Opération Epervier. L’évacuation sanitaire d’Amadou Vamoulké sollicité par plusieurs ONG

cameroun24.net Le 25 septembre 93732 Culture Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Selon un diagnostic réalisé à l’hôpital central de Yaoundé, confirmé par l’hôpital américain de Paris, l’ancien directeur général de la Cameroun Radio and Television, incarcéré à la prison centrale de Kondengui, souffre d’une pathologie neurologique sévère et évolutive. Les médecins préconisent son évacuation sanitaire pour une prise en charge efficace.

Amadou Vamoulké est derrière les barreaux depuis juillet 2016. L’ex DG de la CRTV est poursuivi pour détournements de fonds évalués à 3,9 milliards de FCFA au profit de la chaîne de télévision publique qu’il a dirigée pendant 10 ans, entre 2005 et 2016. À l’issue d’un  ultime procès, lundi 16 septembre 2019, le 22e renvoi  a été prononcé. Selon nos sources, la prochaine audience est fixée au 9 octobre 2019.  A toutes ces comparutions, la défense de M. Vamoulké a demandé que les charges contre son client ne soient pas maintenues et que les poursuites soient abandonnées relate Ecomatin.

Les organisations non gouvernementales (ONG), dont Reporters sans frontières (RSF), font savoir qu’après plus de trois ans de détention et au moment où la santé d’Amadou Vamoulké se dégrade, il est temps de penser à son évacuation. Selon deux rapports médicaux consultés par RSF, le journaliste doit effectuer des examens poussés qui ne peuvent être réalisés au Cameroun.

Le premier, réalisé par l’hôpital central de Yaoundé, recommande « une évacuation dans un centre spécialisé ». Laquelle se justifie, selon les médecins, par « un plateau technique limité et la sévérité de l’affection neurologique » dont souffre l’ex-DG. Une analyse et des recommandations partagées par l’hôpital américain de Paris à qui le dossier médical d’Amadou Vamoulké a été transmis pour avis. Dans le certificat, le professeur et neurologue Hervé Taillia estime que l’homme de 69 ans présente « un tableau déficitaire des deux membres, sévère et évolutif ». Arnaud Froger, responsable du bureau Afrique de RSF sollicite donc les autorités camerounaises afin qu’elles ne laissent pas « mourir à petit feu l’un des plus éminents journalistes camerounais derrière les barreaux d’une prison ».

De nombreuses organisations de la société civile, camerounaises et étrangères, du champ de la défense des droits de l’Homme estiment que M. Vamoulké est accusé de façon fantaisiste. Dans une lettre ouverte datée du 31 janvier 2019, neuf parlementaires issus de sensibilités politiques différentes avaient demandé à Emmanuel Macron et à son ministre des Affaires étrangères, Jean Yves Le Drian, de faire pression sur Yaoundé et d’utiliser « leurs relations diplomatiques privilégiées afin d’assurer la réhabilitation et la libération la plus rapide possible » du journaliste.

Dans sa réponse, le cabinet du Quai d’Orsay avait reconnu que l’accusation « n’avait pas apporté la preuve de la pertinence de son action » et annoncé qu’elle suivrait « avec la plus grande attention » les conclusions du groupe de travail de l’ONU sur la détention arbitraire. Aussi, pour les ONG, le tribunal qui juge Amadou Vamoulké a largement dépassé les neuf mois maximum au cours desquels il est censé rendre une décision.

Regardez

SUR LE MEME SUJET : Opération Epervier

DANS LA MEME RUBRIQUE : Société

Facebook

ENTREZ VOTRE COMMENTAIRE





Saisissez ce code CAPTCHA code dans la zone de texte ci-dessous

LES COMMENTAIRES

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Lire aussi

  • Les médias tanzaniens préfèrent recruter DJ et comédiens au lieu de vrais journalistes

    Dans un pays où les médias préfèrent recruter des DJ et comédiens, le gouvernement exige des médias de n'employer désormais que des journalistes rapporte BBC.

  • Le premier ministre met fin aux doctorats professionnels au Cameroun

    Le Premier ministre Joseph Dion Nguté a signé en date du 5 novembre 2019, une correspondance adressée à Jacques Fame Ndongo, ministre des Enseignements supérieurs.

  • La seconde jambe de l'artiste camerounaise Mama Nguea amputée

    L’artiste musicienne, malade depuis des mois, se trouve désormais dans un état critique à l’hôpital Laquintinie rapporte le quotidien privé Mutations.

  • La chanteuse camerounaise Daphné est hors de danger

    Après s'être écroulé sur scène lors d'un show aux Etats-unis, les rumeurs sur son état de santé ce sont rependus comme une trainée de poudre dans les réseaux sociaux.

  • Convertisseur

    Meteo Yaoundé