Contrebande de butane à la frontière Gabon-Cameroun

Cameroun - Gabon. Contrebande de butane à la frontière Gabon-Cameroun

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

Produit de première nécessité, le gaz butane est utilisé par la quasi-totalité des familles gabonaises. Un succès dont l’effet pervers est désormais la contrebande. Une quarantaine de bombonnes de gaz ont récemment été saisies à la frontière Gabon-Cameroun de Meyo-Kye, alors que le produit est interdit à l’exportation.


Le Gabon subventionne un certain nombre de produits dont le gaz butane, le pétrole, l’essence, la farine et le gasoil. De ce fait, ils sont vendus à un prix unique sur l’ensemble du territoire gabonais. De même, leur importation doit répondre à un certain nombre de règles et conditions.

C’est dans contexte qu’une cargaison de près d’une quarantaine de bombonnes de gaz butane a été arrêtée au nord du Gabon. Selon l’Agence de presse Gabonaise (AGP), le chargement qui prenait la destination du Cameroun voisin appartenait à un Gabonais. Le contrebandier a d’ailleurs échappé à la gendarmerie venue l’interpeller, du fait que l’opération ayant permis la découverte du pot aux roses était menée par les agents des hydrocarbures de la province Woleu-Ntem, dirigés par Charles Olouna.

Par ailleurs, 1000 litres de gasoil frelaté ont été saisis, la semaine dernière, en provenance de la Guinée Equatoriale. Leur transporteur n’avait aucune autorisation permettant l’entrée de ce produit au Gabon. On note cependant que sur les routes de l’intérieur du Gabon de nombreux dépôt-ventes informels proposent du carburant qui serait siphonné des camions-citernes chargés qui s’approvisionnent à la Société gabonaise d’entreposage des produits pétroliers (SGEPP). En mars 2012, cette structure, qui conditionne également le gaz butane, a enregistré la disparition d’une énorme quantité d’hydrocarbures chiffrée à 50 millions de francs CFA environ.

Si jusqu’ici il était établi que les produits pétroliers frauduleux vendus partout dans le pays provenaient de «combines» au niveau de l’approvisionnement des citernes entre certains employés de la SGEPP et les marqueteurs, on comprend ici que le carburant de contrebande peut également provenir des pays voisins, tout comme le Gabon peut alimenter ce trafic vers ses voisins du Nord et du Nord-est.

 

Société

Lire aussi