Vendredi le 02 Décembre 2016 12:22:34 Monica NKODO | Cameroon-tribune Opinion

Can 2016. Christine Patience Manie: The Rock !

Point fort imparable des Lionnes, la capitaine est une assurance tous risques en défense.

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |


Elle est l’âme des Lionnes. Depuis sa première CAN en 2006, alors qu’elle évoluait sous les couleurs de Canon Filles de Yaoundé, Christine Patience Manie est restée fidèle à la sélection. Médaillée d’or et d’argent aux Jeux africains (2011 et 2015), finaliste lors de la dernière édition en Namibie, Manie, 32 ans, est de toutes les victoires, de toutes les défaites. D’une compétition à une autre, elle a assis sa réputation, celle d’une battante, intrépide, téméraire. La charnière centrale du Cameroun, sur laquelle elle règne en maîtresse, n’a concédé aucun but depuis le début de cette Coupe d’Afrique. Dans la défense à plat d’Enow Ngachu, Christine Manie est positionnée sur la même ligne que Marie-Aurelle Awona, l’autre défenseur central des Lionnes. Un duo complémentaire, car si Awona est particulièrement douée pour la récupération, Manie ajoute à cette faculté, la capacité de relance. Coriace défensivement, rapide et très bonne dans les duels, Manie, du haut de son 1m60 transporte un impressionnant bagage défensif.


Priorité à la défense certes mais Manie, peut enfiler sans complexe un rôle offensif. En dépit de son positionnement en retrait, Christine Manie est à la base de la construction de nombre d’actions. Elle fait constamment parler sa puissance, mais aussi sa technique. Le contrôle, la passe, la vision, l’anticipation, l’intelligence du déplacement… Manie donne tout pour contrer les attaques adverses. Elle est aussi la « tireuse » officielle des Lionnes. « Le football est un jeu d’équipe, et en tant que capitaine, vous devez prendre vos responsabilités. Je suis en charge des tirs de pénalty, parce que tout le monde me fait confiance, les joueuses comme les coachs. Marquer n’est pas seulement la responsabilité des attaquants », rappelle-t-elle. Ce sang-froid au moment du pénalty (comme face à l’Egypte en match d’ouverture pour le 2-0) en dit long sur son état d’esprit combattif. Elle est un exemple pour ses coéquipières. Son courage sera déterminant demain en finale face à des Nigérianes rudes, véloces et inépuisables.

Lire aussi