Cameroun - Santé. Le cancer de l’estomac: « Ne pas manger trop épicé ou trop salé » recommande Dr Stéphane Happi

cameroun24.net Le 12 septembre 5296 Opinion Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Médecin généraliste, il recommande également dans les colonnes du journal Mutations d’éviter trop les viandes et poissons fumés, le tabac, l’alcool et les stupéfiants, pour se prémunir de cette maladie qui tue environ 90% des personnes atteintes.


Comment peut-on définir le cancer de l’estomac ?
Le cancer de l’estomac est une tumeur maligne qui se développe dans les couches internes de l’estomac. C’est une maladie prenant naissance dans les cellules de l’estomac. Nous avons les tumeurs bénignes et les tumeurs malignes. Le cancer de l’estomac est la deuxième cause de décès par le cancer dans le monde.

Quelle en est l’origine ?
Plusieurs facteurs prédisposant peuvent être à l’origine de ce cancer. Comme premier facteur, nous avons l’infection à une bactérie (helicobacter pylori) qui est incriminée dans les maladies gastriques et retrouvée chez des patients qui développent le cancer. En deuxième lieu, nous avons l’alimentation. Le cancer de l’estomac est souvent lié à un faible niveau socio-économique suite à la faible consommation des vitamines A et C ; l’alimentation riche en sodium (sel) et ou en nitrate ; l’utilisation excessive des épices dans des repas. La consommation abusive des viandes et poissons fumés est également l’une des causes majeures de cette maladie, car des personnes consommant ces produits vont dégager des nitrites et nitrates qui peuvent entrainer des modifications au niveau de l’estomac et causer par la suite un cancer. Nous pouvons également avoir le tabac, les stupéfiants, et même l’alcool.

Parlez-nous des facteurs de risque de cette maladie ?
Nous avons de facteurs de risque connus et des facteurs de risque possibles. S’agissant des facteurs de risque connus, des preuves convaincantes permettent d’affirmer que les infections à helicobacter pylori, le tabagisme, des antécédents familiaux de cancer de l’estomac, des troubles génétiques héréditaires (car certains peuvent faire augmenter le cancer de l’estomac suite par une mutation du gène cdh1), peuvent tous augmenter la probabilité de contracter le cancer de l’estomac. Pour des facteurs de risque possibles, nous pouvons citer le sel ou les aliments salés, l’alcool résultant de la consommation de plus de trois verres, l’obésité, la fibrose kystique (qui est un trouble génétique qui affecte les glandes qui fabriquent le mucus et la sueur).

Quels sont les symptômes du cancer de l’estomac ?
Le cancer de l’estomac est une maladie sourde ; c’est-à-dire qui peut évoluer et ne se découvrir le plus souvent que lorsqu’elle est à un stade avancé. Les signes ne sont que ceux des complications. Ainsi, un patient atteint de cette maladie pourra présenter des signes comme l’amaigrissement, un syndrome ulcéreux notamment douleur épigastrique, des vomissements de sang, un amaigrissement du ventre, et les signes d’anémie. Mais aussi le ventre peut enfler de manière significative. Toutefois la spécificité reste faible pour évoquer ce type d’affection.

Comment procède-t-on pour le diagnostic de cette maladie ?
Le diagnostic est fait à base de la fibroscopie gastrique. C’est un appareil que l’on va envoyer par la bouche, et qui va permettre de voir l’intérieur du tube digestif, de la bouche à l’œsophage, jusqu’à l’estomac. Au niveau de l’estomac, cet appareil va montrer la lésion et permettre de voir si la tumeur est bien développée. Cette fibroscopie permet également de faire des prélèvements biopsiques, pour analyse anatomo-pathologique par un spécialiste et de confirmer rapidement le diagnostic, dans le cas où la tumeur n’est pas assez développée. Les biopsies doivent être multiples.
Toutefois, ce diagnostic du cancer de l’estomac est souvent tardif compte tenu de la tumeur et l’absence de symptômes des lésions de petite taille. Le diagnostic présomptif (suspect de la présence de la maladie chez un patient qui la manifeste) se fait beaucoup plus chez des patients ayant atteint l’âge de 50 ans qui présentent des signes digestifs, notamment des crachats de sang, associé aux signes précédents.

