CEMAC. Les pièces de monnaie de plus en plus rare

cameroun24.net Lundi le 25 Novembre 2019 Opinion Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Annoncée en grande pompe pour ce mois de novembre, l'injection massive de la monnaie divisionnaire reste attendue. Les transactions commerciales sont fortement perturbées par cette pénurie.

ADS

La promesse du gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC), formulée successivement en juillet et octobre 2019, tarde alors que le mois de novembre tire à sa fin. Au même moment, les trafiquants du précieux sésame (bijoutiers, exportateurs clandestins, opérateurs de salles de jeux, etc…) poursuivent sereinement leur activité de contrebande.

La rareté de la monnaie divisionnaire continue de frapper sévèrement la zone CEMAC en général, et le Cameroun en particulier. Petits commerçants, particuliers, détaillants ou grossistes constatent quotidiennement, depuis bientôt deux ans, la crise aiguë des pièces de monnaie dans les six pays de la sous-région. Au plus fort des récriminations, la BEAC faisait l’annonce d’une thérapie de choc qui consistait au renflouement massif dès novembre 2019.

Abbas Mahamat Tolli, gouverneur de la Banque centrale, présentait dans la capitale économique camerounaise, la nouvelle réforme de changes de la zone CEMAC, en présence de Dieudonné Evou Mekou, vice-Gouverneur, Daniel Ona Ondo, président de la Commission de la CEMAC, et d’autres personnalités du système financier de la Communauté indique encore Ecomatin.

Clandestins

Alors que le mois de novembre s’achève dans quelques jours, aucune nouvelle sur « l’injection massive » attendue après l’annonce du gouverneur de la Beac en juillet 2019. Puis le 2 octobre 2019, lorsque le comité ministériel de l’Union monétaire de l’Afrique centrale (UMAC) annonçait, à son tour la mise en circulation d’une nouvelle gamme de billets de banque FCFA. S’appuyant sur l’article 33 des statuts de la BEAC, le comité interministériel de l’UMAC engageait le gouvernement de la Banque à finaliser les travaux nécessaires à la création et à la mise en circulation progressive de cette nouvelle gamme, dans les meilleurs délais possible. Nouvelle gamme à mettre en circulation concomitamment avec les nouvelles pièces de monnaie.

C’est le 29 mars 2006 que la BEAC, sous la gouvernance de Jean-Félix Mamalepot, décide d’introduire une nouvelle gamme de monnaie divisionnaire dans la zone CEMAC. Officiellement, il est question de lutter contre les faussaires et résorber la pénurie qui frappait les Etats de la sous-région. Les pièces entre 1 et 100 FCFA avaient été mises en circulation pour un montant de 1 250 milliards de FCFA, après une chute de volume de près de 3,5%. En attendant la concrétisation de la promesse du gouvernement monétaire de la BEAC, la contrebande de la monnaie divisionnaire a toujours le vent en poupe, avec un impact non négligeable sur les usagers.
 

Lire aussi : « Perspectives économiques en Afrique 2020 » : l’Afrique centrale devrait agir sur le développement de compétences et de capacités adaptées aux réalités économiques

 

Regardez

SUR LE MEME SUJET : CEMAC

DANS LA MEME RUBRIQUE : Opinion

ADS

ADS

Facebook

ADS

CORONAVIRUS AU CAMEROUN
Confirmé : 17255
Décès 387
Guéri: 15320
Actif : 1548
Source MINSANTE
Mise à jour 29/07/2020 à 22:28:09

 

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Rechercher un article