Cameroun - Faits divers. Assassinat d'un prof au lycée de Nkolbisson-Yaoundé-: c'est l'État qui expose les enseignants.

cameroun24.net Mercredi le 15 Janvier 2020 Opinion Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Pourquoi? C'est un euphémisme de dire que l'enseignant qui pour l'élève DOIT être le modèle, est dans des rapports de promiscuité avec ce dernier. Or, lorsque s'efface la nécessaire distance qu'il doit avoir entre l'élève et le maître, la conséquence est toujours cette grande incompréhension qui généralement, accouche des drames tels celui du lycée de Nkolbisson.

ADS



Partons d'abord même de nos salles de classe.

Une salle de classe lorsqu'elle est construite dans les normes doit garantir à l'enseignant une ascèse physique qui symbolise son autorité. Cela se manifeste par une estrade et un bureau digne de lui.

Or, que constatons-nous? Tout est nivellé, et c'est l'enseignant qui, une fois en classe tire un banc pour qu'il lui tienne lieu de bureau. Dans ces conditions d'effacement physique de la distance, beaucoup d'élèves ont du mal à comprendre qu'il y a bel et bien une distance entre eux et leurs enseignants.

À côté de la distance physique, il faut aussi et surtout cultiver la distance morale, gage de la vraie autorité. Et c'est surtout là où le bas blesse.

Lorsque vous analysez le problème de la perte de l'autorité morale des enseignants, vous y verrez comme cause essentielle, leur paupérisation. En effet, tous les choix que font les enseignants camerounais le sont par défaut. Cette situation à pour conséquence qu'ils se retrouvent malheureusement au quotidien à discuter le même espace de vie que leurs élèves.

C'est parmi leurs élèves qu'ils cherchent leurs "petites", ils fréquentent les mêmes bars et boites de nuits que leurs apprenants, emprunte les mêmes transports qu'eux, etc.

Dans certains coins, les enseignants font le taxi et transportent leurs élèves. D'autres encore font le "bâchement" sur les motos avec leurs élèves de sexe opposé.

Cet entrelacement que dis-je, cet entremêlement ne peut être que source de conflits, surtout au niveau sentimental que l'adolescent contrôle mal.

L'autorité c'est d'abord et avant tout la distance, une distance que l'État du cameroun a effacé entre le maitre et l'élève du fait des mauvaises conditions de rémunération auxquelles il soumet l'enseignant. LE DRAME DU LYCÉE DE NKOLBISSON DOIT DONC PLUS QUE JAMAIS L'INTERPELLER.

Leonide Mfoum

Lire aussi : Un motocycliste et sa passagère aux urgences à l'hôpital régional de Maroua
Lire aussi : Une branche d'arbre chute sur une maman sur le trottoir

Facebook

ADS

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Rechercher un article

ADS