Cameroun - Santé. SUD, Les nouveaux hommes à la tête de l’ordre des professions médico-sanitaires du Sud

cameroun24.net Le 12 aout 1452 Société Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
C’est au terme d’une assemblée générale tenue en la salle de conférences de la délégation régionale de la santé publique du Sud le 08 août dernier avec pour unique point à l’ordre du jour cet élection du bureau régional sous la coordination du bureau national de cet ordre et la présence effective du délégué régional de la santé publique du Sud et les différents membres statutaires.


De la même manière qu’on ne doit conduire une auto sans permis, il en ait de même pour un personnel soignant sans autorisation d’exercer. C’est le vœu du bureau national de  l’ordre professions médico-sanitaires du Cameroun qui veut séparer le bon de grain de l’ivraie et serrer les rangs avec ses membres. C’est un programme national qui s’étend sur toutes les régions du pays et la région du Sud en a choisi ses membres pour les trois prochaines années dans le cadre d’une élection âprement discutée. Ndo Essa Charles directeur du centre de santé de Lyna center conduira l’équipe du Sud, avec au secrétariat général Dongmo Christelle et à la trésorerie Tangoe Marie Sophie pour ne citer que ceux là. En dirigeant ce scrutin, Mantsana Nyebe Xaverie Innocente Sg de l’ordre national représentant le président est revenu sur les missions et l’objectif de l’ordre. Pour elle, « il est question pour l’ordre d’assurer la mise en pratique du respect de l’éthique et du code de la déontologie des professionnels de son ressort que sont, les infirmier, les sages-femmes et les techniciens médico-sanitaires. Egalement d’assurer la probité et le respect des valeurs que sont, moralité, honneur et professionnalisme. Il s’agit pour l’ordre de veiller à la protection de ses membres. Avec toutes les dérives technico-professionnelles rencontrées sur le terrain, l’ordre se doit de  préserver ses valeurs non seulement, d’accompagner ses professionnels à mettre en pratique ces valeurs qui leur ont été inculquées lors des 3 années de formation. Mais aussi, de veiller à l’applicabilité et le respect de leurs droits et devoirs dans leurs milieux d’exercice ». Ainsi, l’ordre reste là comme, le protecteur non seulement du patient mais aussi celui du professionnel. En s’adressant à ses compères, le président élu a déroulé son cahier de charge l’urgence étant,  l’extension de l’ordre dans toute la région du Sud. Pour lui, « il est question de mettre les antennes dans tous les départements, de trouver un siège pour bureau régional. C’est un travail d’équipe qui nous permettra de se rapprocher mieux des responsables sanitaires afin de rehausser l’image de l’ordre dans la région. Car, l’ordre est l’éthique et doit envahir l’espace d’exercice de chacun professionnel. Etre sorti d’une école de formation est une chose, mais exercer dans l’éthique et le respect de la déontologie en est une autre. Il faudra pour ce mandat que nous contribuons à ce que les choses changent positivement. Que l’infirmier redevienne au centre de la confiance du patient à travers un accueil qui le met en confiance ». Au terme de l’élection du bureau région de l’ordre, les membres mieux édifiés désormais sur les missions de l’ordre ont émis le vœu que les rencontres d’échange sur la profession d’infirmier, de sage femme et de technico sanitaire soient pérennes ceci pour renforcer leurs capacités davantage.  Dans d’autres cieux, on ne peut exercer que ci l’ordre vous reconnait c'est-à-dire capable de tracer votre parcours. Car, le désordre profite aux malins et peuvent aisément infiltrer la profession en semant la mort. Le domaine sanitaire n’est réservé qu’aux seuls professionnels reconnus de cette utilité.
 

Jacques Pierre SEH

Regardez

SUR LE MEME SUJET : Cameroun - Santé

DANS LA MEME RUBRIQUE : Société

Facebook

ENTREZ VOTRE COMMENTAIRE





Saisissez ce code CAPTCHA code dans la zone de texte ci-dessous

LES COMMENTAIRES

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Lire aussi

  • L'électricien Eneo accuse l’État camerounais de l’enfoncer dans la crise

    La dette publique à l’égard d’Eneo avoisinerait 160 milliards de francs CFA (244 millions d’euros) relate le panafricain Jeune Afrique dans un article réservé aux abonnés.

  • Les entreprises ont perdu 800 milliards de FCFA au bout de trois ans à cause de la crise anglophone

    Le Groupement inter-patronal du Cameroun (Gicam) vient d’actualiser ses données sur la crise sociopolitique qui sévit dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun depuis octobre 2016.

  • Voici les partis politiques dont les listes ont été rejetées pour les municipales

    Plusieurs partis politiques ont vu leurs listes rejetées pour les législatives et municipales 2020.

  • Voici les partis politiques en course pour les élections législatives et municipales

    Elecam a publié une infographie de la liste des partis politiques ayant déposés les dossiers pour élections législatives et municipales du 9 février 2020.

  • Convertisseur

    Meteo Yaoundé