Revolution Abeilles. Le pouvoir de Yaoundé met la pression maximale sur l'opposition après les marches du 22 septembre

cameroun24.net Jeudi le 24 Septembre 2020 Société Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
A en croire les avocats des manifestants, les arrestations se poursuivent après les marches et de nombreux cadres de l'opposition sont recherchés.

ADS


Le leader du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun, Maurice KAMTO est assigné à résidence depuis le 20 septembre 2020 a appris cameroun24.

Son porte parole et conseiller, Bibou Nissack est en garde à vu, y compris le trésorier national de son parti Alain FOGUE détenu dans la prison secondaire du Secrétariat D'Etat à la Défense, l'un des plus grand camps de gendarmerie du pays.

Trois militants de Stand up for Cameroon que dirige l'opposante Edith Kah Wallah qui ont participé la veille de la marche à une réunion sont accusés de terrorisme et sont placés en détention provisoire.

Selon les avocats, une centaine de personnes sur indication de certains militants et sympathisants du régime de Yaoundé sont arrêts dans les quartier, dans leurs domiciles. D'autres sont activement recherchés et se cachent.

Le plus célèbre d'entre eux est l'honorable Albert Nzongang, un conseiller de Maurice Kamto, dont la police a encerclé le domicile depuis le 22 septembre. Selon ses proches, il est dans un lieu tenu secret.

Ceux-ci dénoncent le retour d'une violente dictature au Cameroun, où tous ceux qui réclament la démission du Président de la République sont muselés, brimés, jetés en prison.

Ange NGO

Lire aussi : Les arrestations se poursuivent dans les rangs du MRC au Cameroun
Lire aussi : Scandale devant le domicile de Maurice Kamto à Yaoundé
Lire aussi : Le gouvernement renforce le dispositif militaire chez Maurice KAMTO

Facebook

ADS

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Rechercher un article

ADS