Cameroun - Corruption

GOUVERNANCE: Polémique autour d'un marché public du Pndp (Programme national de développement participatif)

 

 

Le Pndp fournit des explications aux accusations de malversations dans la mise en œuvre d'une plateforme informatique d'un montant de plus de 965 millions de FCFA, accusations portées par le Rassemblement de la jeunesse camerounaise (Rjc).



De deux choses l’une. Soit le Programme national de développement participatif (Pndp) a jugé qu'elle n'a pas à donner d'explication à une association soit c'est le Rassemblement de la jeunesse camerounaise (Rjc), l'association en question, qui n'a pas suffisamment creusé pour comprendre comment a été initié et géré le projet de mise en œuvre d'une plateforme informatique de 965 277 182 FCFA au Pndp.

Dans tous ces cas de figures, il n y a pas eu une communication suffisante entre les deux parties. En effet, dans un «rapport d'enquête» rendu public à Yaoundé le 18 septembre 2012, M. Sismondi Barley Bidjocka, représentant du Rjc, produit un certain nombre de documents sur la mise sur pied d'une plate-forme informatique conçue par le Groupe Hope Corporate basé à Paris pour le compte du Pndp. Le Rjc parle principalement des paiements de près de 179 millions de FCFA qui auraient été versés à Hope Finance avant la signature du contrat avec le Pndp. Si la chronologie des versements des montants est exacte, elle ne cache pas forcement les malversations financières dénoncées par le Rjc.

Ao début 2010, le Pndp est choisi, à l'époque des faits, par le ministère en charge de l'Economie pour piloter la mise en œuvre d'une plateforme informatique. Cette plateforme n'est pas un simple site internet, mais une application multifonctionnelle pour mobiliser des financements non générateurs d'endettement pour le gouvernement camerounais. En d'autres termes, c'est une plate-forme électronique où des projets peuvent être directement financés au Cameroun à partir de n'importe quel point du globe évitant ainsi la faible consommation des financements étrangers au pays ou les risques de détournements par quelque organisme que ce soit.

Seulement, le gouvernement est connu pour sa faiblesse dans l'exécution des projets, y compris ceux finances par des bailleurs de fonds étrangers. Le Pndp est choisi pour son fort taux d'exécution des projets d'investissement et pour ses missions de proximité qui siéent à la plateforme informatique à mettre en œuvre. Un groupe de travail est donc mis en place par le Minepat, sous la maîtrise d'ouvrage délégué du Pndp, pour procéder à des tests qui s'avèrent concluants. Cette plateforme se révèle particulièrement efficace pour la promotion des plans communaux de développement auprès de la diaspora. Les 8 et 9 février 2011, une présentation de cette solution est faite au cours de la réunion des services centraux et extérieurs du Minepat, avec un succès qui emballe les principaux responsables, décidés à la mettre en œuvre le plus rapidement. Tous ces essais, ajoutés aux prestations déjà enregistrées entre Hope et le Pndp, induisent un coût, bien avant la signature du contrat le 22 juillet 2011.

Dans le contrat, d'un montant total de plus de 965 millions, ces dépenses préalables sont intégrées en régularisation et le tout validé par la commission spéciale de contrôle des marchés des services et des prestations intellectuelles, qui a émis un avis favorable le 19 juillet 2011. En conséquence, ce que le rapport d'enquête du Rjc tend donc à présenter, dans le cadre de la mise sur pied de cette plateforme informatique, comme des violations du code de marché public car «avant la signature et lancement dudit marché le 22 juillet 2011, le bénéficiaire Hope Finance, avait déjà perçu 36 430 804 FCFA payé au trésor le 31 janvier 2011, et 142 463 339 FCFA payé au trésor le 28 mars 2011, comme l'atteste le tableau récapitulatif des paiements dans le rapport» trouve son explication dans la régularisation a posteriori dans le contrat des dépenses engagées avant le 22 juillet 2011.

D'un autre côté, le Rjc accuse le Pndp d'avoir privilégié une procédure de gré à gré qui est l'option dans les marchés publics. Ce à quoi le Pndp répond que Hope Finance est dépositaire de la plateforme et son choix pour le mettre en œuvre n’était pas négociable. Raison pour laquelle le Premier ministre va autoriser la signature du marché en procédure de gré à gré.

