Cameroun - Economie

Cameroun La Banque des PME et la Banque Agricole bientôt opérationnelle

La création de 2 banques respectivement destinées au financement de l’agriculture de l’agriculture et des PME devrait donner un coup de pouce à l’économie nationale qui repose en grande partie sur les deux secteurs vitaux.

 


Le secteur bancaire camerounais s’enrichira bientôt de deux nouvelles institutions financières, en l’occurrence la Banque Agricole et la Banque des PME, matérialisant ainsi l’engagement du gouvernement qui date de quelques années déjà. Le ministère des finances, a en effet confirmé que les pouvoirs publics ont libéré le capital social des deux banques, soit 20 milliards de f CFA. Ce qui est conforme aux dispositions de la Commission bancaire de l’Afrique centrale (Cobac), qui stipulent qu’il faut un fonds initial de 10 milliards de f CFA pour la création d’une banque en Afrique centrale.

Avec la libération desdits fonds, c’est le dernier obstacle qui est levé, ce qui laisse croire que les deux banques seront fonctionnelles cette année. Cette possibilité est d’autant envisageable quand on sait que les locaux pour abriter ces structures sont disponibles, et que l’accord de l’organe en charge de la régulation ne devient qu’une «simple» formalité administrative, la plus grande exigence de la Cobac étant le déblocage des fonds constitutifs.

Respectivement dénommées la Cameroon rural financial coporation (Carfic) et la Banque camerounaise des PME (BC PME), ces institutions bancaires sont attendues par les Camerounais, au regard de la place éminemment importante qu’occupent l’agriculture et les PME dans le développement économique de la Nation. Pays agricole à plus de 70%, le Cameroun compte sur la valorisation du secteur primaire pour relever le défi du développement, un fort potentiel bien que sous-exploité qui en fait le principal grenier de la sous région, aussi bien au sein de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) que du Nigeria voisin.

La politique agricole baptisée la «Révolution verte» mise en place au lendemain de l’indépendance, il y a un demi-siècle a permis au Cameroun de développer aussi bien les produits vivriers que les produits de rente, assurant ainsi un équilibre entre la consommation et l’exportation des produits agricoles dont le pays tire des bénéfices substantiels.

La politique de désenclavement, qui consiste à établir les liaisons par route entre les principales capitales en Afrique centrale, devrait booster cette production agricole qui assure tant bien que mal, une autosuffisance alimentaire à la plupart des Camerounais.

Le plaidoyer de la BAD

De son coté, l’orientation économique du pays nécessitait la mise en place d’une institution chargée du financement des activités des PME et des PMI, d’où la portée de la création d’une Banque pour les PME qui représentent plus de 90% du tissu économique du pays et participent à 34% de son PIB rapporte l’Institut national de la statistique (INS). Par ailleurs, lorsqu’on sait les difficultés que rencontrent les PME pour accéder au crédit, la création de cette banque est plus que porteuse d’espoir surtout que d’après le patronat camerounais, la durée de vie moyenne d’une PME est de dix ans. Une existence éphémère et un fonctionnement aléatoire dus en grande partie au manque de financement.

Il suffit de s’appuyer sur les récentes données de l’Association professionnelle des établissements de crédit du Cameroun (Apeccam) situant la surliquidité bancaire à plus de 600 milliards de f CFA, alors que les banques commerciales rechignent à financer les PME. Etant donné que les fonds sont disponibles, l’Etat-propriétaire et unique actionnaire pour les deux banques, devrait s’entourer des précautions de gestion pour ne pas retomber dans les travers du passé.

Puisque par le passé, les expériences du Fonds national du développement rural (Fonader) et du Crédit agricole du Cameroun (CAC) d’une part, et du Fonds de garantie pour le petite entreprise (Fogape) d’autre part, destinés pour le financement du secteur agricole et le développement des PME, se sont soldées par un gros échec, conséquence d’une gestion gabégique. D’où la préoccupation de la Banque africaine de développement (BAD) qui conseille aux gouvernants camerounais d’y instaurer une gestion rigoureuse et efficace.

