Cameroun - Corruption

GOUVERNANCE: Polémique autour d'un marché public du Pndp (Programme national de développement participatif)

 

 

Le Pndp fournit des explications aux accusations de malversations dans la mise en œuvre d'une plateforme informatique d'un montant de plus de 965 millions de FCFA, accusations portées par le Rassemblement de la jeunesse camerounaise (Rjc).



De deux choses l’une. Soit le Programme national de développement participatif (Pndp) a jugé qu'elle n'a pas à donner d'explication à une association soit c'est le Rassemblement de la jeunesse camerounaise (Rjc), l'association en question, qui n'a pas suffisamment creusé pour comprendre comment a été initié et géré le projet de mise en œuvre d'une plateforme informatique de 965 277 182 FCFA au Pndp.

Dans tous ces cas de figures, il n y a pas eu une communication suffisante entre les deux parties. En effet, dans un «rapport d'enquête» rendu public à Yaoundé le 18 septembre 2012, M. Sismondi Barley Bidjocka, représentant du Rjc, produit un certain nombre de documents sur la mise sur pied d'une plate-forme informatique conçue par le Groupe Hope Corporate basé à Paris pour le compte du Pndp. Le Rjc parle principalement des paiements de près de 179 millions de FCFA qui auraient été versés à Hope Finance avant la signature du contrat avec le Pndp. Si la chronologie des versements des montants est exacte, elle ne cache pas forcement les malversations financières dénoncées par le Rjc.

Ao début 2010, le Pndp est choisi, à l'époque des faits, par le ministère en charge de l'Economie pour piloter la mise en œuvre d'une plateforme informatique. Cette plateforme n'est pas un simple site internet, mais une application multifonctionnelle pour mobiliser des financements non générateurs d'endettement pour le gouvernement camerounais. En d'autres termes, c'est une plate-forme électronique où des projets peuvent être directement financés au Cameroun à partir de n'importe quel point du globe évitant ainsi la faible consommation des financements étrangers au pays ou les risques de détournements par quelque organisme que ce soit.

Seulement, le gouvernement est connu pour sa faiblesse dans l'exécution des projets, y compris ceux finances par des bailleurs de fonds étrangers. Le Pndp est choisi pour son fort taux d'exécution des projets d'investissement et pour ses missions de proximité qui siéent à la plateforme informatique à mettre en œuvre. Un groupe de travail est donc mis en place par le Minepat, sous la maîtrise d'ouvrage délégué du Pndp, pour procéder à des tests qui s'avèrent concluants. Cette plateforme se révèle particulièrement efficace pour la promotion des plans communaux de développement auprès de la diaspora. Les 8 et 9 février 2011, une présentation de cette solution est faite au cours de la réunion des services centraux et extérieurs du Minepat, avec un succès qui emballe les principaux responsables, décidés à la mettre en œuvre le plus rapidement. Tous ces essais, ajoutés aux prestations déjà enregistrées entre Hope et le Pndp, induisent un coût, bien avant la signature du contrat le 22 juillet 2011.

Dans le contrat, d'un montant total de plus de 965 millions, ces dépenses préalables sont intégrées en régularisation et le tout validé par la commission spéciale de contrôle des marchés des services et des prestations intellectuelles, qui a émis un avis favorable le 19 juillet 2011. En conséquence, ce que le rapport d'enquête du Rjc tend donc à présenter, dans le cadre de la mise sur pied de cette plateforme informatique, comme des violations du code de marché public car «avant la signature et lancement dudit marché le 22 juillet 2011, le bénéficiaire Hope Finance, avait déjà perçu 36 430 804 FCFA payé au trésor le 31 janvier 2011, et 142 463 339 FCFA payé au trésor le 28 mars 2011, comme l'atteste le tableau récapitulatif des paiements dans le rapport» trouve son explication dans la régularisation a posteriori dans le contrat des dépenses engagées avant le 22 juillet 2011.

D'un autre côté, le Rjc accuse le Pndp d'avoir privilégié une procédure de gré à gré qui est l'option dans les marchés publics. Ce à quoi le Pndp répond que Hope Finance est dépositaire de la plateforme et son choix pour le mettre en œuvre n’était pas négociable. Raison pour laquelle le Premier ministre va autoriser la signature du marché en procédure de gré à gré.

La réception provisoire de la plateforme a été effectuée en novembre 2011, après approbation des représentants de l'Agence nationale des technologies de l'information et de la communication (Antic) et du Cenadi, experts du gouvernement pour les questions informatiques. On attend à présent la désignation de la structure qui animera la plateforme pour le bien du développement local.

