Cameroun - Revue de presse. La presse camerounaise fait le bilan du Grand dialogue national

APA Le 9 octobre 21222 Culture Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Alors que les lampions se sont éteints depuis cinq jours sur le Grand dialogue national (GDN) relatif à la crise sécessionniste anglophone, les journaux camerounais parus mardi continuent d’en revisiter les retombées tout en questionnant le contexte.

Quotidien à capitaux publics, Cameroon Tribune se fait l’écho du satisfecit quasi-général qu’affiche la communauté internationale au premier rang de laquelle les Nations Unies dont le secrétaire général, Antonio Guterres, salue l’organisation par le chef de l’État de cette rencontre et pour les mesures d’apaisement prises.

La moisson des 5 jours de travaux aura en effet été abondante, confirme Expression Économique, là où son confrère Le Messager dénonce une politisation à outrance des revendications de la communauté anglophone par le régime de Yaoundé.

Que sera alors le Cameroun après le GDN ? s’interroge Mutations. Pour le quotidien à capitaux privés, le pays n’a pas d’autre choix que celui de se défaire de ses vieux démons : on a compris que la félonie et la roublardise ne peuvent pas continuer d’être les leviers d’une gouvernance. «A l’ère où tous les pays s’inscrivent au championnat coriace du développement, où il n’y a plus d’un côté des dirigeants éclairés et de l’autre des peuples niais, il ne reste plus à tous et à chacun que l’option d’une gestion rigoureuse et responsable des ressources communes.»

En réussissant à faire tenir ce forum, analyse Tribune d’Afrique, le chef de l’État Paul Biya a dérouté les caciques de son régime va-t-en-guerre, eux qui affirmaient n’avoir aucun interlocuteur valable chez les sécessionnistes anglophones, s’opposaient à leur libération mais aussi à celle des prisonniers de la crise-post-présidentielle d’octobre 2018.

M. Biya est désormais seul face à l’histoire, tacle perfidement The Guardian Post, pour qui la tête du pays détient plus que jamais les clés de la paix en zones anglophones. D’ailleurs, confirme «l’hebdomadaire du monde juridico-judiciaire» Kalara, au-delà de ces actes de façade du GDN, plusieurs réformes issues de ces assises sont attendues par les citoyens sur le terrain de la justice, un secteur gangrené par la corruption et les règlements de comptes.

Sur le front de l’économie aussi, rétorque EcoMatin, le GDN a ouvert des pistes pour la relance, les recommandations des travaux ayant entrevu l’accélération de la mise en œuvre de la décentralisation, le financement et le développement de l’agriculture, le retour des investissements et la création de pôles technologiques dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Il convient tout de même de ne pas crier victoire trop tôt, relativise Mutations, rapportant que 3 jours après la clôture du GDN, les sécessionnistes continuent d’imposer leur diktat dans les régions anglophones où les «villes mortes» se sont poursuivies lundi : routes désertes, commerces et marchés fermés, les populations sont restées cantonnées dans leurs domiciles.

Félix Cyriaque Ebolé Bola

Regardez

SUR LE MEME SUJET : Cameroun - Revue de presse

DANS LA MEME RUBRIQUE : Culture

Facebook

ENTREZ VOTRE COMMENTAIRE





Saisissez ce code CAPTCHA code dans la zone de texte ci-dessous

LES COMMENTAIRES

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Lire aussi

  • Les pistes de solution pour amener les médias camerounais à promouvoir la « conscience nationale » explorées par le gouvernement

    Le sujet relatif au patriotisme dans les médias camerounais était à l’ordre du jour du conseil de cabinet, tenu le 31 octobre dernier à Yaoundé.

  • Le rappeur et proche de Sofiane, Samat s'est fait tuer !

    Samat abattu sur le parking du McDo de Garges !

  • Bafoussam : pourquoi je ne tontine pas

    Je me sens très mal à l’aise face à cette solidarité à symétrie variable. 3000 morts dans le NOSO, pas un artiste pour dire stop ça suffit, pour prendre position, pour s’indigner à part nous balancer des...

  • Le nouveau top management du CEPER limoge Charles Etoundi et son épouse

    L’ancien membre du gouvernement et président du conseil d’administration de cette entreprise depuis près d’une vingtaine d’années, vient d’être débarqué par les nouveaux dirigeants.

  • Convertisseur

    Meteo Yaoundé