Achille Mbog Pibasso, Douala

Les Afriques Publié : Mardi le 12 Mars 2013 04:14:53 9587 hit(s) 0 commentaire(s) Société Imprimer Envoyer cet article à

LES COMMENTAIRES

ENTREZ VOTRE COMMENTAIRE


Votre nom

Saisissez ce code CAPTCHA code Ici

Nombre de caractères restant :

SUR LE MEME SUJET : Cameroun - Economie


 RÉVÉLATIONS TROUBLANTES : PLUS DE 4 MILLIARDS DE FCFA DE COFINEST DISSIMULÉS DANS LES BANQUES
 Douanes- Cameroun : première évaluation des contrats de performance pour 2015
 L’Union des assurances-vie du Cameroun arbore les couleurs de Sunu-Assurances
 Cameroun: les dépenses publiques en hausse de 22% en 2014
 La directrice des opérations de la MIGA en mission au Cameroun (Banque mondiale)
 Port de Douala : la Banque Mondiale dénonce
 Alamine Ousmane Mey: «le Cameroun a les atouts pour réussir son 1er eurobond de 750 milliards FCfa»
 Le cameroun se lance dans le marché financier international
 Levée de 750 milliards de F CFA pour le financement de grands projets au Cameroun
 Cameroun : 8,5 milliards FCFA de la Deutsche Bank et de la Caixabank pour le financement du plan d ‘ urgence
 Transfert D’argent : Comment l’entreprise Express Union contourne la loi
 L’IFC soutient Advans Cameroun pour élargir l’accès aux services financiers abordables
 Un prêt de 46 milliards de FCFA de deux banques américaines et françaises au Cameroun
 La BAD et la BM appuient le programme de développement des infrastructures de transport au Cameroun
 Cameroun : la psychose Boko Haram fait fermer 7 postes de douane à l ‘ Extrême-Nord
 La restructuration de la Commercial Bank Cameroon pourrait bientôt arriver à son terme
 Nestlé lance la commercialisation de ses produits à base du café camerounais
 Plus de 700 milliards de FCFA de recettes pour la douane camerounaise
 Le Cameroun couvre 257,41 % du montant mis en adjudication par les soumissions du 21 janvier dernier
 Près de 2500 milliards FCFA de dettes publiques pour le Cameroun

DANS LA MEME RUBRIQUE : Société


 Afrostream se rêve en Netflix africain
 SUD,Barrage hydroélectrique de Memve’ele : la pose de la deuxième dérivation du fleuve Ntem rassure sur l’avancée des travaux.
 CRISE : SEPT EMPLOYÉS LICENCIÉS À LA CNPS
 UN CAMION SUSPECT INTERCEPTÉ À KANGALÉRI
 RÉVÉLATIONS TROUBLANTES : PLUS DE 4 MILLIARDS DE FCFA DE COFINEST DISSIMULÉS DANS LES BANQUES
 Chairman- secrétaires généraux : Y a-t-il un problème au SDF ?
 Cinq milliards de FCFA de la Société générale pour l'agriculture camerounaise
 Vers la tenue d'un sommet des chefs d'Etat de la CEMAC
 Le liquidateur de l’ex-Camair porte plainte contre Yves Michel Fotso pour un préjudice de 18 milliards FCfa
 Des investisseurs espagnols intéressés par la promotion touristique au Cameroun
 Le recensement a commencé pour le Fichier solde de l’Etat
 Interpellation de journalistes russes à Kiev: Moscou dénonce une provocation
 Douanes- Cameroun : première évaluation des contrats de performance pour 2015
 Cameroun : changement officiel du droit de timbre d’aéroport
 Les exportations camerounaises de cacao ont augmenté de 10% sur les 6 derniers mois
 Les populations impliquées dans la protection de la fortune publique
 Cameroun : la chasse aux détourneurs désormais ouverte aux délateurs anonymes
 La chasse aux pensionnés fictifs est ouverte
 La Russie va appuyer le Cameroun dans l'offre militaire et la gestion des réfugiés
 Hausse significative de la consommation du gaz domestique au Cameroun

 

C24 sur twitter

 

CONVERTISSEUR

DEVENEZ NOTRE
*** ETOILE24 ® ***

 

 

Cameroun24 TV

 

 

 

 

 

Image de la Semaine

 

 

 

 
Tchamba Ngassam Melvin Déjà     1423 Jours

 

 

Les plus recents


Cameroun - Economie : RÉVÉLATIONS TROUBLANTES : PLUS DE 4 MILLIARDS DE FCFA DE COFINEST DISSIMULÉS DANS LES BANQUES

Un expert a expliqué à la presse les contours de ce qui est perçu comme une mafia


Françafrique : LA GUERRE MEDIATIQUE DE LA FRANCE CONTRE LE CAMEROUN ET L’AFRIQUE

L’un des principes élémentaires de la guerre consiste à susciter des trahisons, à infiltrer l’adversaire pour le fragiliser et le faire tomber de l’intérieur.

C24+

Les plus commentés

Les plus populaires

Cameroun24 sur Twitter