Humour. L'humour nouvelle version avec Basseek Fils Miséricorde

cameroun24.net Le 13 mars 2018 632 Culture Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
L’artiste camerounais en sélection officielle au MASA veut ouvrir une autre page de son art lit-on dans les colonnes de CT.



Dans la foule de spectateurs dédiés à Adama Dahico dimanche dernier, Basseek Fils Miséricorde a répondu présent. « Je le connais depuis 2013. Nous avons joué un peu partout en Afrique, et ce MASA nous offre une nouvelle chance de remonter sur scène ensemble. J’ai beaucoup d’admiration pour lui.

Même si nous avons deux styles différents, il a une telle spontanéité et une fertilité en termes d’idées », reconnaît l’humoriste camerounais.

Dans les artères du palais de la culture d’Abidjan, Basseek Fils Miséricorde fait les cent pas en attendant son heure. Mercredi et jeudi prochains, ce sera à son tour d’attirer le public, avec « Fausses vérités », sélectionné dans le « in » du MASA 2018. Ce spectacle, il a commencé à l’écrire après l’obtention de son prix RFI Talents du rire en 2015. Il tourne autour des « vérités » de la politique, du social, entre autres préoccupations. «

Nous avons grandi formatés par un certain type d’éducation. Alors dans ce spectacle, je joue beaucoup avec l’alphabet français, je m’amuse avec la géographie, l’histoire », souligne celui qui avoue faire de l’art pour le progrès, un humour éducatif.

Il a fallu plusieurs années à Basseek Fils pour faire accepter son style décalé. « Le type d’humour que je fais n’a pas encore pignon sur rue en Afrique. Certains se demandent même si je fais de l’humour ou du théâtre », dit-il. Mais il tient à pratiquer l’humour autrement que ces blagues de deuil, de funérailles, de mariage racontées le temps d’un show.

Pour lui, l’humour, c’est aussi des textes écrits avec logique et esthétique. « Cette forme d’humour universel m’a été enseignée par Essindi Mindja, et est l’apanage d’humoristes célèbres comme Dieudonné Mballa, Gad Elmaleh ou encore Anne Roumanoff », ajoute-t-il.

Ce n’est pas son premier MASA. En 2014, il était déjà là, mais il garde des souvenirs mitigés. « J’ai joué ma première représentation devant trois personnes. C’état dommage », regrette l’humoriste. Cette fois, dans l’objectif de vendre « Fausses vérités » à des diffuseurs, il est programmé au palais de la culture, centre des activités et donc gage de spectateurs.

Pour mettre toutes les chances de son côté, il a fait imprimer une cinquantaine d’affiches, pour inonder le site et s’attirer des acheteurs.


Monica NKODO

Regardez

SUR LE MEME SUJET : Humour

DANS LA MEME RUBRIQUE : Humour

Facebook

ENTREZ VOTRE COMMENTAIRE





Saisissez ce code CAPTCHA code dans la zone de texte ci-dessous

LES COMMENTAIRES

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Lire aussi

  • La première photo de MHD en prison publiée !

    Alors qu'il est toujours incarcéré depuis le mois de janvier dernier alors qu'il est accusé d'être impliqué dans l'affaire de l'assassinat d'un jeune homme, aucune image du rappeur n'avait fuité dans les médias...

  • Suspension au Cameroun de la chaîne de télévision Afrique Media, après des émissions très critiques sur Alassane Ouattara

    Les autorités camerounaises viennent de suspendre la chaîne de télévision Afrique Media.

  • Les chefs Sawas boycott l'installation du sous-préfet de Douala 1er

    Selon eux les chefs de l'Ouest ont été installé sur leurs places.

  • Les pistes de solution pour amener les médias camerounais à promouvoir la « conscience nationale » explorées par le gouvernement

    Le sujet relatif au patriotisme dans les médias camerounais était à l’ordre du jour du conseil de cabinet, tenu le 31 octobre dernier à Yaoundé.

  • Convertisseur

    Meteo Yaoundé