tikar, ce qui fait de moi une femme Tikar. Je suis venu avec mon mari et je suis fière de rencontrer mes frères après des siècles de séparation. Je ne maîtrise pas le programme de notre séjour ici, mais nous souhaitons rencontrer des chefs Tikar », a relevé Berty. « Je suis très content, je représente ma famille ici parce que nos parents sont partis d’ici. Après le test d’Adn, il ressort que mes grands parents étaient Tikar, Bamiléké et Haoussa », a relevé un autre noir américain. A la sortie du hall de l’aéroport, les choses ont pris une autre tournure. Les visiteurs n’ont pas pu se retenir en voyant les deux groupes de danse qui sont venus les accueillir, un groupe Sawa et un groupe Tikar. Les américains ont esquissé des pas de danse avant de se rendre à l’hôtel Sawa où ils ont été hébergés.
 

A 21h, les visiteurs ont été accueillis à la salle des fêtes d’Akwa par le délégué du gouvernement auprès de la communauté Urbaine de Douala, Fritz Ntone Ntone. Le délégué du gouvernement n’a pas caché sa satisfaction. « Je tiens ici à exprimer la joie des populations de Douala que je représente, la joie des six maires et ma joie personnelle parce que vous êtes arrivés au Cameroun par la ville de Douala ». Selon le délégué du gouvernement, les américains arrivent à Douala pendant que la ville est presque en chantier. « Vous avez trouvé une ville en chantier, c’est le fruit des efforts du gouvernement, de l’Etat et du président Biya avec bien entendu des partenaires parmi lesquels les Etats-Unis. Nous avons espoir que nos frères et sœurs qui viennent de refouler la terre de nos ancêtres vont nous apporter d’avantage de bonheur et d’avantage de solidarité pour un développement plus soutenu de notre pays », a déclaré Fritz Ntone Ntone qui n’a pas oublié ce grâce à quoi ces américains ont retrouvés leurs origines. « C’est grâce à la magie de la technologie, la magie génétique que nous nous retrouvons, que vous nous retrouvez, qu’on se retrouve. Si nous avons bien compris, ou du moins si vous avez bien compris, parce que moi je suis médecin et peut être que certains d’entre vous le sont également, à partir des test Adn, on peut remonter le plus loin possible pour retrouver ses origines. Tous ça a été fait et vous avez découvert que vous êtes camerounais. Je pense que nous allons passer un bon bout de temps ensemble, il y a beaucoup de choses à découvrir à Douala et des milliers de choses à découvrir à travers le pays. Une fois de plus, bienvenu chez vous ».
 

Les Camerounais devenus américains suite à la traite négrière vont donc séjourner sur la terre de leurs ancêtres pendant 9 jours. Un séjour qui selon Oumarou Nchinmoun les conduira à Limbé où ils comptent visiter le port par lequel on transportait leurs ancêtres pendant la traite négrière, à Foumban, à Bafoussam, à Bandjoun, à Bafia, à Yaoundé et à Kribi.

Société

Lire aussi