Cameroun - France. CONTRE LE NEGATIONNISME : LE TEMPS DES MAQUISARDS.

David EKAMBI DIBONGUE | CAMAROES Lundi le 07 Septembre 2015 Opinion Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
La longue lutte des Nationalistes kamerunais pour l’indépendance réelle et un développement automne et durable vient, enfin de connaitre, ces jours-ci, de la part du président français François Hollande, une tentative de reconnaissance et, par les combats qui doivent continuer, une réhabilitation possible.

ADS

Cependant, les Nationalistes kamerunais n’ont pas attendu, la molle et tendancieuse confession de M. Hollande, pour assumer leur Histoire. Cette Histoire qui devint macabre par la volonté colonialiste et néocolonialiste de la France fasciste a été naturellement supportée et poursuivie, avant et après 1960,  par ses supplétifs locaux, Ahidjo et ses collaborateurs.

La longue nuit dans laquelle la France propulsa le Kamerun commença dès son arrivée en 1916 dans le berceau de nos ancêtres. Rappelons-nous, entre autres, de « Complaintes d’un forçat » d’Henri Richard Manga Mado.  Mais les ténèbres obscurciront à jamais le Kamerun, « Alors que l’indépendance de ce territoire devenait inéluctable dans les années 1950, les autorités françaises ont tout mis en œuvre pour éradiquer le mouvement nationaliste camerounais mené par l’Union des populations du Cameroun (Upc), et pour placer à la tête du pays un régime «ami». Après avoir interdit l’Upc en 1955, la puissance coloniale a livré une véritable guerre. Les leaders de l’Upc, qui poursuivaient le combat en clandestinité ou en exil, ont été éliminés un à  un : Ruben Um Nyobè a été assassiné en 1958, Félix Moumié a été empoisonné à Genève par un agent secret français en 1960, Osendé Afana a été décapité et Ernest  Ouandié fusillé en place publique par le régime pro-français d’Ahmadou Ahidjo, respectivement en 1966 et 1971.

Pendant des années, des régions entières notamment la Sanaga-maritime, le Mungo et l’Ouest, ont été soumises à un «traitement de choc». Tortures, bombardements, disparitions forcées, exécutions sommaires, levée de milices sanguinaires, regroupements forcés dans des villages fortifiés : les populations ont subi pendant des années les méthodes de la « guerre révolutionnaire », théorisées par l’armée française au lendemain de la guerre d’Indochine et enseignées ensuite aux forces armées camerounaises. L’amitié « franco-camerounaise » s’est construite sur un champ de ruines.» (1).

Après le départ officiel des forces armées françaises du Kamerun en 1964, les Services français continueront, quand même, leur sale besogne. Mais, Ahmadou Ahidjo, le harki kamerunais est premier ministre depuis février 1958 et président de la République à partir de mai 1960. En avril 1960 un grand incendie ravage le quartier Congo à Douala. Samuel Fosso Barro, membre de l’Armée de libération nationale du kamerun, raconte : « J’étais à Tchango-Bar avec Tankeu Noé, lorsqu’à 13 heures, les manœuvres ont commencé avec des hélicoptères qui versaient de l’essence au sol, les voitures des sapeurs pompiers projetaient de l’essence partout. Au départ, on a pensé que c‘était de l’eau puisque les premiers feux montaient déjà. Les colons avaient monté certains habitants du quartier pour mettre le feu aux maisons qui n’étaient pas atteintes et pour abattre de leurs flèches empoisonnées ceux qui tentaient de s’échapper
 des flammes. Ils étaient appuyés par les militaires qui tiraient à l’arme à feu. L’administration avait avancé le chiffre de 600 morts dans le Journal officiel. » (2).

A  ce moment-là  Guillaume Nséké était préfet du Wouri.

Ainsi, Christian Tobie Kuoh, écrira dans ses Mémoires : « Une réunion des préfets se tient à Yaoundé au ministère de l’intérieur. A l’issue des travaux, le Président offre un apéritif en leur honneur. L’ambiance est joyeuse, de fête. Il leur adresse quelques mots de félicitations pour la réussite du référendum relatif à l’adoption de la nouvelle constitution et le déroulement sans incidents graves de la consultation électorale qui a suivi. Des applaudissements éclatent, puis le Président impose le silence. Il s’avance vers le préfet du Wouri d’alors, Guillaume Nséké, tire de sa poche une rosette et l’élève au rang d’Officier de l’Ordre de la Valeur. D’abord surpris, les autres reviennent à la réalité et  applaudissent.(…) Mes yeux se tournent alors vers le nouveau récipiendaire : il est tout fier, tout heureux au milieu de ses pairs qui le congratulent, qui viennent à lui en grimaçant des sourires et, sans doute, en songeant intérieurement à ce qu’il a pu vraiment faire de mieux qu’eux pour être ainsi honoré, pour mériter tant de gloire et de récompense.» (3)

