Cameroun - Diaspora. Le Haut-Commissariat du Cameroun au Canada accuse OSSOMO NGANDZIGUI dont l'asile a été refusé au Canada de mensonge

cameroun24.net Mercredi le 03 Aout 2022 Société Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Dans un reportage diffusé sur la chaîne de télévision canadienne TVA, cette dernière accusait son mari d'appartenir à une secte famla qui égorge impunément les femmes au Cameroun.

ADS


Dans un communiqué parvenu à la rédaction de cameroun24, le chargé d'affaire du Haut-Commissariat du Cameroun au Canada, Philippe FOUDA TSILA, s'insurge contre les attaques portées contre le Cameroun par une compatriote en difficulté au Canada pour régulariser sa situation :

«Le Haut-Commissariat du Cameroun au Canada porte à la connaissance de la Communauté camerounaise et du public que dans le cadre d'un reportage diffusé par la chaîne de télévision TVA, il a été fait état de la situation que traverserait actuellement la nommée OSSOMO NGANDZIGUI, qui se présente comme une ressortissante camerounaise dont la demande d'asile au Canada aurait été rejetée par les Autorités compétentes de ce pays, en raison d'absence de preuves suffisantes.

La personne susnommée fait valoir que sa vie serait menacée en cas de retour au Cameroun, par son époux qui serait membre d'un regroupement dont la particularité serait « d'égorger des femmes ». Dans la séquence qui a été présentée, la nommée OSSOMO NGANDZIGUT, pour justifier sa demande d'asile, présente le Cameroun comme un pays de non droit dans lequel des « tueries » sont perpétrées impunément et partout, sans aucune réaction du Gouvernement.

A la suite de ce reportage, qui fait actuellement l'objet d'une publication dans les réseaux sociaux, le Haut-Commissariat du Cameroun réfute de manière catégorique les affirmations de Mme OSSOMO NGANDZIGUI qui portent atteinte à l'image et à l'honorabilité du Cameroun, qui est, et demeure un Etat de droit, où les différentes violations des lois et règlements font l'objet d'une action publique menée par les Autorités compétentes, par le biais d'enquêtes impartiales et de procédures judiciaires au cours desquelles les personnes impliquées sont amenées à répondre de leurs actes.

Le Haut-Commissariat déplore qu'une personne se réclamant de la nationalité camerounaise se permette d'utiliser contre son pays d'origine des propos outranciers, outrageux, mensongers et à la limite délirants, pour donner du crédit à sa démarche, susciter de l'émotion et attirer de la compassion sur sa personne.

AU regard de ce qui précède, le Haut-Commissariat appelle la Communauté camerounaise et l'ensemble du public à redoubler de vigilance et à faire preuve de discernement face aux différentes informations qui circulent dans les réseaux sociaux et qui sont diffusées parfois à dessein par de nombreux médias.»
, écrit le premier conseiller Philippe FOUDA TSILA.

Dans les réseaux sociaux, les camerounais n'ont cessé de railler, Mme OSSOMO NGANDZIGUI, qui accuse son mari d'appartenir à la "secte Famla" spécialisé dans la décapitation des femmes.

Le gouvernement devrait peut-être ouvrir une enquête au Cameroun, pour débusquer cette secte et ses membres, afin de protéger, Mme OSSOMO NGANDZIGUI, qui sera expulser de son pays d'accueil.

Didier Cebas K.

ADS

 

Lire aussi : Richard Bona : «L'Olympia est prestigieux mais très coûteux, On ne fait pas de l'argent en jouant là bas»

ADS

ADS

Les plus récents

Rechercher un article

ADS