Cameroun - Economie

Cameroun La Banque des PME et la Banque Agricole bientôt opérationnelle

 

 

La création de 2 banques respectivement destinées au financement de l’agriculture de l’agriculture et des PME devrait donner un coup de pouce à l’économie nationale qui repose en grande partie sur les deux secteurs vitaux.


Le secteur bancaire camerounais s’enrichira bientôt de deux nouvelles institutions financières, en l’occurrence la Banque Agricole et la Banque des PME, matérialisant ainsi l’engagement du gouvernement qui date de quelques années déjà. Le ministère des finances, a en effet confirmé que les pouvoirs publics ont libéré le capital social des deux banques, soit 20 milliards de f CFA. Ce qui est conforme aux dispositions de la Commission bancaire de l’Afrique centrale (Cobac), qui stipulent qu’il faut un fonds initial de 10 milliards de f CFA pour la création d’une banque en Afrique centrale.

Avec la libération desdits fonds, c’est le dernier obstacle qui est levé, ce qui laisse croire que les deux banques seront fonctionnelles cette année. Cette possibilité est d’autant envisageable quand on sait que les locaux pour abriter ces structures sont disponibles, et que l’accord de l’organe en charge de la régulation ne devient qu’une «simple» formalité administrative, la plus grande exigence de la Cobac étant le déblocage des fonds constitutifs.

Respectivement dénommées la Cameroon rural financial coporation (Carfic) et la Banque camerounaise des PME (BC PME), ces institutions bancaires sont attendues par les Camerounais, au regard de la place éminemment importante qu’occupent l’agriculture et les PME dans le développement économique de la Nation. Pays agricole à plus de 70%, le Cameroun compte sur la valorisation du secteur primaire pour relever le défi du développement, un fort potentiel bien que sous-exploité qui en fait le principal grenier de la sous région, aussi bien au sein de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) que du Nigeria voisin.

La politique agricole baptisée la «Révolution verte» mise en place au lendemain de l’indépendance, il y a un demi-siècle a permis au Cameroun de développer aussi bien les produits vivriers que les produits de rente, assurant ainsi un équilibre entre la consommation et l’exportation des produits agricoles dont le pays tire des bénéfices substantiels.

La politique de désenclavement, qui consiste à établir les liaisons par route entre les principales capitales en Afrique centrale, devrait booster cette production agricole qui assure tant bien que mal, une autosuffisance alimentaire à la plupart des Camerounais.

Le plaidoyer de la BAD

De son coté, l’orientation économique du pays nécessitait la mise en place d’une institution chargée du financement des activités des PME et des PMI, d’où la portée de la création d’une Banque pour les PME qui représentent plus de 90% du tissu économique du pays et participent à 34% de son PIB rapporte l’Institut national de la statistique (INS). Par ailleurs, lorsqu’on sait les difficultés que rencontrent les PME pour accéder au crédit, la création de cette banque est plus que porteuse d’espoir surtout que d’après le patronat camerounais, la durée de vie moyenne d’une PME est de dix ans. Une existence éphémère et un fonctionnement aléatoire dus en grande partie au manque de financement.

Il suffit de s’appuyer sur les récentes données de l’Association professionnelle des établissements de crédit du Cameroun (Apeccam) situant la surliquidité bancaire à plus de 600 milliards de f CFA, alors que les banques commerciales rechignent à financer les PME. Etant donné que les fonds sont disponibles, l’Etat-propriétaire et unique actionnaire pour les deux banques, devrait s’entourer des précautions de gestion pour ne pas retomber dans les travers du passé.

Puisque par le passé, les expériences du Fonds national du développement rural (Fonader) et du Crédit agricole du Cameroun (CAC) d’une part, et du Fonds de garantie pour le petite entreprise (Fogape) d’autre part, destinés pour le financement du secteur agricole et le développement des PME, se sont soldées par un gros échec, conséquence d’une gestion gabégique. D’où la préoccupation de la Banque africaine de développement (BAD) qui conseille aux gouvernants camerounais d’y instaurer une gestion rigoureuse et efficace.

