Cameroun - Politique. Le 60ème anniversaire de l'indépendance du Cameroun célébré dans la tourmente

cameroun24.net Jeudi le 02 Janvier 2020 Société Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Après 60 ans d'indépendance, le Cameroun traverse l'une des périodes les plus difficiles de son histoire avec la crise sécuritaire née des exactions de Boko Haram dans le nord et celle politique dans l'ouest anglophone relate BBC.


Premier des 17 pays africains indépendants en 1960, le Cameroun n'a connu jusqu'ici que deux chefs d'Etat : Amadou Ahidjo, le père de l'indépendance, et Paul Biya (86 ans), l'actuel président qui dirige le pays depuis 37 ans.

A l'occasion de ce 60 ème anniversaire, les sentiments sont mitigés dans le pays.

Aucune manifestation n'est prévue dans les grandes villes du pays car c'est seule la partie du Cameroun autrefois administrée par la France qui a été libérée du joug colonial le 1er janvier 1960.

La fête nationale du Cameroun est différente de celle de l'Indépendance.

C'est plutôt la fête de l'Unité qui est célébrée le 20 mai de chaque année.

Le Cameroun s'est en réalité constitué en une nation à la date du 20 mai 1961, avec le rattachement des régions du Sud-Ouest et du Nord-ouest, alors sous tutelle britannique, à la partie francophone.

A Douala, David Fomuso, réfugié interne qui a fui les violences dans la partie anglophone du pays, n'est pas enthousiaste et n'a pas le cœur à la fête.

Interrogé par l'AFP, il a souligné que le peuple "résigné, ne pense pas à ces 60 ans".

Pour vivre normalement et permettre à ses enfants de continuer leur scolarité, il a été obligé de fuir son village, il y a deux ans.

Il fait partie des nombreuses victimes qui ont été affectées par le conflit séparatiste dans les régions du nord-ouest et du sud-ouest de son pays.

Les affrontements entre l'armée républicaine et les groupes séparatistes a fait plus de 3.000 morts et plus de 700.000 déplacés.

C'est le même environnement dans l'Extrême-Nord du pays, où depuis 2014 Boko Haram a fait plusieurs milliers de morts.

Aspirations au changement

Par ailleurs, 75% de la population camerounaise âgé de moins de 35 ans, et qui n'a connu que le président Biya, aspirent à un nouveau leadership.

Du moins, c'est le plaidoyer de l'opposant Maurice Kamto, arrivé deuxième à la présidentielle de 2018.

Libéré en octobre dernier après huit mois d'emprisonnement, il continue de revendiquer sa victoire à la présidentielle.

Après son indépendance, le Cameroun (24 millions d'habitants) sera suivi par treize autres anciennes colonies françaises, ainsi que par la République démocratique du Congo (RDC), la Somalie et le Nigeria.

Chronologie des différentes étapes vers les indépendances

En 1885, la Conférence de Berlin fixe les règles du partage colonial de l'Afrique.

Soixante-quinze ans plus tard, en 1960, une large partie du continent accède à l'indépendance alors que les deux plus grandes puissances coloniales, le Royaume-Uni et la France, se retirent progressivement. Voici les dates-clés de cette période:
Partage colonial

    15 novembre 1884 - 26 février 1885: la Conférence de Berlin, réunie à l'initiative du chancelier allemand Bismarck, fixe les règles du partage colonial de l'Afrique. Quinze ans plus tard, en 1900, la quasi-totalité du continent sera partagée entre les principales puissances européennes.
    16 juin 1895: création de l'Afrique occidentale française (AOF), fédération de huit territoires français comprenant Mauritanie, Sénégal, Soudan français (actuel Mali), Guinée, Côte d'Ivoire, Niger, Haute-Volta (aujourd'hui Burkina Faso), Dahomey (aujourd'hui Bénin).
    15 janvier 1910: une organisation comparable, l'Afrique équatoriale française (AEF), est créée en Afrique centrale. Elle regroupe Gabon, Moyen-Congo (aujourd'hui Congo-Brazzaville), Oubangui-Chari (actuelle République centrafricaine) et Tchad.
    Février 1922: l'Egypte, sous tutelle puis sous protectorat britannique, accède à l'indépendance.
    1935-1941: rare pays d'Afrique à n'avoir pas été colonisé, l'Ethiopie est occupée par l'Italie. Après la victoire sur les troupes italiennes en mai 1941, l'empereur Hailé Sélassié rentre triomphalement à Addis Abeba.


