Cameroun - Faits divers. Drame : Le corps d’un étudiant retrouvé dans les eaux du Mfoundi !

cameroun24.net Le 8 novembre 11889 Société Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Selon les informations parvenues à la rédaction de CassaManga, le corps de Cédric Momo, étudiant en 7ème année à L’Institut supérieur de technologie médicale de Yaoundé (Istm) a été repêché des eaux du fleuve Mfoundi à Yaoundé après trois jours de recherches.



Depuis le 3 novembre 2019, la famille de Cédric Momo est sans nouvelle de lui. Pourtant, après avis de recherches et des multiples fouilles, c’est finalement dans le fleuve qui porte le nom du département des sept arrondissements de Yaoundé que sera découverte, aux environs de 17h, la dépouille du jeune étudiant ce 6 novembre 2019 grâce à l’action des sapeurs-pompiers.

Selon le témoignage d’un proche de la famille au quartier Mendong dans l’arrondissement de Yaoundé 6, : « Cédric est sorti de la maison dimanche soir. Il était d’abord accompagné par son oncle. Après une soirée bien arrosée, ils ont décidé de regagner la maison. Mais Cédric est ressorti plus tard pour aller rencontrer ses amis. Ils se sont ainsi retrouvés dans un snack bar, situé au quartier Mvog-Mbi. Lorsqu’il a décidé de regagner la maison, à une heure tardive, deux bandits se sont mis à le poursuivre. Il est revenu dire au gérant du snack que les bandits étaient à sa poursuite, le gérant du snack bar lui a demandé de ne plus sortir. Il est finalement ressorti malgré les conseils du gérant du snack bar. Les bandits l’ont toujours poursuivi et en courant il se serait jeté dans le Mfoundi. Nous sommes allés fouiller lundi sous la pluie pendant toute la journée au quartier Mvog-Mbi. Dans ce quartier, les gens affirment avoir vu un jeune gens qui est tombé dans le Mfoundi », a appris CassaManga.

Agé de 25ans, l’étudiant est arraché à la vie alors qu’il était enfin de formation et attendait prêter le serment d’hypocrate dans les jours à venir.

Selon les sources, deux suspects ainsi que le gérant du bar ont été interpellés par la police judiciaire en attendant l’aboutissement de l’enquête ouverte.

La nouvelle s'est répandue comme une trainée de poudre à Yaoundé et en particulier dans le quartier Mendong où il résidait. Le jeune Cédric connu pour être un garçon studieux et facile dans ses relations avec les autres a trouvé la mort dans des circonstances qui restent encore à clarifier. Il avait été porté disparu par la famille depuis le lundi 04 Novembre et les recherches étaient en cours depuis cette date.

Des questions sans réponses

Fils unique de sa famille, Cédric laisse beaucoup de désarroi auprès des siens. Selon son oncle Anatole Nguemo, il serait dans un premier temps sorti avec un membre de la famille et revenu à la maison vers 23 heures en toute sécurité. Plus tard dans la nuit, l'étudiant sera de nouveau aperçu au quartier Mvog-Ada dans un bar de la place. On ne sait pour quelle raison, ni comment il serait arrivé jusque là. Décrit comme "responsable et pas du tout fêtard", ses proches s'interrogent sur la présence du jeune Cédric à cet endroit.

Il aurait essayé de se sauver

Toujours selon les témoignages rapportés par la chaine de télé Vision 4, le jeune étudiant sera poursuivi très tôt le matin (aux environ de 5h30) par une bande de malfrats. Plutôt que de se laisser attraper, Cédric aurait choisi de se jeter dans le Mfoundi, un grand fleuve éponyme du département. Une information que CassaManga n'a pas pu confirmer. Suite à ces témoignages, deux des trois suspects interpellés seront mis à la disposition des forces de l'ordre pour exploitation. Cependant, il est difficile de comprendre ce qui s'est produit entre la nuit où l'étudiant était au bar et le matin où les criminels ont entamé la chasse à l'homme. Où Cédric a t-il passé la nuit ? Avec qui était-il ? Pourquoi n'a t-il pas appelé un proche dans la nuit ?

C'est tant de questions auxquelles CassaManga a souhaité apporté des réponses. Pour ce faire, nous avons contacté son oncle Anatole Nguemo, répresentant de la famille. C'est dans une grande émotion que ce dernier nous a apporté plus d'élèments concernant cette affaire. Il a dans un premier temps tenu à dissiper tout soupçon sur la bonne conduite de son neveu. Il déclare notamment que "Cédric était quelqu'un de très raisonnable et réfléchi. Il avait carrément laissé sa chambre étudiante de Messassi pour venir vivre auprès de ses parents permettant à ceux-çi de faire des économies". Par suite, il estime que la piste du guet-apens vaut la peine d'être creusée. Des potentiels témoins ont contacté notre rédaction pour indiquer que le gérant du bar aurait essayé de protéger le garçon tandis que d'autres l'estiment suspect dans l'affaire. Des informations à découper par les forces de l'ordre.

Regardez

SUR LE MEME SUJET : Cameroun - Faits divers

DANS LA MEME RUBRIQUE : Société

Facebook

ENTREZ VOTRE COMMENTAIRE





Saisissez ce code CAPTCHA code dans la zone de texte ci-dessous

LES COMMENTAIRES

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Lire aussi

  • Crise politique: Le remède de Maurice Kamto pour une sortie sans transition

    La transition politique, ce n’est pas le choix préférentiel du Mouvement pour la renaissance du Cameroun. Dans une interview accordée à Le Monde, Maurice Kamto, répondant à une question sur la sortie de crise...

  • Les partenaires du Cameroun mobilisés autour du Plan de reconstruction et de relance des régions anglophones en crise

    Le Premier ministre camerounais, Joseph Dion Ngute, a annoncé sur son compte tweeter avoir récemment réuni « une quinzaine » de représentants de missions diplomatiques accrédités à Yaoundé, afin de...

  • La production de gaz domestique destinée au marché camerounais doublée par la SNH

    Selon la Société nationale des hydrocarbures (SNH), la production nationale de gaz au Cameroun, portée par les exportations de Gaz naturel liquéfié (GNL), s’élève à plus d’un 1, 8 milliards de m3 au 31...

  • L'électricien Eneo accuse l’État camerounais de l’enfoncer dans la crise

    La dette publique à l’égard d’Eneo avoisinerait 160 milliards de francs CFA (244 millions d’euros) relate le panafricain Jeune Afrique dans un article réservé aux abonnés.

  • Convertisseur

    Meteo Yaoundé