Cameroun - Economie. Les grandes entreprises et les filiales des multinationales sont les bénéficiaires de l’APE entre le Cameroun et l’UE

cameroun24.net Le 17 octobre 1057 Opinion Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
« Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’APE [Accord de partenariat économique], pour l’instant, profite davantage aux grandes entreprises et aux filiales des multinationales. À contrario, la PME, le consommateur final et les chercheurs d’emploi ne ressentent pas encore les fruits de cet accord. » C’est l’analyse faite par le Groupement inter-patronal du Cameroun (Gicam) dans son récent bulletin d’informations interne.



Depuis le 4 août 2016, date consacrant l’ouverture du marché camerounais aux importations en provenance de l’Union européenne (UE), l’organisation dirigée par l’industriel Célestin Tawamba (photo) estime que le gain fiscal pour les entreprises bénéficiaires (perte fiscale pour les finances publiques) à plus de 10,6 milliards de FCFA. Toutefois, ce sont dix grandes entreprises, filiales de multinationales pour la plupart, qui s’en tirent avec plus de 4,205 milliards de gain fiscal, soit 60,1% de part pour 2188 opérations et une valeur imposable estimée à 147, 714 milliards de FCFA.

Trois secteurs d’activités se démarquent. Il s’agit de : secteur brassicole, 1246 opérations pour 1,079 milliard de gain fiscal soit 15,4% des parts ; le secteur de la cimenterie, 192 opérations pour un gain fiscal de 1,020 milliard soit 14,6% des parts et le secteur de la papeterie, 80 opérations pour un gain fiscal de 615 millions soit 8,8% des parts indique encore IC.

À en croire le Gicam, les retombées attendues de l’APE en termes d’amélioration de la compétitivité des entreprises, du renforcement du tissu industriel, de stimulation des investissements privés, de catalyseur de la croissance économique, de création des emplois, d’accroissement des exportations du pays ne sont pas encore perceptibles. « À l’inverse, au fur et à mesure que le démantèlement avance, il serait à craindre pour l’effondrement des parts des entreprises locales », conclut le groupement inter-patronal.

Sylvain Andzongo
 

Regardez

SUR LE MEME SUJET : Cameroun - Economie

DANS LA MEME RUBRIQUE : Opinion

Facebook

ENTREZ VOTRE COMMENTAIRE





Saisissez ce code CAPTCHA code dans la zone de texte ci-dessous

LES COMMENTAIRES

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Lire aussi

  • Cameroun vs Cap Vert : « nous sommes prêts pour ce match » dixit Didier Ze Lamkel

    Convoqué pour la première fois dans la tanière des Lions Indomptables, Didier Ze Lamkel a répondu à nos questions.

  • Jean-Yves Le Drian : la réincarnation de Foccart

    Par ses faits d’armes sur le continent, l’actuel patron du Quai d’Orsay rappelle le «Monsieur Afrique» de De Gaulle lit-on dans les colonnes du journal Intégration.

  • Pour son parc automobile, le Crédit Foncier va dépenser 576 millions de FCFA

    Le directeur général de cette institution financière, Jean Paul Missi, vient de lancer un appel d’offres pour l’achat de neuf Pick-Up double-cabine, sept véhicules 4×4 Medium Essence ou Diesel, deux véhicules...

  • Selon la BAD, le Cameroun et la Guinée équatoriale sont les pays les plus fermés de la zone Cemac

    La Banque africaine de développement (BAD) vient de publier son « 2019 Visa Openness Index Report », un rapport annuel qui mesure le niveau d’ouverture des frontières des pays africains aux voyageurs. Le...

  • Convertisseur

    Meteo Yaoundé