En quoi consiste le traitement ?
Comme toute autre maladie, plus vite le cancer de l’estomac est découvert, plus les chances de traitement ne sont élevées. Il existe plusieurs méthodes thérapeutiques. Nous avons l’ablation par fibroscopie. Elle est proposée pour des tumeurs de petites tailles, sans envahissement de la muqueuse sous-jacente. La chirurgie est le seul traitement éventuellement curatif du cancer de l’estomac. Elle est réalisable chez au moins 50% de patients. La chirurgie de la tumeur doit être accompagnée d’un curage ganglionnaire. Ce curage doit permettre d’analyser au moins 20 ganglions dans le voisinage de l’estomac. La radiothérapie seule n’a pas d’efficacité démontrée dans le traitement à visée curative du cancer de l’estomac, sauf en cas de maladie localisée. Mais, ce cancer est généralement découvert très tard. Ce qui permet de dire que le taux de survie suite à cette maladie est très faible.

Quelles peuvent être les conséquences du cancer de l’estomac ?
La conséquence immédiate de cette maladie est l’altération de la santé du patient. Et la mort à long terme si la maladie n’est pas prise en charge le plus rapidement possible. Même si elle est prise en charge et que le cancer est à un stade avancé, le taux de survie du patient est très faible. Pour les patients non traités et dont le diagnostic a été fait, la survie est de cinq ans, dans 10 à 15% des cas.


Quel état des lieux faîtes-vous de cette maladie au Cameroun ?
Par rapport à certains pays de l’Europe, le cancer de l’estomac est le plus élevé chez nous en Afrique, et au Cameroun beaucoup plus. Car les maladies gastriques et ulcères gastriques sont de plus en plus fréquents.

Comment prévenir cette maladie ?
Il est très difficile de conseiller aux patients de faire des efforts dans la prévention des maladies gastriques. Au Cameroun, des femmes ne cessent de manger de la nourriture avec beaucoup de piment, sous prétexte d’avoir des nausées. Il faut éviter la consommation abusive des épices, notamment de piment. Eviter des aliments trop salés ; toujours faire recours aux médecins pour se faire soigner ; mettre fin à la consommation du tabac et des stupéfiants, qui sont en général des produits qui réduisent à pratiquement 50% l’espérance de vie du fumeur.

Giresse Kuaté (Stagiaire)

Regardez

SUR LE MEME SUJET : Cameroun - Santé

DANS LA MEME RUBRIQUE : Société

Facebook

ENTREZ VOTRE COMMENTAIRE





Saisissez ce code CAPTCHA code dans la zone de texte ci-dessous

LES COMMENTAIRES

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Lire aussi

  • Un nouveau boulet pour le gouvernement dans le transport urbain : les mototaxis

    Véritables égéries pour le pouvoir et l’opposition en période électorale, ces acteurs économiques d’un genre nouveau, qui ont paralysé la circulation à Yaoundé hier, attendent toujours la « structure...

  • La BEAC s’engage à examiner les préoccupations du secteur pétrolier dans la règlementation des changes

    Au moment où les entreprises pétrolières opérant en zone CEMAC souhaitent être exemptées des dispositions de la nouvelle réglementation sur leur activité, la Banque des Etats de l’Afrique centrale se dit...

  • Nathalie KOAH répond à Samuel ETO'O

    C'est par le biais d'une citation de Jean-Paul Sartre qu'elle s'est exprimée sur sa page Facebook.

  • Le PCRN et l'UDC vont faire front commun à Wouri 1er

    L'annonce a été faite ce jour par Cabral LIBII, le président du PCRN sur sa page officielle.

  • Convertisseur

    Meteo Yaoundé