Affaire Kamto. Ces procès nous concernent ! (Partie I)

cameroun24.net Lundi le 09 Septembre 2019 Opinion Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Jamais, dans la plus folle de mes imaginations, je n'aurais cru passer des jours dans un tribunal militaire. Pour y faire quoi ? Pourtant, nous y voilà, mes camarades, mes collègues et moi, depuis 2017, à passer des heures et des heures au tribunal militaire. Des activistes anglophones y ont été jugés ; des séparatistes anglophones y ont été jugés ; aujourd'hui, les membres du MRC et leurs alliés y ont commencé leur procès.

ADS



En tant que Camerounais, nous sommes aujourd'hui plus conscients que jamais qu'il n'y a aucun espoir de justice de la part de ce tribunal. Certainement pas pour les activistes, les défenseurs des droits humains ou les acteurs politiques. Ainsi, aujourd'hui, 6 septembre 2019, à l'ouverture du procès du MRC et de ses alliés, je me suis moins concentrée sur la justice et plus sur tous les éléments révélateurs de la gouvernance au Cameroun. Ces procès nous concernent !

L'INTIMIDATION

En arrivant à Yaoundé aujourd'hui, on s’aperçoit immédiatement que quelque chose se prépare. Des camions de policiers occupent l'espace devant la Poste Centrale. Au fur et à mesure que nous nous rapprochons du tribunal, le nombre de camions et de forces armées vont croissants : policiers, gendarmes dans leurs différentes appellations de lettres combinées.

La cour était conviée pour 8h. Lorsque nous sommes arrivés vers 8 h 40, il y avait un important dispositif de sécurité à l'entrée du tribunal militaire. Ils ne laissaient plus entrer les gens. Peu de temps après, des barricades ont été érigées à environ 1000 mètres de chaque entrée au tribunal. Les journalistes, activistes et militants du MRC qui voulaient se rendre au tribunal ont été stoppés à des centaines de mètres de là. La présence des forces armées est mise en place pour faire peur et intimider.

Elles n'étaient pas là pour notre sécurité en tant que Camerounais, mais plutôt pour envoyer un message clair aux Camerounais. Ne défendez pas vos droits, ne vous engagez pas dans une action politique ; si vous le faites, nous utiliserons la force de l'État contre vous.

L'intimidation se poursuit dans la salle d'audience. Des hommes armés des semi-automatiques font entrer les accusés. Ils sont habillés pour intimider. Masques faciaux, équipement anti-émeute, gros fusils. Ils essaient de rester dans la salle d'audience. Les avocats de la défense doivent élever la voix pour obtenir leur retrait de la salle.

Avant le début du procès, plus d'intimidation. Un homme en uniforme militaire s'adresse au public. Il met en garde contre l'utilisation des téléphones portables. Si vous prenez des photos, nous vous expulserons de la salle, vous pourriez être détenu, vous êtes prévenus.

Au début du procès, la présidente de séance choisi de lire plusieurs articles de la loi qui régit les procès. Cela lui permet de diffuser encore des avertissements. Elle ne tolérera aucun bruit de soutien ou de dissidence. Elle rejettera et pourra même arrêter toute personne dont elle juge le comportement inacceptable.

Nous découvrirons plus tard que pendant que nous étions assis à l'intérieur, aux barricades, des personnes étaient intimidés et arrêtés. Des membres du MRC et de Stand Up For Cameroon ont été arrêtés puis libérés tard dans la soirée.

Les tactiques d'intimidation sont multiples et diverses.

Nous avons été intimidés à l'approche du tribunal militaire, nous avons été intimidés en entrant au tribunal, nous avons été intimidés avant le début du procès, nous avons été intimidés au début du procès et nous avons été intimidés après le procès.

Le décor est planté. C'est la justice style Régime Biya. Il n'a en aucun cas pour but de promouvoir et de protéger nos droits. Il ne s'agit en aucun cas de justice. Tout est conçu pour nous inciter à accepter les décisions préfabriquées qui seront rendues.

Frank ESSI
SG CPP

Lire aussi : Le procès du 1er Vice président du MRC de nouveau renvoyé
Lire aussi : Le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun MRC va marcher à Douala cette semaine
Lire aussi : Tentative d'assassinat sur Maurice Kamto : Des militants du MRC convoqués à la gendarmerie

 

Facebook

ADS

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Rechercher un article

ADS