Crise Anglophone. L’Unicef accuse les séparatistes de crimes et exactions dans le Noso

cameroun24.net Le 13 novembre 1387 Société Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Dans un rapport publié le 5 novembre dernier, l’agence onusienne pointe les groupes armés comme auteurs des enlèvements, des viols, des assassinats et des incendies d’écoles dans les régions anglophones écrit Intégration.


Un tableau, celui que transmet le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) pour décrire la situation dans les régions du Nord-Ouest et du Sud- Ouest (Noso), est désolant. Dans un rapport publié la semaine dernière, le démembrement onusien fait état de 529 incidents de sécurité survenus dans les deux régions depuis le début 2019. Deux mois après le début de l’année scolaire en cours, 4 100 écoles, soit 90 % d’écoles primaires publiques, et 744 institutions secondaires (77 %) restent fermées ou non opérationnelles. Plus de 850 000 enfants n’ont plus droit à l’éducation scolaire. Les enfants ainsi non scolarisés sont enrôlés de force dans ces groupes armés.

Ceux qui ne le sont pas encore, du fait de cette situation, courent un grand risque d’être recrutés par ces bandes armées, de se marier, d’avoir des grossesses précoces et d’être victimes d’autres formes d’exploitation et de maltraitance. Un nombre croissant d’ONG ont été victimes de prises d’otages et d’extorsions de la part des bandes armées. «Les régions anglophones du Cameroun, qui étaient jadis les endroits où l’éducation était la meilleure dans tout le pays, doivent désormais faire face à une politique permanente de non-scolarisation mise en place par des groupes armés non étatiques; des milliers d’enfants au Cameroun vivent dans la peur. Ils ont besoin de la paix pour pouvoir reprendre leurs études et recouvrer leur avenir», déplore Henrietta Fore, directrice exécutive de l’Unicef.

Agir
Meurtrie par cette situation, l’institution invite les responsables de ces organisations armées à respecter les enseignants et les autres personnels de l’éducation, y compris les prestataires de l’enseignement à domicile. Henrietta Fore appelle à une action pour contraindre ces groupes à permettre aux enfants d’aller à l’école. À son avis, il est temps de créer les conditions pour que les enfants apprennent «dans un environnement sûr et protecteur». «Nous ne pouvons plus perdre de temps. Si nous n’agissons pas maintenant. Nous courrons le risque d’avoir une génération perdue de jeunes, plutôt qu’un jeune engagé et informé qui peut aider à reconstruire leurs communautés», insiste la directrice exécutive de l’Unicef.

Bobo Ousmanou

Regardez

SUR LE MEME SUJET : Crise Anglophone

DANS LA MEME RUBRIQUE : Société

Facebook

ENTREZ VOTRE COMMENTAIRE





Saisissez ce code CAPTCHA code dans la zone de texte ci-dessous

LES COMMENTAIRES

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Lire aussi

  • Pour aménager le Lac municipal de Yaoundé, le Cameroun va emprunter de 12,6 milliards de FCFA

    Paul Biya a signé deux décrets le 4 novembre, pour instruire le ministre de l’Economie de contracter deux crédits auprès de la Deutsche Bank d’Espagne.

  • La Charte africaine sur la décentralisation ratifiée par le Cameroun

    Le chef de l’État camerounais a entériné, le 31 octobre 2019 par voie de décret, la Charte africaine des valeurs et des principes de la décentralisation, de la gouvernance locale et du développement local.

  • Les sites de Loumgouo et Latsit accueillent 181 familles après le drame de Gouatchie

    Les autorités locales ont entamé lundi 4 novembre l’installation de plus de 100 familles sur un espace de 17 hectares relate Ecomatin.

  • Maurice Kamto explique dans Jeune Afrique pourquoi son parti ne va pas aux élections

    L'intégralité de l'interview que le président du MRC a accordé au panafricain Jeune Afrique.

  • Convertisseur

    Meteo Yaoundé