Achille Mbog Pibasso, Douala

 

Les Afriques Publié : Mardi le 12 Mars 2013 04:14:53 12558 hit(s) 0 commentaire(s) Société Imprimer Envoyer cet article à

 

 

LES COMMENTAIRES

ENTREZ VOTRE COMMENTAIRE


Votre nom

Saisissez ce code CAPTCHA code Ici

Nombre de caractères restant :

SUR LE MEME SUJET : Cameroun - Economie


 Reportage : au Cameroun, Paul Fokam réussit le pari de la microfinance
 Elisabeth Huybens, nouvelle Directrice des Opérations pour la Banque Mondiale au Cameroun
 SUD, Les régisseurs de recettes doivent optimiser leurs recouvrements
 Mission terminée pour Gregor Binkert
 Vers une Recolonisation de la Douane : SGS, Société générale de surveillance ou système gabégique de succion
 La Discorde entre Alamine Ousmane Mey-Biyiti bi Essam
 Une enquête donne les tendances sur les Conditions vie des Camerounais
 Cameroun: le projet de loi sur les Jeux de Hasard contesté
 La BEAC veut se prémunir d’une instabilité monétaire et financière en Afrique centrale
 Cameroun, 18ème économie la plus compétitive
 Cameroun : le portefeuille de la Banque mondiale augmente de 41%, à près de 1,4 milliard USD en 4 ans
 Le volet urbain de Yaoundé et Douala du plan d'urgence triennal dévoilé
 L’AFD injecte 42,6 milliards FCfa pour développer trois capitales régionales du Cameroun
 L’Etat camerounais investi 1,5 milliard FCfa pour fournir des équipements de 2ème et 3ème transformation du bois aux opérateurs privés
 Marchés publics : Le calvaire des prestataires
 Comment les Entreprises peuvent gagner des parts de marché
 2141 carats de diamants bruts camerounais évalués dans le rapport du comité ITIE
 Vers la création d'un Fonds de garantie automobile du Cameroun
 Plus de deux milliards pour faciliter les échanges Union européenne-Cameroun
 La BEAC renforce la surveillance des Transactions financières

DANS LA MEME RUBRIQUE : Société


 Paul Biya à François Hollande et à la presse: « Ne dure pas au pouvoir qui veut, mais dure qui peut »
 L’AFD octroie 116 millions d’euros au Cameroun
 Ouest : Un chef traditionnel soupçonné de crime rituel
 Inondations à Douala : La société civile s’oppose au déguerpissement
 Panique : Des coups de feu tirés devant une école française à Douala
 Dayas Mounoume condamné à 15 ans de prison
 Reconnaissance historique : La répression est allée au-delà de la Sanaga maritime et du pays bamiléké
 Vous ne croirez pas qui sont à la recherche de voitures!
 Réactions des hommes politiques sur la visite de François Hollande
 L’histoire des visites des présidents français sous le Renouveau
 Yaoundé : François Hollande accuse du retard
 Paul Biya/ François Hollande : Duel à distance
 Plus de 700 Camerounais otages de Boko Haram
 RÉVÉLATIONS : Voici pourquoi Cavaye a limogé son garde du corps
 Etablissements de crédit de la Cemac: la Cobac appelle au respect des normes
 Production cacaoyère: comment on entretien un verger
 Sécurité routière: vigilance dans les agences de transport
 Transferts de crédits: attention à l’arnaque de faux messages
 Incendie à la Cud : les causes connues
 Bavure à Maroua: les étudiants manifestent

 

 

 

 

 

 

RADIO EN LIVE DIRECT
RADIO EN LIVE CAMEROUN
TV EN LIVE DIRECT
TV EN LIVE CAMEROUN
TV EN LIVE AFRIQUE
TV EN LIVE MONDE

 

C24 sur Facebook

 

C24 sur twitter

 

CONVERTISSEUR

DEVENEZ NOTRE
*** ETOILE24 ® ***

 

 

Cameroun24 TV

 

 

 

 

 

Image de la Semaine

 

 

 

 
Tchamba Ngassam Melvin Déjà     1552 Jours

 

 

Les plus recents

C24+

Les plus commentés

Les plus populaires

Cameroun24 sur Twitter