Coronavirus. Le sud lance sa campagne de vaccination contre le covid-19

cameroun24.net Mercredi le 14 Avril 2021 Société Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
La vaccination pour atténuer les cas graves: La cérémonie de lancement de la campagne de vaccination anti-Civid-19 dans la région du Sud a débutée le 14 avril dernier à l’esplanade de l’hôpital régional d’Ebolowa sous la conduite du personnel de santé au rang duquel le délégué régional de la santé publique et le gouverneur de la région président du comité de veille sanitaire, lui qui a prêché par l’exemple en prenant sa première dose de vaccin Sinopharm.

ADS


Après une présentation globale de la situation sanitaire dans la région du Sud par le délégué régional  de la santé publique du Sud, Dr Bidjang Mathurin, il a été question de dire que le vaccin fait partie intégrante de stratégies mises sur pied par le gouvernement de la République  en vue de la lutte contre le Covid-19. Le vaccin se situant ainsi dans le prolongement des mesures barrières édictées par le gouvernement de la République. Il faut toujours se laver les mains, porter son masque et respecter la distanciation physique.

Aujourd’hui, la région du Sud se positionne au 6 ème rang des régions contaminées dans l’ensemble du pays, ce qui interpelle chacun à un effort supplémentaire à faire dans la lutte contre la propagation de la pandémie.  Car, depuis mars 2020, 79.562 tests ont été réalisés dans la région pour 3044 cas positifs, 2057 personnes ont guéris, 355 en milieu hospitalier  et 1702 à domicile pour 44 décès malheureusement. Actuellement, la région compte  940 cas confirmés et sous traitement parmi lesquels 70 cas en milieu hospitalier, 870 pris en charge à domicile et 115 personnel de santé atteint par la maladie.

Pour le délégué régional de la santé publique du Sud, « tous les 10 districts de santé sont concernés, les plus touchés étant, Kribi avec 1085 cas, Ebolowa avec 573 cas, Ambam 258 cas, Sangmélima 408 cas, Zoétélé 122 et Meyomessala bref, tous les districts de santé sont impactés aujourd’hui ». Depuis la résurgence de la pandémie, la croissance de celle-ci est constatée au quotidien. Ainsi, le plan gouvernemental de riposte en plus de mesures barrières, la stratégie des 3T est mise en branle, il s’agit de traquer, tester et traiter.

Depuis quelques jours, s’est ajoutée la stratégie de vaccination  pour y faire face. Selon le patron de la santé publique au Sud, la région à donc bénéficiée de 7200 doses de vaccin Sinopharm. Le vaccin n’est rien d’autre que cette particule morte, inactive introduite dans l’organisme qui va développer   ses propres défenses en vue de faire face aux attaques contre le virus lorsqu’on est contaminé. Il est question de se protéger ainsi contre les formes graves de la maladie. Pour lui, ce vaccin est adapté au système de vaccination camerounais, et la science atteste que son efficacité peut être évaluée à 60 %. Pour les vaccinés de ce jour parmi lesquels le gouverneur de la région du Sud, la seconde dose leur sera administrée deux semaines après.

Pour le Dr Niraka Todou Jean Claude, coordonateur régional du programme élargi de vaccination au Sud, « les cibles sont, le personnel sanitaire vu des chiffres élevés en milieu hospitalier, les enseignants,  les personnes de plus de 50 ans présentant les facteurs de co-morbidité tels que le diabète, l’hypertension artérielle et autres. L’ensemble de la région dispose de 13 sites de vaccination, 02 à Ebolowa, 02 à Kribi et 02 à Sangmélima et le reste des districts de santé 01 site de vaccination ». Il faut dire que les femmes enceintes et les personnes âgées de moins de 18 ans ne sont pas concernées. Il faut réaffirmer que la vaccination n’est pas un traitement miracle mais accompagne l’action des mesures barrières, il est donc pris à titre préventif pour réduire les cas compliqués lorsqu’on est contaminé.

Ainsi, après la prise du vaccin, la personne vaccinée est mise sous observation pendant 15 minutes. Pour les différents responsables sanitaires, il est question que l’exemple suive avec d’autres personnes pour aspirer à une immunité collective au sein des populations.                                

Photo: Lancement de la campagne de vaccination anti-Covid-19 dans la région du Sud

Jacques Pierre SEH


Réaction
Félix Nguélé Nguélé

Gouverneur de la région du Sud, après la prise de sa 1 ère dose de vaccin anti-Covid-19.
« …,  en le faisant, on renforce ce que nous recherchons  tous à savoir l’immunité collective des populations de la région contre la pandémie  du Covid-19 ».

Il fallait montrer l’exemple, je viens de recevoir ma dose de vaccin. Le sentiment qui m’anime est celui de la confiance, de l’assurance. Confiance en la stratégie arrêtée par le gouvernement de la République qui  a inclus la vaccination parmi les mesures préventives. Et assurance que le vaccin qui a été choisi est sûr et efficace. En me soumettant à cet exemple de vaccination, c’est un signal fort à l’endroit  de nos populations de la région du Sud afin que celle-ci se vaccine aussi. Les doses de vaccin reçues suffisent pour couvre les besoins du personnel médical, il y’ aura un surplus. Nous voulons que beaucoup se porte volontaire pour se faire vacciner car, en le faisant, on renforce ce que nous recherchons  tous à savoir l’immunité collective des populations de la région contre la pandémie  du Covid-19. La situation n’est pas bonne, les chiffres font état de l’augmentation des cas de contamination. Il faut faire un effort pour briser la chaîne de contamination, nous  étions 7 ème région la plus affectée. Maintenant, nous sommes 6 ème  région la plus affectée. Ce qui veut dire que cette progression macabre est inquiétante. Il faut que les uns et les autres prennent conscience, on à besoin des efforts de chacun pour lutter contre le Covid-19.


Propos recueillis par Jacques Pierre SEH


 

Lire aussi : Le scandale sur le gestion des fonds Covid-19 se poursuit au Cameroun
Lire aussi : Détournements des fonds Covid-19: Laurent Esso veut les pièces d'investigation pour lancer les poursuites
Lire aussi : Human Right Watch tire la sonnette d'alarme sur les détournements massifs de fonds Covid-19 au Cameroun

Facebook

ADS

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Rechercher un article

ADS