Affaire Bolloré. La transition physique du terminal à conteneurs du port de Douala-Bonabéri a commencée

cameroun24.net Le 12 décembre 2019 3260 Opinion Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Cette phase rentre en droite ligne de l’application des articles 42 et 48 du contrat de concession de cette infrastructure portuaire stratégique pour l’économie camerounaise et de la sous-région relate Ecomatin.

Depuis le 1er décembre 2019, le contrat de concession de Douala International Terminal (DIT) a entamé sa dernière ligne droite. C’est du moins ce qu’affirment des sources au sein du Port autonome de Douala (PAD), qui informent du début de la mise en œuvre de la transition physique qui doit aboutir à la reprise de l’infrastructure portuaire. Cette conviction, souligne-t-on, est soutenue par certaines dispositions contenues dans le contrat de concession signé entre le concessionnaire et le concédant il y a plus de 15 années.

Ainsi, l’article 42 du contrat de concession portant « Reprise des engagements juridiques du concessionnaire » énonce en effet que « à l’expiration de la concession et quelles qu’en soient les causes, le nouveau concessionnaire ou à défaut de nouveau concessionnaire, le concédant, est subrogé au présent concessionnaire dans tous ses droits et perçoit notamment tous revenus et produits constatés à partir de la date d’expiration ».

L’article 48, qui traite de la continuité de l’exploitation du terminal, stipule pour sa part qu’en cas de faillite du concessionnaire ou de cessation d’activités pour toute autre raison, le concédant a un droit de préemption sur tout le matériel et équipement du concessionnaire. La même clause souligne que le concessionnaire est tenu de mettre à la disposition du concédant l’organisation et l’ensemble du personnel affectés à l’exploitation du service sur une période n’excédant pas un mois.

En clair, le contrat de la filiale du groupe Bolloré arrivant à expiration ce 31 décembre, on s’achemine vers ce cas de figure, surtout que la procédure du nouveau contrat de concession entre le PAD et le nouvel adjudicataire, Terminal International Limited (TIL), a été suspendue en octobre dernier par le président de la République Paul Biya.

Au sein du PAD, l’on semble rassurant quant à une transition sans souci. Certains responsables soulignent d’ailleurs que le PAD est prêt à assurer cette transition. Ils se réfèrent au fait que, comme l’exige le contrat de concession, le même personnel, les mêmes équipements et la même plateforme vont continuer d’assurer leurs rôles respectifs jusqu’au 31 décembre prochain. Une réunion a par ailleurs eu lieu entre le PAD et DIT dans le but d’assurer les derniers réglages. Il a été souligné à cette occasion que le blocage, la congestion et autres désagréments annoncés lors de cette phase n’ont pas lieu, contrairement aux allégations insinuées au sein de l’opinion publique.

En attendant de confirmer en temps opportun cet optimisme, il convient de rappeler que la finalisation de la concession du terminal à conteneurs du port de Douala-Bonabéri a été suspendue le 23 octobre 2019 par le président de la République, à travers le secrétaire général de la présidence, Ferdinand Ngoh Ngoh, alors que la procédure était déjà avancée avec la désignation de TIL. Cette suspension tenait lieu de ce que l’affaire, qui avait été portée devant les juridictions compétentes, n’est pas encore été complètement vidée.

Regardez

SUR LE MEME SUJET : Affaire Bolloré

DANS LA MEME RUBRIQUE : Société

Facebook

ENTREZ VOTRE COMMENTAIRE





Saisissez ce code CAPTCHA code dans la zone de texte ci-dessous

LES COMMENTAIRES

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Lire aussi

  • Les banques cachottières menacés par la BEAC

    Le gouverneur de la Banque centrale vient de signer une instruction selon laquelle, tout établissement qui ne lui transmet pas de façon quotidienne les données de ses transactions se verra infliger des sanctions...

  • Transparency International classe le Cameroun 28e pays le plus corrompu du monde

    La branche camerounaise de l’ONG anticorruption Transparency International a publié une déclaration ce 23 janvier. On y apprend qu’avec une note de 25 sur 100, le Cameroun est classé 153e sur 180 pays dans le...

  • Les enseignants doivent exiger la destitution de cette dame qui est sous-préfet d'Ayos

    Cette scène se passe à Ayos. Le pauvre enseignant ne faisait que son travail. Il avait organisé un examen en salle et pendant que ses élèves s’attelaient à boucler leur épreuve, voici que débarqua notre...

  • Me Martin LONGO, Avocat au barreau de Bordeaux rend hommage à Me Sylvain SOUOP

    Dans un message parvenu à notre rédaction, ce doyen des avocats camerounais au barreau de Bordeaux,rend un hommage mérité à son confrère.

  • Convertisseur

    Meteo Yaoundé