SUD,Music voting en appui au système électoral

Elecam. SUD,Music voting en appui au système électoral

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

Il s’agit d’un concept de la plateforme musical le groupe Kemit7 d’associer l’utile à l’agréable à travers la music.

Ce groupe s’est produit le 30 août dernier à l’esplanade du square Paul Biya à Ebolowa dans un concert live gratuit distillé par l’équipe, en signe d’accompagnement du processus électoral devant un public médusé et bercé par les sonorités angéliques.


Le projet a débuté avec la sensibilisation des citoyens non inscrits sur les listes électorales, avec la convocation du corps électoral il fallait poursuive l’action avec le retrait des cartes d’électeurs. La music capte, elle rassemble également c’est ainsi que les mélomanes de la cité capitale du Sud ont été servis le 30 août dernier par le doigté des artistes conduits par Ruben Binam à travers  Alizés équateur record qui a toujours gratifiés la scène artistique camerounais des talents. Les Macase, X Malea en sont une illustration parfait du travail fait en continue dans ce groupe et dans le but est la valorisation de l’artiste.

Un véritable appât pour les inscrits au fichier électoral qui ne trouvaient pas encore un intérêt à retirer leurs cartes d’électeurs. Grace aux sonorités musicales distillées par le groupe Alizés équateur record conduit par Ruben Binam. Lui qui a une pensée d’espérance pour la musique camerounaise d’ailleurs, son talent plaide bien pour lui. Près de six heures de show en plein-air dans une parfaite diversité musicale au rythmes du terroir et d’ailleurs. Pour le promoteur du concept, music voting vise à sensibiliser les citoyens à la chose électorale, susciter un intérêt chez les jeunes de la chose politique et à y prendre une part active au processus. 

Dans un premier temps, il était question à susciter des inscriptions, à retirer les cartes d’électeur et d’aller le moment venu exprimer son devoir de citoyen. Ainsi, le projet a bénéficié  de l’appui de l’ambassade des états unis au Cameroun. Une opportunité que les antennes locales d’Elecam ont saisie pour en faire une pierre, deux coups. C'est-à-dire,  stimuler de la part des récents inscrits, le retrait de leurs cartes sans lesquelles aucun vote ne serait possible. Il faut noter qu’avec ce spectacle, le chiffre de retrait des cartes d’Elecam s’est vu multiplier à en croire au délégué départemental pour la Mvila. Pour lui, la music est un instrument sérieux avec lequel on peut arriver à tout. Voilà une contribution significative de ce groupe musical qui attire et qui fait passer à l’acte. Nous pensons à Elecam qu’aucune piste n’est à négliger pour vu que l’objectif qui est,  avoir un processus électoral où tous les citoyens se retrouvent et participent à merveille.

elecam_sud_plateau_artistes

Pour Akondi Elvis Mbahangwen sous-préfet de l’arrondissement d’Ebolowa 1 er, la prestation du groupe à permis au public de se retrouver en ce lieu et de retirer leurs cartes. Vu l’importance, on pense que le refaire à nouveau nous permettra d’avancer si non, achever la distribution des cartes, raison pour laquelle nous en redemandons cette caravane à Ebolowa 1 er. Nous avons apprécié l’apport et l’action de ce concert en air libre et pensons que si on allait loin dans l’imagination, aucune carte d’électeur ne serait plus au niveau d’élecam. Et l’autorité administrative ne peut qu’approuver des actions qui concourent non seulement à la paix partout dans notre pays, mais surtout au vivre-ensemble prôné par le président de la république.

Pour Magloire Essono mélomane, l’avenir musical du Cameroun est une réalité. Un groupe qui constitue aujourd’hui une pépinière de talents, avec à son actif plusieurs projets dans la valorisation non seulement des artistes, mais également de la scène. Un projet grandiose qui voudrait amorcer la réflexion dans la distribution légale au Cameroun et la problématique de la scène bref, la préparation d’une équipe professionnelle. Il faut noter que le projet a fait 7 villes pour faire passer ce message au public.

Jacques Pierre SEH
 

Culture

Lire aussi