Cameroun - Politique. Décès dans les circonstances troubles d'un militant du MRC à Deuk

cameroun24.net Lundi le 27 Juillet 2020 Société Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Dans un communiqué parvenu à la rédaction de cameroun24, le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) annonce le décés de NYAMA A TSANGMENA SALIF ADARI, dans le domicile d'un sous-préfet et demande l'ouverture d'une enquête.

ADS


COMMUNIQUÉ



Le Secrétaire de la fédération Départementale du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) dans le Mbam et Inoubou, porte à la connaissance des militants de notre parti (MRC) et du public en général, le décès subite et tragique de notre militant, le nommé NYAMA A TSANGMENA SALIF ADARI, décès survenu dans la nuit du 25 au 26 juin 2020 dans l’arrondissement de DEUK, Département du Mbam et Inoubou.

Le lieu et les circonstances particulièrement troubles(I), et les conditions dans lesquelles son corps sans vie a été ramené(II).

En effet, c’est à la suite d’un appel téléphonique du sous-préfet de Deuk dans la journée du 24/06/2020 que ce dernier s’est rendu dans l’Arrondissement de Deuk, à l’effet d’assurer la couverture du conseil municipal de cet Arrondissement car il faut le rappeler que monsieur Salif Adari officiait comme chroniqueur, animateur dans la radio Région FM. Il est arrivé dans la ville de Deuk le 25/06/2020, reçu au domicile du sous-préfet ; où il a dîné avec son hôte (le sous-préfet) et bien d’autres personnes dans la résidence de l’autorité. Il faut préciser que, durant tous ces moments de 18heures à 3heures du matin, Sarlif était permanemment en communication avec sa famille de Région FM et bien d’autres connaissances qui suivaient en direct ses communications vidéos depuis la résidence du sous-préfet jusqu’à 3heures du matin voir vidéo en annexe. C’est donc entre 3heures et 6heures du matin que s’est produit son mystérieux décès dans la chambre où l’a logé son hôte le sous-préfet.

C’est par appel téléphonique du sous-préfet que la famille est informée de son décès. Sans autre forme de procédures, l’Autorité administrative de Deuk nous a renvoyé la dépouille comme un colis, escortée par un gendarme, à bord d’un pickup de fortune ; roue de secours posée sur la tête du défunt dans l’optique de déposer dans une morgue de la place.

Informée, la famille a intercepté le corps, déposé à la maison familiale afin d’alerter le procureur de la république qui a aussitôt requis une autopsie sur la base de la requête d’un membre de la famille.

Ce 26/06/2020 au domicile de Salif Adari, émotions et consternations se percevaient sur tous les visages, sans compter les risques d’une escalade d’une vengeance populaire à l’encontre du chauffeur et du gendarme qui flânait dans l’air.

Nous avons tout fait rassurer la famille, afin d’éviter d’éventuels débordements en guise de justice populaire.

L’état physique du corps était méconnaissable :
Ventre ballonné, mâchoire inférieure cassée, côtes cassées, des traces de bastonnade sur la poitrine, écoulement à flot du sang dans la bouche et sur les narines.
Le 29/06/2020, le Préfet de Mbam et Inoubou m’a accordé une audience à cet effet, et nous a rassurés du suivi qu’il accordera à la suite de cette enquête.

A ce jour le corps est toujours scellé dans l’attente de l’autopsie et l’ouverture de l’enquête.

Tous les militants (MRC) du Département du Mbam et Inoubou par ma voie, souhaitent leurs condoléances à la famille si durement meurtrie et un bon courage pour surmonter cette épreuve.

Le Départemental du Mbam-Inoubou,

MOUGNOL A MOUFACK

Lire aussi : La CRTV donne la parole à Chantal Ayissi pour répondre à Roméo Dika
Lire aussi : La réaction de Grégoire Owona aux accusations de Roméo DIKA
Lire aussi : Maurice Kamto rend hommage à Ruben Um Nyobe

 

Facebook

ADS

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Rechercher un article

ADS