Crise anglophone. Maurice Kamto condamne le massacre de Muyuka et interpelle le gouvernement camerounais

cameroun24.net Mercredi le 29 Juin 2022 Opinion Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Dans une déclaration parvenue à la rédaction de cameroun24, le président du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun s'insurge contre l'incapacité du gouvernement camerounais à prévenir les conflits interethniques.

ADS


ÉCLARATION SUR LE MASSACRE DU 25-26 JUIN 2022 DANS LE VILLAGE DE BAKINJAW ET SUR L'INCAPACITÉ DU GOUVERNEMENT À PRÉVENIR DES CONFLITS INTERCOMMUNAUTAIRES POURTANT RÉCURRENTS


Entre le 25  et le 26 juin 2022 un des plus graves massacres dûs à un conflit intercommunautaire a eu lieu dans le village de Bakinjaw, Arrondissement d'Akwaya, Département de la  Manyu dans la Région du Sud-Ouest de notre pays. Ces massacres sont consecutifs à une violente attaque  attribuée à la communauté Oliti par certaines sources non encore confirmées par les enquêtes, contre la communauté Messaga Ekol. Ils ont fait plusieurs dizaines de morts.

L'attaque du 25-26 juin serait une vengeance faisant suite à une agression que les Oliti auraient subi eux-mêmes en date du 29 avril 2022. Tout porte à croire que les rivalités meurtrières entre les deux communautés auraient pour enjeux l'accès aux terres.

Lire aussi : Un conflit inter-ethnique fait plus de 30 morts dans le Sud-Ouest du Cameroun

Quoi qu'il en soit, le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) est profondément choqué par le bilan de cette confrontation intercommunautaire.

Le MRC condamne avec la dernière énergie le recours à la violence dans le règlement de tout différend.  

En mon nom et aux noms des militants et sympathisants du MRC, je présente nos sincères condoléances aux familles des victimes. Nous souhaitons par ailleurs nos vœux de prompt rétablissement aux nombreux blessés.

Ce drame interpelle encore sur la construction d'un vivre-ensemble apaisé dans notre pays, et on ne peut que déplorer la défaillance des autorités compétentes et du gouvernement qui, après  les premières attaques violentes survenues le 29 avril 2022, n'ont pas été proactifs.

Ce massacre communautaire  intervient après ceux, récurrents, déplorés dans le Département du Logone-et-Chari entre Arabes Choas et Mosgoum, Kotoko et Massa. Il pose le crucial problème de la construction de la Nation dans notre pays, lequel ne semble manifestement pas être une préoccupation majeure du gouvernement, en dépit des incantations officielles.

Fait à Yaoundé le 28 juin 2022
Le Président National
Maurice KAMTO

 

Lire aussi : L'armée camerounaise déjoue un attentat dans un marché à Bamenda
Lire aussi : Ce que pense le président français Emmanuel Macron de la crise dans les régions du Nord-Ouest et Sud-Ouest du Cameroun
Lire aussi : Urgent : Une bombe artisanale explose à Yaoundé à quelques heures de l'arrivée d'Emmanuel Macron

ADS

Les plus récents

Rechercher un article

ADS