Cameroun - Politique. SUD, Collectivités territoriales décentralisées : Elles répondront désormais de leur développement local

cameroun24.net Le 19 aout 4118 Opinion Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Explications faites le 14 août dernier dans la salle des actes de la mairie d’Ebolowa 1 er au cours de l’atelier de renforcement de leurs capacités et celles des services décentralisés de l’état dans le suivi des ressources transférées, la budgétisation et l’exécution des marchés publics.

 Une initiative du ministère de la décentralisation et du développement local (Minddevel) et les autres sectorielles, Minepat et Minfi sous la présidence du gouverneur de la région du Sud.
Le constat à mi-parcours de la 1 ère année de la nouvelle forme de dotation des ressources aux Ctd n’était pas un cours d’eau tranquille. Ces Ctd et les services déconcentrés de l’état n’avaient pas une bonne maîtrise du code de budgétisation d’où l’importance à outiller les uns comme les autres. Or, avant 2018 les projets du budget d’investissement public (Bip) étaient priorisés au niveau central. Ce qui ne permettait pas d’intégrer les aspirations des populations bénéficiaires à la base du coup, on ne pouvait pas inciter un développement local réel tant souhaité pour les populations. Selon Lidwine Ongolo chef de division de la planification du développement local au Minddvel, « On a pensé à rendre les collectivités territoriales décentralisées (Ctd), elles mêmes responsables de leur développement local. De leur donner ainsi la possibilité de choisir elles mêmes et de prioriser leurs projets inscrits dans le Bip. De ce fait, il y’a une méthodologie de sélection, de priorisation de ces projets d’où l’objet de l’atelier d’Ebolowa. Atelier qui les  outille sur le mode de budgétisation mais aussi, pour arrimer leur budget à celui  de l’état. Pour mieux atteindre cette vision du développement à la base, il est important pour les Ctd que leurs projets soient matures. Car, sans cette maturation des projets, la conséquence est directe avec des multiples chantiers en hibernation ». Il faut noter que dans le but d’améliorer cet état de chose, le gouvernement dans le cadre du plan global de la reforme de la gestion des finances publiques 2019-2021 a mis sur pied un nouveau code de gestion des recettes transférées aux Ctd. De même dans le cadre de la création et de l’approfondissement du processus  d’accélération de la décentralisation prônée par le président de la république. Ainsi, une réflexion est menée par le Minfi et Minepat sur la reforme du transfert des ressources aux Ctd. Ce qui a permis d’élaborer un nouveau mode opératoire de transfert, de budgétisation, d’exécution et de suivi de ces ressources transférées. Pour Félix Nguelé Nguelé gouverneur de la région du Sud, « le mode opératoire de priorisation, d’exécution et du suivi de l’investissement publique vise à proposer les options de relèvement des ressources transférées aux Ctd. Ainsi que leur autonomie en matière d’identification et la sélection des projets à financer. Au cours de la 1 ère année d’implémentation du nouveau mode au titre de l’exercice de 2019, les ressources d’investissement public  ont augmentées de 53.4% dans les collectivités. Toutes fois, les manquements ont été relevés entre autre, l’insuffisante appropriation  par les différents acteurs de la démarche, du cycle d’implication aux différentes instances de validation des travaux. Ce qui vise ainsi à harmoniser la compréhension sur les principaux axes portés par la reforme, afin de garantir une mise en œuvre  satisfaisante. Cette réussite exige un nécessaire arrimage des contenus  et les périodes de rencontres des instances décisionnelles. Aux communes,  un calendrier  budgétaire de l’état à l’effet de légitimer le choix par les maires ».  Pour Elias Bilong maire de la commune de Bipindi, étant résolument engagés dans la décentralisation, ce type de ateliers de capacitation restent indispensables pour les Ctd appelées à gérer la décentralisation. Il y’a eu des reformes qui doivent accompagner la décentralisation en vue de mieux gérer les projets d’investissement de l’état. Certainement pour l’imagerie populaire, il est question de donner la chèvre et la corde pour que les maçons que sont les maires soient jugés au pied de leurs murs. Ci on est sincère d’aller à la décentralisation, que l’état donne l’opportunité aux citoyens de gérer les affaires de leurs cités et n’appuyer que sur le levier du contrôle et de la régulation prérogatives réservées au pouvoir central.
 

Jacques Pierre SEH

Regardez

SUR LE MEME SUJET : Cameroun - Politique

DANS LA MEME RUBRIQUE : Opinion

Facebook

ENTREZ VOTRE COMMENTAIRE





Saisissez ce code CAPTCHA code dans la zone de texte ci-dessous

LES COMMENTAIRES

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Lire aussi

  • Non à la banalisation des actes de violences policières sur des opposants politiques

    Des informations tirées des médias font état de ce que le professeur Fogue, un des membres du directoire du parti MRC et certains de leurs membres ont été molestés, brutalités et violentés à l'aide crosses de...

  • Le président gabonais Ali Bongo nomme son fils pour l'aider dans «la conduite de toutes les affaires de l'Etat»

    Le fils aîné d'Ali Bongo Ondimba, Noureddin Bongo Valentin, a été nommé jeudi «coordinateur des affaires présidentielles», où il sera chargé «d'assister le président de la République dans la conduite de...

  • SCANDALE : Le Maire de Yaoundé IV humilie tout un Père de famille

    Madame Amougou Noma Régine, Maire RDPC de Yaoundé IV, vient de faire parler son côté animal, en demandant à TOUT UN PÈRE DE FAMILLE, de marcher à genoux jusqu'à elle, afin que ce dernier donne des explications...

  • Le Vice-président du MRC Mamadou MOTA reste en prison

    Sa demande de libération a été rejeté par le juge dans la procédure en Habeas Corpus. Lire le compte rendu de Bibou Nissack.

  • Convertisseur

    Meteo Yaoundé