La réception provisoire de la plateforme a été effectuée en novembre 2011, après approbation des représentants de l'Agence nationale des technologies de l'information et de la communication (Antic) et du Cenadi, experts du gouvernement pour les questions informatiques. On attend à présent la désignation de la structure qui animera la plateforme pour le bien du développement local.

 

Sylvain Andzongo | Repères Publié : Jeudi le 20 Septembre 2012 05:37:15 12964 hit(s) 1 commentaire(s) Société Imprimer Envoyer cet article à

 

 

LES COMMENTAIRES

big katika a commenté l'article
le Jeudi 20 Septembre 2012 à 10:27:01
un site internet à 1 milliards !!! Epervier au secours


Commenter cet article

ENTREZ VOTRE COMMENTAIRE


Votre nom

Saisissez ce code CAPTCHA code Ici

Nombre de caractères restant :

SUR LE MEME SUJET : Cameroun - Corruption


 Le DG de l’ANIF menacé de mort
 ASSEMBLÉE NATIONALE DU CAMEROUN: DANS LA MAFIA DES MARCHÉS PUBLICS
 Détournement à la Campost
 Détournements de fonds : comment les fonctionnaires pillent le Cameroun
 Cameroun : Le vivre ensemble dans l’étau des prédateurs
 Campost : Un agent distrait près de 3 milliards Fcfa
 Un détournement de fonds secoue le Lycée classique de Nguelemendouka
 Huis clos pour Ntone Ntone
 Micmacs : Manipulations, trafics...
 Marchés publics : Ces délits d’initiés
 Marchés publics : Jean Williams Sollo entre deux feux
 Affaire Campost : Un agent détourne 2,884 milliards de Fcfa
 Affaire des 800 millions de Promote 2014 : Comment Mbarga Atangana a roulé l'Etat
 Escroquerie : Un homme emporte près de 350 millions de Fcfa à Douala
 Marchés publics : flagrant délit d'arnaque à la Camwater
 Ministère des Finances : un informaticien se paye 92 marchés en un jour
 Corruption : L’Est numéro 3
 Affaires des MA60 : panique dans le cockpit !
 Exportations : Le frein des douaniers et policiers corrompus
 A L’ATTENTION DE MONSIEUR LE MINISTRE DELEGUE A LA PRESIDENCE CHARGE DU CONTROLE SUPERIEUR DE L’ETAT YAOUNDE – CAMEROUN

DANS LA MEME RUBRIQUE : Société


 Sept camions braqués par des coupeurs de route
 Le centre de commandement militaire de l’armée transféré à Maiduguri
 Cameroun : le Suisse Sogescol commercialisera les produits palmiers de Socapalm et Safacam
 Sopropec, le nouvel arrivant sur le marché de la distribution des produits pétroliers au Cameroun
 Opération Epervier : La Cour suprême ne lâche pas Lydienne Eyoum
 Camair Co : Le ciel s’abat sur l’étoile du Cameroun
 Des présumés malfrats aux arrêts à Yaoundé
 DEUX VILLAGES ATTAQUÉS
 Tentative de suicide dans une mosquée
 Energie électrique : Des perturbations encore au menu
 Le Cameroun lance l’exploitation industrielle de l’or et du fer
 Camair Co interdit de vols en France
 Grève annoncée dans les hôpitaux publics dès lundi
 Cameroun : le régulateur télécom s’est doté du matériel adéquat pour apprécier la qualité du service
 S&P maintient la note du Cameroun à BB, mais annonce la persistance des déficits publics
 Cameroun : 332 tonnes d'emballages plastiques non conformes saisies en un an
 Suite à «une crise hydraulique», Eneo plonge le Cameroun dans l’obscurité
 L'économie camerounaise dans une dynamique positive
 Quand la route dicte les prix des marchandises
 Un bijou au coeur de la forêt, l'hôpital de référence de sangmelima

 

 

 

 

C24 sur Facebook

 

C24 sur twitter

 

CONVERTISSEUR

DEVENEZ NOTRE
*** ETOILE24 ® ***

 

 

Cameroun24 TV

 

 

 

 

 

Image de la Semaine

 

 

 

 
Tchamba Ngassam Melvin Déjà     1515 Jours

 

 

Les plus recents

C24+

Les plus commentés

Les plus populaires

Cameroun24 sur Twitter