Cameroun - Politique. Cabral Libii-Alice Nkom : l’amer calice

cameroun24.net Jeudi le 15 Avril 2021 Opinion Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
L'éclairage du journaliste Venant Mboua dans le conflit épistolaire entre le député Cabral Libii et l'avocate Alice Nkom.

ADS


Permettez-moi de paraphraser en résumant l’échange entre les deux personnalités publiques.
Alice Nkom pense que le président du parti PCRN, qui a choisi d’aller aux élections législatives quand d’autres partis d’opposition prônaient le boycott et son acte ferait de lui un allié du parti au pouvoir. La première femme noire avocate au Cameroun dit qu’elle aime bien le député du Nyong et Kellé mais elle fait le constat qu’il est naïf, puisque selon elle, il s’est noyé dans les eaux où d’autres formations politiques, avant son parti, ont péri. Elle cite l’UNDP et Bello Bouba Maigari, l’UPC et, surtout, le SDF, ce parti dont elle fut militante à un moment donné. Elle pense qu’il n’y a plus moyen de sauver le jeune homme politique (41 ans) qui n’a pas tenu compte de  tout le temps qu'il a devant lui pour attendre la bonne opportunité

En guise de réponse à ces remarques catastrophées, le député révèle que l’avocate de 76 ans est de 4 années l’aînée de son propre père; il rappelle qu’elle a eu tout le temps, à une certaine époque, notamment lorsqu’elle a milité dans des partis politiques dont le Rdpc au pouvoir (pas certain…) pour gagner et changer les choses; le député pense que l’avocate est vieille pour les débats actuels.
 Pour conclure, M. Libii clame que Me Alice Nkom est atteinte de senescence (une dégradation des cellules du corps humain) par conséquent ses propos pourraient ne pas relever de la lucidité qu’on reconnait aux personnes encore en bon état physique.

Les partisans et les détracteurs des deux personnalités se déchirent en indignations, railleries et motions de soutien.

Pour ma part, si une réaction du député du PCRN se justifiait, les mots qu’il a utilisés sont condamnables. De bout en bout. Ils laissent un gout amer d’intolérance et d’inélégance pour un leader politique dont la posture principale est le rassemblement et la réconciliation. Pour tout dire, sa réaction me pose quelques problèmes d’ordre moral

- Pour un Homme politique, évoquer l’âge (et la santé mentale qui en découlerait) d’un citoyen pour le disqualifier du débat politique ou du débat tout court est toujours perçu comme une faute, comme la marque d’une condescendance générationnelle qui gêne.

- Pour un homme, évoquer l’âge d’une femme en public et en sa présence – surtout pour la juger – est la manifestation d’un manque d’éducation qui choque même les prostituées …

Mais admettons que le jeune député a voulu par ces propos, critiquer une certaine génération qui a échoué ou qu’il a tenu à dénoncer le paternalisme qui colore souvent le discours des aînés tant de l’opposition que du pouvoir

Admettons que le président du PCRN a remarqué que sur la scène politique camerounaise, les gens de l’âge de Mama Alice Nkom ont démontré leur manque de lucidité dans le débat politique
Même dans ces cas, je me permettrais quelques remarques interrogatives

- Si être né en 1945 est synonyme de manque de lucidité, pourquoi le député du Nyong et Kellé n’a pas dénoncé la reconduction à la présidence de l’Assemblée nationale, de M. Cavaye Yiguié, né en 1940, député depuis les années 70, au poste de président de l’Assemblée depuis 30 ans et qui n’a jamais mené une seule bataille pour le Cameroun?

- Que pense M. Libii de la fierté que lui et son groupe politique affichaient en 2019, pour avoir siégé au ‘’grand débat national’’ au côté du Cardinal Christian Tumi, un homme de 90 ans à l’époque ?

Je pense que l’honorable député avait le droit de répondre à la doyenne Alice Nkom d’une autre manière, tout en se montrant agacé par des propos qu’il a considérés comme une attaque personnelle (puisqu’il a répliqué par des attaques personnelles).  Ses propos sont ce que les anglosaxons appellent cheap shot (coups en dessous de la ceinture, propos qui manquent de classe) donc très en dessous du débat soulevé ou de ce qu’on attendait de lui.

Il peut se racheter, lui qui est un amoureux de la rhétorique discursive. S’il accepte que la critique est un calice amer que tout Homme politique doit boire avec dignité. Pour cela, il va falloir que ses partisans cessent de nourrir son ego déjà à très bon niveau. Pour une fois.
Pour la paix!

Venant Mboua

Lire aussi : Le Dr Fouelefack Christian quitte le MRC
Lire aussi : Présidentielle 2025: Le ministre Fame Ndongo crie au complot
Lire aussi : Présidentielle 2025: Après Biya, ce sera Biya ?

Facebook

ADS

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Rechercher un article

ADS