Cameroun : deux incendies font des ravages à Douala

Cameroun - Faits divers. Cameroun : deux incendies font des ravages à Douala

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

Quatre chambres à Makéa et le bâtiment administratif de l’Institut universitaire de la Côte consumés par les flammes rapporte CT.



Journées des 11 et 12 janvier chargées pour les éléments du 20e groupement sapeurs pompiers. Deux incendies d’une rare violence ont consumé quatre chambres d’une concession au quartier Makéa (arrondissement de Douala 2e) jeudi en début de soirée, et le bâtiment administratif de l’Institut universitaire de la Côte situé au quartier Logbessou (Douala 5e) vendredi matin.

L’incendie du quartier Makéa a commencé aux environs de 19h. Victimes, des domiciles construits en matériaux provisoires et de surcroît touffus.

Les flammes se sont rapidement propagées d’une chambre à l’autre. Les soldats du feu ont mis près de deux heures pour éteindre les flammes afin d’éviter un embrasement total du quartier. La configuration du coin n’a pas permis aux pompiers de se déployer aisément.

On note de nombreux dégâts matériels, mais pas de pertes en vies humaines. Impossible de déterminer l’origine de cet incendie, même si la piste des mauvaises installations électriques est évoquée.

Du côté de l’Institut Universitaire de la Côte (Iuc), c’est aux environs de 6h du matin vendredi que l’alerte a été donnée. Les pompiers dont la caserne se trouve à Ngodi ont pris la route pour Logbessou, à vingtaine de km de leur base. A leur arrivée, le feu est en train de ravager le 3e étage d’un immeuble R+2 à usage de bureaux. De ce côté également, de nombreux dégâts matériels – évalués à plusieurs millions de francs.

La salle multimédia qui comprenait de nombreux ordinateurs et la salle de conférence de 70m2 sont parties en fumée. D’après les soldats du feu, les flammes seraient parties de la salle multimédia, pour embraser la salle de conférence dans le bâtiment voisin, dont les cloisons étaient en contre-plaqué. Les pompiers ont déploré le manque de bouche d’incendie qui ne facilite pas leur travail sur le terrain.

Mireille ONANA MEBENGA
 

Société