Samedi le 20 Aout 2011 04:46:51 Adrienne Engono | Le Jour Société

Cameroun - Communication. Téléphonie: un conseil d’administration à Camtel

Cette rencontre est annoncée alors que le directeur général est accusé de mauvaise gestion par un cadre de la maison.

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |



Il n’a pas été possible de rencontrer quelque responsable à la Cameroon Telecommunication (Camtel) mercredi 18 août 2011.

La raison : « Nous préparons le conseil d’administration », confie Benjamin Gérard Assouzo’o, le responsable de la communication de Camtel, joint au téléphone. Sans rien dire de plus sur la date, encore moins sur l’ordre du jour et la nature dudit conseil d’administration sera-t-il ordinaire ou extraordinaire ? Il va s’excuser de ne pouvoir poursuivre la conversation parce que la charge de travail liée aux préparatifs de ces assises ne lui en donne pas la possibilité. Il gardera la même attitude lorsqu’il sera interpellé sur la correspondance Ondoua Ella, ingénieur de télécommunications largement diffusée par la presse la semaine passée et accusant le Dg de mauvaise gestion.. « Tout ce que ce monsieur a écrit l’engage. Ce que je sais, c’est qu’il a mal accueilli sa mutation à Yagoua », lâche Benjamin Gérard Assozo’o.

Dans son édition du mardi 16 août 2011, la quotidien Mutations a révélé l’audition, jeudi 11 août 2011, de David Nkoto Emane, diirecteur général de Camtel, à la Sous-Direction des enquêtes économiques de la Direction de la Police judiciaire du Cameroun. Cette actualité a été précédée par la publication, en deux temps, dans les colonnes de l’hebdomadaire Repères, de la lettre ouverte de Godfroid Ondoua Ella, cadre à Camtel, au directeur général de cette entreprise. Rencontré hier par le reporter du Jour, Godfroid Ondoua Ella dit qu’il a voulu attirer l’attention des 26 administrations (présidence de la République, ministère de la Justice, Contrôle supérieur de l’Etat, Agence d’investigation financière (Anif), Commission nationale anti-corruption (Conac), etc.) Auxquelles il a adressé une copie de la lettre, sur des pratiques qui contribuent à paupériser le Cameroun. « L’Etat a investi plus de 200 milliards pour le redressement de la Camtel, mais aujourd’hui, les salaires du personnel sont payés par le ministère des Finances et aucune cotisation n’est reversée à la Caisse nationale de prévoyance sociale. Comment seront gérer les retraites de ce personnel ? Comment croire que Camtel, qui contrôle les opérations d’installation, de fourniture et de distribution des services de télécommunications compte à peine 250.000 abonnés après plus de cinq ans, alors que Mtn et Orange ont des millions de clients? », s’interroge Godfroid Ondoua Ella.

Des interrogations qui, de l’avis de certains observateurs, ne devront pas laisser indifférents les membres du conseil d’administration au cours de leurs assises prévues dans les prochaines heures, à en croire nos sources.