Le 1er février 1962, un train est parti de Douala avec un contingent de 52 détenus politiques, dont 8 femmes et quelques enfants, tous embarqués dans un wagon métallique fermé de l’extérieur. A son arrivée à Yaoundé et au moment d’ouvrir le wagon, on dénombre de nombreux morts asphyxiés. Mgr Jean Zoa célébra un office funèbre à la mémoire des suppliciés. Le R.P. Pierre Fertin, rédacteur en chef du journal l’Effort qui en parla, fut sommé, par l’Etat du Kamerun, de quitter le territoire national le 17 février 1962. Ernest Ouandié, sous-maquis, alors vice-président de l’Upc concluait : « Dans la triste affaire des 27 morts du train de Douala, c’est le Ministre de la justice Njoya Arouna, c’est tout le « gouvernement » qui doit siéger au banc des accusés et répondre du crime qui endeuille une fois de plus de nombreuses familles kamerunaises.» (4)

Ainsi les horribles crimes perpétrés au Kamerun lors de la quête de notre indépendance réelle, le furent,  notamment, par la France et ensuite par les autorités kamerunaises sous Ahidjo.Pendant longtemps, l’Etat français refusa la réalité de ces massacres, de cette guerre… Même Ahidjo  traitait les Nationalistes kamerunais de bandits et d’assoiffés du pouvoir.

La revanche des Maquisards

Les Nationalistes kamerunais ont été acculés à prendre les armes. Ainsi, sous maquis, nous n’avions aucune honte à nous assumer comme maquisards ou combattants de la liberté, en dépit des bavures inhérentes à toutes les luttes armées au monde… Alors, les propos de M. Hollande, en tant que premier président français, de la Vème République à accepter ces massacres sont courageux, malgré ses  limites. Il nous appartient de mieux apprécier cette nouvelle donne afin d’en sortir bénéficiaires. Il est connu que  d’anciens généraux et fonctionnaires tortionnaires kamerunais sont encore en vie et quelques-uns toujours en activité dans le régime néocolonial actuel. Mieux encore Paul Biya, le supplétif néocolonial, abusivement devenu « panafricaniste », se vantait lui-même, dernièrement, d’avoir vaincu les maquis nationalistes.

Malgré les limites et l’inattendu du discours de M. Hollande, au regard des années de revendication des Nationalistes kamerunais pour la reconnaissance des crimes français au Kamerun, nous devons comprendre que même la guerre d’Algérie a été qualifiée pendant des années d’« Evènements d’Algérie ». Cependant, la datation de la guerre accomplie par la France, évoquée par M. Hollande et son appréciation de la période post indépendance ou des zones d’atrocités, dignes du nazisme perpétrées par la France au Kamerun, se limitant dans la Sanaga-maritime et à l’Ouest du Kamerun ne correspondent pas à la vérité historique. Pratiquement tout le Sud-kamerun en a subi les effets et les conséquences. Et le général Pierre Semenguè, lui-même l’un des acteurs,  précise les moments militaires de l’armée française et celle du Kamerun : « Le Cameroun a connu trois rébellions :

    La première a été menée par Um Nyobè en 1955-1958. (…). Elle a été combattue par l’armée française.
     La deuxième est celle déclenchée dès l’indépendance du Cameroun. Elle a été la plus longue de 1960 à 1966.
     La troisième est celle des intellectuels (…), en deux périodes successives en 1967 et 1968.

Ces deux dernières rébellions ont été combattues par l’Armée camerounaise encadrée au départ par des officiers français qui seront remplacés progressivement par les officiers camerounais notamment Pierre Semenguè, Edouard Etondé Ekotto, Jean Nganso Sunji, James Tataw, etc. » (5). Par ailleurs rappelons que les atrocités françaises au Kamerun seront reprises par l’armée kamerunaise. Le général Pierre Sémenguè, nous édifie à ce propos: « Finalement, l’armée camerounaise était obligée, quand on tue un rebelle, on coupe sa tête pour venir l’exposer, pour que les gens sachent que c’est possible. Parce qu’on pouvait dire n’importe  quoi, que le chef rebelle est mort, personne ne croyait.» (6).

Par contre pendant des décennies, nous avions été affublés de tous les qualificatifs. Pour cela lisons, Sadou Daoudou, ancien ministre d’Etat chargé des forces armées : « On nous reproche d’avoir accolé les qualificatifs de rebelles, de terroristes et de subversifs aux upécistes.

Qu’est-ce qu’un rebelle ? C’est celui qui s’oppose à un pouvoir établi. La France tenait sa légitimité au Cameroun de l’ONU. Le gouvernement camerounais tenait sa légitimité des élections. Les upécistes se sont soulevés contre ces deux pouvoirs. C’est pourquoi on les appelle rebelles.

Quelle est la signification du mot terroriste ? Il vient du mot terreur. Un terroriste, c’est celui qui sème la terreur dans son entourage. Les upécistes terrorisaient les populations ; ils entraînaient de force des gens dans les maquis; et tous ceux qui ne voulaient pas y aller, étaient exécutés.

