Cameroun - Emploi. Mouvement d'humeur des anciens chauffeurs d’Ecobank

cameroun24.net Le 13 décembre 2019 23002 Société Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Ils revendiquent leurs indemnités et l’ont fait savoir à travers des sommations adressées à la direction générale cet établissement financier lit-on dans les colonnes du quotidien privé Mutations.


Deux ans déjà qu’ils sont dans la rue.  Des individus dont l’un des documents mis à la disposition du quotidien Mutations, est un contrat  qui  les lie à l’établissement financier Ecobank,  revendiquent le paiement de leurs indemnités de licenciement.  « J’ai été recruté à Ecobank en 2002 comme chauffeur, pour une durée indéterminée. En  2017, après 15 ans de service, pour des raisons que j’ignore, j’ai été reversé à Zebreka,  une autre société que je ne connaissais pas jusqu’à ce jour-là.  Mon ancien employeur(Ecobank) m’a dit que je bénéficierais du même traitement dans la nouvelle structure », déclare un ancien employé d’Ecobank.  Ce dernier de poursuivre, « après quelques mois de collaboration, la nouvelle société a arrêté de payer mon salaire et mes prestations ». Rendu à la direction de mon nouvel employeur, «  on m’a fait comprendre que Ecobank ne paye plus ses fractures ».  

ecobank_revendication

Comme lui plusieurs autres chauffeurs, ex-salariés de cette structure financière se retrouvent dans cette situation. Le 29 novembre dernier,  ils ont adressé des réclamations à la directrice générale de cet établissement bancaire pour que leurs indemnités de licenciement leur soient versées. Bien avant, c’est-à-dire le 26 février de l’année en cours, par le biais de leur avocat,  Me Patrice Monthe, ils ont sommé leur ancien employeur à respecter son engagement. En effet, selon l’article 4,  alinéa 2 de la convention d’entente entre Zebreka et la structure Ecobank,  cette dernière  a fait des  garantis pour verser un chiffre d’affaire mensuel en contrepartie à son partenaire pour recruter des chauffeurs mis à disposition.  

Jointe au téléphone après plusieurs tentatives infructueuses et des rendez-vous non respectés, une source au sein d’Ecobank fait savoir que la direction de l’entreprise ne voudrait pas se prononcer sur le sujet. Cependant fait-elle savoir, les documents produits par « des individus qui se sont présentés comme ex-chauffeurs de leur structure sont faux ». Sans donner plus d’informations, la source conclut la conversation en ces termes,  « ces hommes n’ont jamais travaillé pour le compte de leur entreprise ». Il y a anguille sous roche.  
 

Wamba Sop

Regardez

SUR LE MEME SUJET : Cameroun - Emploi

DANS LA MEME RUBRIQUE : Société

Facebook

ENTREZ VOTRE COMMENTAIRE





Saisissez ce code CAPTCHA code dans la zone de texte ci-dessous

LES COMMENTAIRES

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Lire aussi

  • Un accident de circulation fait 4 morts à Yaoundé

    Un magistrat et toute sa famille nucléaire décèdent dans l'accident a appris cameroun24.

  • Le RPDC exige 52 millions FCFA aux membres du gouvernement dans le Haut Nyon pour la Campagne électorale

    Pour les prochaines élections municipales et législatives, le démembrement du RDPC dans le département du Haut-Nyong (région de l’Est) sollicite l’effort de guerre de ses militants les plus importants ou haut...

  • Le Cameroun n'exploite pas le potentiel de sa diaspora en termes d’investissements

    Avec des transferts de fonds à hauteur de 201 milliards de FCFA en 2018, les migrants camerounais sont les plus généreux au sein de la CEEAC, après ceux de la RDC. Mais cet argent va essentiellement à la prise en...

  • Louis Paul Motaze veut éteindre le feu entre le patronat et le fisc camerounais

    Louis Paul Motaze (photo), le ministre des Finances (Minfi), a signé le 23 janvier, une note d’information. Dans ce document, le Minfi « encourage » la communauté des affaires à garder l’« esprit de...

  • Convertisseur

    Meteo Yaoundé