Cameroun - Economie. Le MRC craint que le rachat de Guinness Cameroun par la SABC ne débouche sur un monopole

cameroun24.net Dimanche le 17 Juillet 2022 Opinion Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Dans un communiqué parvenu à la rédaction de Cameroun, ce parti politique, leader de l'opposition au Cameroun, appelle à la vigilance la commission nationale de la concurrence.

ADS


COMMUNIQUÉ


Le 14 juillet les Groupes Castel et Diageo ont annoncé, par un communiqué conjoint, la cession par Diageo de Guinness Cameroun S.A. à la Société anonyme des Brasseries du Camerou ( SABC), entreprise du groupe CASTEL.

La vente et l'achat d'entreprises sont des opérations tout à fait normales du monde économique. D'ailleurs, le rapprochement et la fusion d'entreprises de petite taille ou de taille moyenne peuvent être recommandés lorsque les conditions sont réunies, afin de leur permettre d'avoir une taille critique pour affronter la concurrence tant au niveau national qu'international.

Mais dans une économie libérale, dont le moteur est la compétition, les achats et les fusions-acquisitions d'entreprises ne doivent pas aboutir à la création d'oligopoles, de monopoles ou de quasi-monopole. Or c'est bien le risque que présente l'achat de Guinness Cameroun S.A. par les Brasseries du Cameroun S.A., à savoir l'octroi à cette entreprise qui domine déjà très largement le secteur, d'un quasi-monopole dans le secteur brassicole dans notre pays. En outre, il faut craindre les conséquences de cet achat de Guinness Cameroun par les Brasseries du Cameroun sur l'emploi, dans un pays où le chômage, en particulier des jeunes, est devenu un fléau national.

Il est significatif à cet égard que le groupe Castel lui-même ait indiqué que cette acquisition était annoncée sous réserve de  ce que pourraient en dire les autorités de la concurrence.
 
Le MRC appelle la commission nationale de la concurrence ainsi que son pendant de la CEMAC à exercer la vigilance nécessaire, afin de s’assurer, chacune en ce qui la concerne, que les règles garantissant une saine concurrence et faisant échec à d'éventuels abus de position dominante sont scrupuleusement respectées. Il y va de l'intérêt des consommateurs camerounais et de la compétitivité de l'économie nationale.

Secrétaire National à a Communication
Joseph Emmanuel ATEBA


Lire aussi : Les Brasseries du Cameroun rachètent Guinness Cameroun
 



Public Release


On 14 July, the Castel and Diageo Groups announced, in a joint press release, the sale by Diageo of Guinness Cameroon S.A. to Société anonyme des Brasseries du Camerou (SABC), a CASTEL group company.

The sale and purchase of businesses are completely normal operations in the economic world. Moreover, bringing together and merging small or medium-sized companies can be recommended when conditions are met, in order to allow them to have a critical size to face competition both nationally and internationally.

But in a liberal economy, powered by competition, purchases and mergers and acquisitions of companies must not lead to the creation of oligopolies, monopolies or quasi-monopolies. However, this is the risk presented by the purchase of Guinness Cameroon S.A. by Brasseries du Cameroun S.A., namely the granting to this company which already largely dominates the sector, of a quasi-monopoly in the brewing sector in our country. In addition, we must fear the consequences of this acquisition of Guinness Cameroon by the Brasseries du Cameroun on employment, in a country where unemployment, especially among young people, has become a national scourge.
It is significant in this respect that the Castel group itself indicated that this acquisition was announced pending approval by the competition authorities.

The CRM calls on the national competition commission as well as its CEMAC counterpart to exercise the necessary vigilance, in order to ensure for each one as far as it is concerned, that the rules guaranteeing healthy competition and preventing possible abuses of a dominant position are scrupulously respected. It is in the interest of Cameroonian consumers and the competitiveness of the national economy.
                   

National Communications Secretary
Joseph Emmanuel ATEBA

ADS

 

ADS

ADS

Les plus récents

Rechercher un article

ADS