Cameroun - Politique. Cameroun: Biya, l'homme pressé

cameroun24.net Le 20 octobre 3051 Société Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Comme il l'a promis à Emmanuel Macron, le 10 octobre à Lyon (JA n° 3066), Paul Biya veut rapidement trouver une solution à la crise anglophone relate le panafricain Jeune Afrique.

Lors de la prochaine session parlementaire, traditionnellement consacrée à l'examen de la loi de finances, son gouvernement devrait présenter un projet de loi prévoyant une « décentralisation accrue » ainsi que l'octroi d'un statut spécial aux régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. À l'heure où nous mettions sous presse, le chef de l'État camerounais refusait toutefois encore de faire libérer le sécessionniste Sisiku Ayuk Tabe.

Il n'en espère pas moins apaiser la diaspora, au sein de laquelle l'opposant Maurice Kamto compte de nombreux soutiens. Selon nos sources, Biya aurait accepté de suivre les recommandations du « grand dialogue national » s'agissant de l'instauration d'une double nationalité et la création de circonscriptions pour les Camerounais de l'étranger avant les législatives de février 2020.

Un remaniement gouvernemental devrait avoir lieu après les élections. Sur ce dossier, Biya avance en terrain miné, certains, dans son propre camp, voyant d'un mauvais oeil une éventuelle ouverture à l'opposition. Réunis autour de Ferdinand Ngoh Ngoh, le secrétaire général de la présidence, ils s'activent à bloquer toute réforme du code électoral ­que réclame Maurice Kamto ­pouvant favoriser une percée du camp adverse lors des prochains scrutins.

Les partis alliés du RDPC (au pouvoir), comme l'UNDP, de Bello Bouba Maïgari (ministre du Tourisme), et le FSNC, d'Issa Tchiroma (ministre de l'Emploi), ont de leur côté fait en sorte d'obtenir des gages quant à leur maintien au gouvernement.

Enfin, Paul Biya est confronté à la montée des tensions dans le Sud, sa région d'origine, notamment à Sangmelima, où des émeutes à caractère ethnique ont éclaté le 9 octobre. Son neveu, Louis-Paul Motaze, qui devait assister, les 10 et 11 octobre à Paris, à la réunion des ministres des Finances de la zone franc, est rentré en urgence au Cameroun : il ne voulait pas laisser André Noël Essiane, le maire de Sangmelima (qui ambitionne d'entrer au gouvernement), gagner du terrain dans son fief.

Regardez

SUR LE MEME SUJET : Cameroun - Politique

DANS LA MEME RUBRIQUE : Société

Facebook

ENTREZ VOTRE COMMENTAIRE





Saisissez ce code CAPTCHA code dans la zone de texte ci-dessous

LES COMMENTAIRES

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Lire aussi

  • Le rachat de la BICEC par BCP contesté en justice en France

    Le Tribunal de commerce de Paris doit statuer, mercredi 13 novembre 2019, suite à la plainte déposée par un collectif d’avocats camerounais, laquelle conteste la cession de 68,5 % des actifs de la Banque...

  • En 2017, le Cameroun perd 314 milliards de FCFA de recettes dans le secteur pétro-gazier

    En 2017, le Trésor public camerounais a été privé d’au moins 314,6 milliards de FCFA de recettes dans le secteur des hydrocarbures. C’est ce qui ressort des rapports réalisés par la Société nationale des...

  • Suspension de 15 entreprises forestières pour exploitation illégale du bois

    C’est la substance d’un communiqué que vient de rendre public le ministre des Forêts et de la faune, qui sanctionne la plupart aussi pour exploitation hors des limites de l’assiette de coupe attribuée.

  • Selon Jeune Afrique, les participants au Grand Dialogue National ont touché jusqu’à 400 000 FCFA de per diem

    Le magazine panafricain a relevé quelques chiffres des assises du Grand dialogue nationale tenue à Yaoundé du 30 septembre au 04 octobre 2019.

  • Convertisseur

    Meteo Yaoundé