Cameroun - Finance. Voici les représentants de la masse des obligataires de l’emprunt « ECMR 5,6% net 2018-2023 »

cameroun24.net Le 16 octobre 3914 Société Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Ils ont été désignés à l’issue de l’assemblée générale tenue en fin de semaine dernière sous la conduite du ministère des Finances écrit Ecomatin.

Les souscripteurs à l’emprunt obligataire opéré par l’Etat l’an dernier connaissent leurs représentants. Le trio a été désigné au cours d’une assemblée générale présidée jeudi 10 octobre 2019 par Yecke Endalle epse Eko Eko, inspecteur général au ministère des Finances (MINFI). SCB Cameroun, personne morale bancaire, La Régionale, personne morale non bancaire, et Suzanne Ngo Bikoï, personne physique, représentent désormais la masse des obligataires de l’emprunt « ECMR 5,6% net 2018-2023 ».

Cette représentation est un groupement légal obligatoire qui jouit d’une personnalité juridique. Durant son mandat qui court jusqu’à échéance de l’emprunt, soit cinq ans, elle a la charge de défendre les intérêts des obligataires et doit, de ce fait, s’assurer que l’Etat camerounais respecte ses engagements. « Elle a le devoir de vérifier que toutes les dispositions sont prises pour que les souscripteurs soient remboursés à bonne date », a souligné l’inspecteur général du MINFI.

En rappel, l’Etat camerounais a lancé cet emprunt obligataire en octobre 2018 (voir photo) pour rechercher la somme de 150 milliards de FCFA. Cette enveloppe était prioritairement destinée à l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football qui devait se jouer au Cameroun en 2019. Près de 70% de ces financements étaient en effet destinés aux travaux finaux du complexe sportif d’Olembe à Yaoundé, de ses stades annexes et ses voies d’accès à hauteur de 36 milliards de FCFA ; du complexe de Japoma à Douala, ses annexes et ses voies d’accès pour 26 milliards FCFA ; du stade de la Réunification, toujours dans la principale ville économique du pays, pour un montant de 8 milliards de FCFA. Des infrastructures du même type devaient recevoir des enveloppes à Bafoussam ou encore à Garoua.  Il faut également noter que l’emprunt devait servir à financer des projets dans les domaines énergétiques, technologiques, etc.

Regardez

SUR LE MEME SUJET : Cameroun - Finance

DANS LA MEME RUBRIQUE : Société

Facebook

ENTREZ VOTRE COMMENTAIRE





Saisissez ce code CAPTCHA code dans la zone de texte ci-dessous

LES COMMENTAIRES

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Lire aussi

  • La grève à la PHP se poursuit

    La grève débuté hier dans cette plantation se poursuit ce jour avec des affrontements violents avec les forces de l'ordre a appris cameroun24.

  • Washington demande à Yaoundé un «transfert de pouvoir» vers les régions anglophones

    Les Etats-Unis ont appelé mardi à un «vrai dialogue» et à un «transfert de pouvoir» vers les régions anglophones du Cameroun, estimant que la réponse militaire privilégiée par le gouvernement ne faisait que...

  • Une unité d'élite de l'armée pour neutraliser la grève à la PHP

    Les autorités locales ont fait appel à l'armée pour rapidement étouffé la grève des employés de cette plantation.

  • Le Cameroun se confirme comme place financière de la Cemac, en procurant au Gabon 60% de l’emprunt obligataire 2019-2024

    Le dernier emprunt obligataire de l’État gabonais, pour lequel la période des souscriptions s’est étendue du 20 septembre au 2 octobre 2019, a enregistré un taux de souscription de 126%.

  • Convertisseur

    Meteo Yaoundé