Un article fâche l’élite politique de la région du SUD

Présidentielle 2018. Un article fâche l’élite politique de la région du SUD

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

C’est une parution du mercredi 11 juillet dernier dans le quotidien La nouvelle expression (Lne) n° 4765.

L’article commis par notre confrère dudit quotidien, dont le titre qui a fâché toute l’élite du Sud  et principalement celle de la Mvila à savoir, « la candidature de Paul Biya divise le Sud ». Ce qui a créé un tollé général au sein de l’élite politique criant à l’instrumentalisation du confrère auteur de l’article et obligeant ceux-ci à faire une sortie médiatique. Ceci en vue  d’essayer de laver l’affront en apportant la preuve du contraire, le délégué permanent départemental du comité central du Rdpc le sénateur Bernard Amougou a tenu le 13 juillet dernier dans la salle de conférence de sa délégation, une communication de clarification face aux médias à laquelle assistait également tout le gradin politique de la Mvila drapé aux couleurs du rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) signe d’un resserrement des rangs.


L’article incriminé est passé à l’analyse sur le fond, la forme et l’esprit. Cependant, le sénateur Bernard Amougou délégué permanent départemental du Rdpc estime que l’auteur est resté dans la sociologie de chambre sans une vérification quelconque pour porter un jugement sur le fonctionnement du Rdpc dans le Sud. Pour lui, les militants du Rdpc dans la région parlent d’une seule et même voix pour Paul Biya. La réalité étant que le Sud demeure le fief et le socle granitique du président national du Rdpc. La preuve, du nord au sud, de l’est à l’ouest de la région, tout le sud est acquis à la cause de leur parti. A cet effet, ils garantissent ainsi un plébiscite comme c’est fréquent le 07 octobre prochain. Se collant à l’actualité de la déclaration de candidature à travers internet, Paul Biya a répondue aux diverses préoccupations non seulement de ses camarades du Rdpc, mais de l’ensemble des citoyens à en croire seulement aux volumes des appels à candidature.  Ainsi selon le sénateur,  Paul Biya confirme à ses concitoyens sa  volonté à parachever  l’action de développement qu’il a entrepris depuis son accession à la magistrature suprême. Car, c’est avec lui que les défis sécuritaires se relèvent. Ce qui ne fera aucun doute pour le Sud à lui renouveler la confiance. Dans les multiples succès électoraux, sur un potentiel de 80.000 votants, la Mvila en a offert à Paul Biya 78.000 voix ce qui va à nouveau se confirmer le 07 octobre prochain. La réponse donnée aux multiples appels à candidatures ne vient que les réconforter quant à la suite de l’action à mener pour sa reconduction à la tête de la république. Donnant une réponse à l’article qui fâche, il n’y a pas de chao dans le Rdpc au Sud plutôt une mobilisation générale autour de la candidature de Paul Biya.

Pour le député Jean Jacques Zam, le meilleur démenti sera apporté le 07 octobre prochain. La preuve, à l’élection de 2011, le Sud a été la  3 ème région sur les 10 en termes de voix apportées à Paul Biya pourtant étant la région à faible densité. Pour l’article incriminé, c’est un cheval de trois pour une certaine obédience politique déclare le parlementaire. Car pour lui, le journaliste a écrit son article dans la posture du militant d’un parti certainement, il n’a plus respecté l’obligation de la neutralité. La Mvila est une valeur sûre, c’est la Mvila de Paul Biya et par conséquent, il n’y a aucune crainte à se faire, Paul Biya est déjà vainqueur. Il faut noter que cette sortie des élites de la Mvila fait office du renforcement de leur engagement à la politique du renouveau, en ce  moment où le candidat naturel du Sud aspire à une 7 ème mandature. Il faut également noter la versatilité de l’homme, pire encore celle des militants qui n’expriment pas toujours de vive voix ce qu’ils entendent. Le principe de la politique étant basé sur l’hypocrisie, c’est bien cela qui nourrit le milieu politique. Car, ici les promesses politiques n’étant valables que pour ceux qui croient.   

Jacques Pierre SEH
 

Société