Qui sont des subversifs ? Ce sont des gens qui, sans prendre les armes, mènent des actions insidieuses auprès des populations par des mensonges et des calomnies. C’est la subversion.

Toutes ces définitions justifient pleinement les qualificatifs accolés aux upécistes.» (7).

Heureusement, M. Hollande dit, aujourd’hui : « Après 1960, nous avions combattu les éléments indépendantistes ».

Nous pensons que les propos du maître-sorcier remettent toutes les mauvaises langues des « meilleurs élèves» au bon endroit.

Cependant, comme le dit Gaston Donnat : « Si l’Upc n’avait pas été persécutée, traquée militairement par l’Armée française, peut-être la destinée du Cameroun ne serait pas celle qu’il connait aujour-d’hui ; ce ne serait pas un des plus beaux fleurons parmi les pays soumis au néocolonialisme mais, l’histoire ne s’arrête pas là. »

Alors, la déclassification des archives en France comme au Kamerun et les dédommagements qui doivent suivre ne seront qu’un processus dont la réalisation sera à la mesure des combats que tous les patriotes kamerunais, africains et de la France mèneront pour forcer les Etats français et kamerunais à respecter le sens de l’Histoire.

 

        Source : Survie. In La Nouvelle Expression n° 4009 du vendredi 03 uillet 2015. p-p, 8-10
        David Nouwou, Samuel Barro Fosso, Commandant de l’Alnk : « Notre première grande offensive a eu lieu le 27 août 1959 à 20    h45 ». La Nouvelle Expression. Dossiers et Documents. 50 ans d’histoire. Edition spéciale du jeudi 24 janvier 2002. p-p, 22 -24.
        Christian Tobie Kuoh, Mon témoignage. Le Cameroun de l‘indépendance (1958-1970). Karthala. 1990. P-P, 98 et 99.
        Ernest Ouandié, Citoyens libres ou esclaves ? Article écrit sous- maquis. Mars 1962
        Charles Atéba Eyené, Le Général Pierre Semenguè. Toute une vie dans les armées. Editions CLE. Yaoundé. 2002. P-P, 72 et 73.
        Les confidences du général Pierre Sémenguè. In L’œil du Sahel.N° 469 du 27 février 2012. P-P,  3-6
        Daniel Abwa, Sadou Daoudou par les presses de l’UCAC. 2001. P, 91

 

Lire aussi : La politique des Boucs-émissaire ne développera pas le Cameroun
Lire aussi : Un témoin du massacre des Bamilékés au quartier Congo à Douala raconte
Lire aussi : Le franco-camerounais Kylian_Mbappé renie ses origines

Facebook

ADS

 

LIVE
(Coming soon)

 
Libye

17h00

RDC
CHAN 2021 | Classement

Groupe A

1 Cameroun 4
2 Mali 4
3 Burkina Faso  3
4 Zimbabwe 0

Groupe B

1 RDC 3
2 Niger 1
3 Libye 1
4 Congo 0

Groupe C

1 Maroc 3
2 Rwanda 1
3 Ouganda  1
4 Togo  0

Groupe D

1 Guinée  3
2 Zambie  3
3 Tanzanie  0
4 Namibie  0
 
CHAN 2021 | Matchs
MATCHS DE GROUPE
16 Jan 2021    
Cameroun 1 - 0
Zimbabwe
Mali 1 - 0 Burkina Faso
17 Jan 2021    
Libye 0 - 0
Niger
RDC 1 - 0 Congo
18 Jan 2021    
Maroc 1 - 0 Togo
Rwanda 0 - 0 Ouganda
19 Jan 2021    
Zambie 2 - 0 Tanzanie
Guinée 3 - 0 Namibie
 
20 Jan 2021    
Cameroun 1 - 1 Mali
Burkina Faso 3 - 1 Zimbabwe
21 Jan 2021    
Libye 17h00 RDC
Congo 20h00 Niger
22 Jan 2021    
Maroc 17h00 Rwanda
Ouganda 20h00 Togo
23 Jan 2021    
Zambie 17h00 Guinée
Namibie 20h00 Tanzanie
 
24 Jan 2021    
Burkina Faso 20h00 Cameroun
Zimbabwe 20h00 Mali
25 Jan 2021    
Congo 20h00 Libye
Niger 20h00 RDC
26 Jan 2021    
Ouganda 20h00 Maroc
Togo 20h00 Rwanda
27 Jan 2021    
Namibie 20h00 Zambie
Tanzanie 20h00 Guinée
1/4 DE FINALES
30 Jan 2021    
  17h00  
  20h00  
01 Fev 2021    
  17h00  
  20h00  
1/2 FINALES
03 Fev 2021
  17h00  
  20h00  
MATCH DE CLASSEMENT
06 Fev 2021    
  20h00  
FINALE
07 Fev 2021    
  20h00  
 

 

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Rechercher un article

ADS