    1939-1945: plusieurs dizaines de milliers de soldats africains mobilisés par les armées française et britannique perdent la vie pendant la Seconde Guerre mondiale (dont 55.000 parmi les seules troupes coloniales françaises, après 63.000 soldats "indigènes" tués en 1914-1918).

Manifestations et répression

    Février 1944: une conférence convoquée par le général de Gaulle à Brazzaville, capitale de l'AEF, réunit les gouverneurs des colonies. Celles-ci deviennent "territoires intégrés" et en 1946, l'Union française succède à l'empire colonial français.
    8 mai 1945: les forces françaises en Algérie répriment des manifestations pro-indépendantistes, faisant des milliers de morts dans la région de Sétif.
    29 mars 1947: la répression sanglante par l'armée française d'une insurrection en faveur de l'indépendance de Madagascar fait entre 10.000 et 100.000 victimes selon les sources.

    1951: indépendance de la Libye, ancienne colonie italienne occupée par la France et le Royaume-Uni après la Seconde Guerre mondiale.
    18 au 24 avril 1955: la Conférence de Bandung (Indonésie) réunit 29 pays d'Afrique et d'Asie. Elle proclame le principe de la "coexistence active et pacifique", dénonce le colonialisme et demande pour "tous les peuples" le droit à l'autodétermination et à l'indépendance.
    1956: le Soudan (anglo-égyptien) proclame son indépendance le 1er janvier, le Maroc et la Tunisie deviennent indépendants de la France en mars.
    26 juillet 1956: nationalisation du canal de Suez.

Vague d'indépendances

    6 mars 1957: indépendance de la Gold Coast (Côte de l'Or), première colonie d'Afrique noire à y accéder. Le pays prend le nom de Ghana sous l'autorité de Kwame Nkrumah.
    24 août 1958: le général de Gaulle propose à Brazzaville la création d'une Communauté franco-africaine. La Guinée d'Ahmed Sékou Touré est le seul pays d'Afrique francophone à la rejeter, optant pour son indépendance, dès le 2 octobre.
    Décembre 1958: la conférence des peuples africains, réunie à Accra, décide de soutenir les mouvements d'indépendance en Afrique.
    4 janvier 1959: une insurrection à Léopoldville (Congo belge, actuelle République démocratique du Congo) est réprimée dans le sang.
    1er janvier 1960: proclamation de l'indépendance du Cameroun. Au total, 17 pays africains, dont 14 anciennes colonies françaises, le Congo belge, le Nigeria (britannique) et la Somalie (Italie), accèdent à l'indépendance au cours de l'année 1960.
 

Lire aussi : Menaces sur la liberté d'expression: La CRTV sommée d'exclure Cabral Libii d'un débat
Lire aussi : Djeukam Tchameni, le président du MDI réunit les forces du changement au Cameroun
Lire aussi : Les travaux de la deuxième session ordinaire de la législature 2020 clôturés aujourd'hui sans le gré à gré évoqué par le MRC

 

Regardez

SUR LE MEME SUJET : Cameroun - Politique

DANS LA MEME RUBRIQUE : Opinion

Facebook

ENTREZ VOTRE COMMENTAIRE





Saisissez ce code CAPTCHA code dans la zone de texte ci-dessous

LES COMMENTAIRES

CORONAVIRUS AU CAMEROUN
Confirmé : 15173
Décès 359
Guéri: 11928
Actif : 2886
Source MINSANTE
Mise à jour 10/07/2020 à 22:28:09

 

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Convertisseur

Meteo Yaoundé