Cameroun - Politique. Cameroun: Biya, l'homme pressé

cameroun24.net Le 20 octobre 3092 Société Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Comme il l'a promis à Emmanuel Macron, le 10 octobre à Lyon (JA n° 3066), Paul Biya veut rapidement trouver une solution à la crise anglophone relate le panafricain Jeune Afrique.

Lors de la prochaine session parlementaire, traditionnellement consacrée à l'examen de la loi de finances, son gouvernement devrait présenter un projet de loi prévoyant une « décentralisation accrue » ainsi que l'octroi d'un statut spécial aux régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. À l'heure où nous mettions sous presse, le chef de l'État camerounais refusait toutefois encore de faire libérer le sécessionniste Sisiku Ayuk Tabe.

Il n'en espère pas moins apaiser la diaspora, au sein de laquelle l'opposant Maurice Kamto compte de nombreux soutiens. Selon nos sources, Biya aurait accepté de suivre les recommandations du « grand dialogue national » s'agissant de l'instauration d'une double nationalité et la création de circonscriptions pour les Camerounais de l'étranger avant les législatives de février 2020.

Un remaniement gouvernemental devrait avoir lieu après les élections. Sur ce dossier, Biya avance en terrain miné, certains, dans son propre camp, voyant d'un mauvais oeil une éventuelle ouverture à l'opposition. Réunis autour de Ferdinand Ngoh Ngoh, le secrétaire général de la présidence, ils s'activent à bloquer toute réforme du code électoral ­que réclame Maurice Kamto ­pouvant favoriser une percée du camp adverse lors des prochains scrutins.

Les partis alliés du RDPC (au pouvoir), comme l'UNDP, de Bello Bouba Maïgari (ministre du Tourisme), et le FSNC, d'Issa Tchiroma (ministre de l'Emploi), ont de leur côté fait en sorte d'obtenir des gages quant à leur maintien au gouvernement.

Enfin, Paul Biya est confronté à la montée des tensions dans le Sud, sa région d'origine, notamment à Sangmelima, où des émeutes à caractère ethnique ont éclaté le 9 octobre. Son neveu, Louis-Paul Motaze, qui devait assister, les 10 et 11 octobre à Paris, à la réunion des ministres des Finances de la zone franc, est rentré en urgence au Cameroun : il ne voulait pas laisser André Noël Essiane, le maire de Sangmelima (qui ambitionne d'entrer au gouvernement), gagner du terrain dans son fief.

Regardez

SUR LE MEME SUJET : Cameroun - Politique

DANS LA MEME RUBRIQUE : Société

Facebook

ENTREZ VOTRE COMMENTAIRE





Saisissez ce code CAPTCHA code dans la zone de texte ci-dessous

LES COMMENTAIRES

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Lire aussi

  • Opération avec succès en France des deux bébés siamois camerounaises

    L’opération réalisée mercredi à l’Hôpital Femme-Mère-Enfant des Hospices Civils de Bron, près de Lyon, a permis de séparer les deux sœurs siamoises camerounaises venues au monde reliées par l’abdomen...

  • Le Sdf joue sa survie au Cameroun

    Classé quatrième au terme de la présidentielle du 07 octobre 2018 avec 03,35% de voix, Joshua Osih a réalisé le pire score du Social Democratic Front (SDF) depuis 1992, toutes élections confondues lit-on dans les...

  • Entre 2009 et 2016 , le nombre d’entreprises a presque triplé au Cameroun

    Selon l’INS, l’implantation des entreprises sur le territoire national, la physionomie des activités économiques exercées, la taille ainsi que la forme juridique des entreprises ont été marquées par une...

  • Le statut spécial du Nord-ouest et du Sud-ouest confirmé par Paul Biya

    Au cours de la 2e édition du Forum de Paris sur la paix, le chef d’Etat camerounais est revenu sur la situation sécuritaire qui sévit dans ces régions depuis trois ans, en indiquant que ce statut spécial, issu...

  • Convertisseur

    Meteo Yaoundé