Mercredi le 06 Octobre 2010 09:39:59 Jérôme Essian | Le Jour Société

Cameroun. Ambam : Un policier abattu par des braqueurs

Le gardien de la paix principal André Ondo Edjang a surpris des bandits en plein braquage dans un hôtel.

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |


Le drame est survenu dimanche, 04 octobre 2010 vers 22h, à l'hôtel La couronne. S'étant rendu dans cet établissement hôtelier pour le contrôle du registre des clients, le gardien de la paix principal André Ondo Edjang surprend des bandits en plein braquage, qui le somment de se mettre à plat ventre comme les autres victimes.

L'un des bandits arbore, selon une source proche de l'enquête, "l'uniforme de la gendarmerie avec un grade de capitaine, et l'autre l'uniforme de l’armée de terre avec le grade de sergent".

D'après des témoignages concordants, "ayant vu les deux messieurs en uniforme, le policier ne prend pas leur sommation au sérieux, croyant que c'est une blague entre collègues", il brandit son badge de la police en rétorquant, "moi aussi je suis un homme en tenue".  Sans entretenir de mystère sur leur identité, les deux braqeurs font clairement savoir au policier, "nous sommes des bandits en plein braquage, couchez-vous, nous ne blaguons pas". Ne les prenant toujours pas au sérieux, le policier continue de claironner, "je suis aussi un homme en tenue comme vous, je suis policier".

Las, les braqueurs lancent une ultime mise en demeure, "nous comptons jusqu'à trois, si vous ne vous couchez pas comme les autres, vous êtes mort ! " Les bandits comptent, "1, 2, 3". Le policier n'obtempère toujours pas. Fâché, "le bandit en uniforme de l’armée de terre avec le grade de sergent tire sur la jambe du policier". Le gardien de la paix s'écroule en criant. Quelques heures plus tard, il décède des suites d'hémorragie. Il est mis à la morgue la même nuit à l'hôpital de district d'Ambam, tandis que ses assassins courent toujours. Le gardien de la paix principal André Ondo Edjang, 42 ans, marié et père de plusieurs enfants était en service à la surveillance du territoire d'Ambam.
 

Lire aussi