Sylvain Andzongo | Repères Publié : Jeudi le 20 Septembre 2012 05:37:15 11566 hit(s) 1 commentaire(s) Société Imprimer Envoyer cet article à

LES COMMENTAIRES

big katika a commenté l'article
le Jeudi 20 Septembre 2012 à 10:27:01
un site internet à 1 milliards !!! Epervier au secours


Commenter cet article

ENTREZ VOTRE COMMENTAIRE


Votre nom

Saisissez ce code CAPTCHA code Ici

Nombre de caractères restant :

SUR LE MEME SUJET : Cameroun - Corruption


 Campost : Il distrait plus de 38 millions de Fcfa
 Au tribunal : Ils promettaient des emplois fictifs
 Barreau : Un client abusé dénonce son avocat
 Les populations impliquées dans la protection de la fortune publique
 Cameroun : la chasse aux détourneurs désormais ouverte aux délateurs anonymes
 FINANCES PUBLIQUES : AFRILAND FAIT ÉCHEC À UN DÉTOURNEMENT DE 215 MILLIONS
 GESTION DES FONDS DU BARREAU : ME NGNIE KAMGA FACE AU DÉFI DE LA TRANSPARENCE
 COMMENT LES CAISSIÈRES DU TRÉSOR PUBLIC «FRAPPAIENT» DANS LA CAISSE
 Le receveur municipal en prison à Bangangté.
 Les gestionnaires du budget de l’Etat se lèchent déjà les babines
 SIC : Détournements massifs pendant les fêtes de fin d’année
 Confusion autour des per diem
 Lutte contre la corruption : Le rapport de la Conac bloqué
 Affaire Queen Fish : Un an de prison pour le maire de Bagangté
 Chambre des Comptes : Ces comptables publics qui refusent le contrôle
 Lutte contre la corruption : Où est passé le rapport de la Conac ?
 Pourquoi les marchés publics sont mal exécutés ?
 Le Cameroun classé 136ème à l’Indice de perception de la corruption 2014
 Affaire CAMPOST : Le ministre Paul Atanga Nji attendu au TCS
 Cameroun - Corruption en milieu scolaire: Le bon geste qui ouvre les portes

DANS LA MEME RUBRIQUE : Société


 Crash de l'A320: un des pilotes bloqué hors du cockpit
 Yémen: l'Arabie saoudite et les pays du Golfe lancent une opération militaire
 Lutte Contre Boko Haram : 80 millions Fcfa en appui à l’armée
 Le maire et les conseillers à couteaux tirés
 Ngaoundéré : De nouveaux responsables militaires installés
 Navigation aérienne : Les ennuis de l’avion de Mebe Ngo’o à Ngaoundéré
 Affaire Albatros : Jean Marie Atangana Mebara sollicite une nouvelle expertise
 Une radio privée à vocation islamique émet à Yaoundé
 L’Afrique centrale s’engage à œuvrer davantage pour l’inclusion financière
 Dix-neuf projets camerounais retenus par la Fondation Tony Elumelu
 Cameroun : Sic-cacaos et Chococam ont broyé 25 370 tonnes de cacao à fin février 2015
 Offensive économique de l'Afrique du Sud au Cameroun
 SUD,RDPC Mvila centre : les militants invités à défendre la paix
 L'accès à l'eau potable est un luxe à Yaoundé
 Un corps sans vie repêché du lac municipal
 Touboro : Des bergers camerounais kidnappés
 Des otages libérés à Belel, des suspects aux arrêts
 Jean Nkueté - Que valent les Sg du Rdpc ? : Déchirures à ciel ouvert
 RDPC : Les inimitiés politiques dans le Grand-Nord
 Tourmente : Du feu dans la famille Fotso Victor

 

 

C24 sur twitter

 

CONVERTISSEUR

DEVENEZ NOTRE
*** ETOILE24 ® ***

 

 

Cameroun24 TV

 

 

 

 

 

Image de la Semaine

 

 

 

 

 
Tchamba Ngassam Melvin Déjà     1451 Jours

 

 

Les plus recents


Lutte contre Boko Haram : Lutte Contre Boko Haram : 80 millions Fcfa en appui à l’armée

Les élites du rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc), de la Région du Nord-Ouest ont organisé une cérémonie à Bamenda, question de collecter les fonds pour appuyer le gouvernement dans la lutte...


Cameroun - Politique : Le maire et les conseillers à couteaux tirés

Hamadou Ahiwa est accusé de gérer la commune de manière opaque.

C24+

Les plus commentés

Les plus populaires

Cameroun24 sur Twitter