Cameroun - Diaspora. POUR LA CREATION D’UN MINISTERE DE L’INTEGRATION REGIONALE DES CAMEROUNAIS DE L'ETRANGER ET DE LA SOLIDARITE NATIONALE AVEC LA DIASPORA

cameroun24.net Jeudi le 17 Septembre 2020 Opinion Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Il est temps que le Cameroun accorde la plus haute importance à l’engagement de la diaspora et bénéficie de la réserve de compétences et des talents des camerounais de l’extérieur, pour poursuivre son développement et offrir d’excellentes perspectives pour l’émergence.

ADS


En associant de manière plus concrète et complète les camerounais de l’étranger, à travers des politiques et des programmes stratégiques, le gouvernement freinera son instrumentalisation par l’opposition.

La mise en place d’un cadre institutionnel, un ministère de l’intégration régionale des camerounais de l’étranger et de la solidarité nationale avec la diaspora, chargé de répondre aux demandes et attentes pressantes de nos compatriotes et inversement du Cameroun, permettrait d’organiser et structurer les relations avec la diaspora.

Son mandat sera axé sur la mise en œuvre de la politique d’intégration, le développement et l’émergence, la concorde et la solidarité nationale.

L’institution qui sera créée, doit cibler les résidents permanents, les résidents temporaires, les sans- papiers, les camerounais naturalisés (toutes générations comprises).  

De nombreux pays, tels que le Sénégal, le Gabon, le Niger, le Congo le Mali, la Côte d’Ivoire, le Maroc, ont créé une structure gouvernementale pour l’intégration de leurs nationaux à l’étranger, en les associant au développement. Cette liste n’est pas exhaustive.

La diaspora camerounaise vertueuse constitue un bon risque humain, en matière d'innovation, d'investissement direct, de rapatriements de fonds, de transfert de capital humain.

Cependant, le traitement du dossier de la communauté camerounaise résidant à l'étranger ne peut être appréhendé uniquement dans le domaine économique. Son caractère multidimensionnel et transversal le justifie et invite à réfléchir notamment sur les problématiques suivantes :

1. Comment intégrer les résidents camerounais à l'étranger dans la contribution et la marche de notre démocratie directe, participative et représentative, à la politique des grandes opportunités ?
2. Comment promouvoir une démarche novatrice susceptible de constituer le point de départ d'une nouvelle politique, d'un nouvel élan, qui instaure un climat apaisé et de confiance réciproque ?
3. Comment traduire dans les faits, les promesses et la volonté du Président de la République, S.E.M. Paul BIYA, en termes de reconnaissance, d'intégration institutionnelle, dans l'orientation de l'action politique à conduire et le choix des acteurs ?

Ce nouveau ministère se déploiera, en coordination avec tous les ministères concernés (Administration Territoriale – Relations Extérieures – Finances – Economie – Travail et protection sociale – Santé – Environnement - Recherche  Scientifique – Education – Enseignement – Elevage –Agriculture – Tourisme – PME), au premier chef, la Primature.  
Ce nouveau ministère allégerait le Ministère des Relations Extérieures dans certaines missions.

Les camerounais résidant à l'étranger constituent une force, un atout véritable, mais également un gigantesque potentiel de ressources humaines.

Il est possible et souhaitable d'aller plus loin en faisant émerger dans le paysage institutionnel camerounais, un cadre, une organisation, un ministère dédié, lors du futur remaniement ministériel.

A l’instar du droit de vote historique accordé par le Président de la République S.E.M. Paul BIYA aux camerounais de l’extérieur, qui a tenu l’engagement pris devant eux, à Paris, le 24 juillet 2009, ces extraits de son discours seront également traduits en actes :
«  (…) En ce qui vous concerne, là où vous exercez votre activité, en France ou ailleurs, je voudrais que vous sachiez que je suis informé du caractère industrieux de vos communautés, et pour beaucoup, du haut degré de compétence dont vous faites preuve. Vous faites ainsi honneur au Cameroun, et je tiens à vous en exprimer toute mon appréciation.
Mais, il va sans dire que mon vif souhait est de vous voir un jour mettre le savoir et le savoir-faire que vous avez pu acquérir, au prix de tant d’efforts personnels, et pour certains, grâce à l’assistance de l’État, que vous mettiez ces talents au profit du développement du Cameroun (…)
Je vous invite aussi à demeurer des citoyens loyaux et fidèles aux institutions de leur pays, où qu’ils se trouvent. Et c’est ainsi et ainsi seulement que vous donnerez du Cameroun l’image positive qu’il mérite et contribuerez à son rayonnement et au succès de notre œuvre commune.
Outre la mission d’intégration des camerounais de l’extérieur, ce ministère peut également servir, notamment à :
-faciliter des jumelages avec les régions.
- mettre en place un réseau des diasporas camerounais, pour mobiliser les compétences dans les pays d’accueil et constituer des groupes d’influence efficaces.
- mobiliser les investisseurs et mettre en place un réseau d’entrepreneurs et d’affaires.
-favoriser le retour temporaire ou définitif des experts (médecins, avocats, professeurs, ingénieurs scientifiques …).
-organiser des conférences annuelles avec la diaspora au Cameroun.
-organiser des journées de découverte du Cameroun et des événements culturels au profit des enfants camerounais de la diaspora -Proposer aux jeunes camerounais de l’étranger âgés de 16 à 26 ans des voyages de découvertes de la vie culturelle, sociale, économique et touristique du Cameroun
-apporter une assistance sociale et humanitaire aux familles en deuil, aux sans-papiers visés par des mesures d’éloignement dans les pays d’accueil.
-mettre en place une assistance juridique et judiciaire.
-faciliter la création d’une banque dédiée aux camerounais de l’étranger
La création d’un ministère de l’intégration régionale des camerounais de l’étranger et de la solidarité nationale avec la diaspora, affermira la confiance de la diaspora camerounaise, en réconciliant une large majorité avec les pouvoirs publics, tout en favorisant la contribution à la vie économique, sociale, politique, scientifique, culturelle du Cameroun, pour son émergence.

Maitre Martin LONGO
Avocat pénaliste aux barreaux de Bordeaux et du Cameroun
Président de la Commission Politique de la Section RDPC France-Sud
Coordonnateur du Front de Biyaistes Indomptables Internationaux
Ancien Président de la sous-Section RDPC de Bordeaux
Ancien Président de la Communauté camerounaise de Bordeaux
Ancien Président de l’association Échanges Bordeaux-Cameroun
Ancien Premier Vice-Président du C.R.E.A.E.M (Cercle de Ressources et d’Échanges Euro-méditerranéens )
Ancien Président de la Commission relations-extérieures et co-développement du C.R.E.A.E.M

Lire aussi : Renouvellement passeport : le professeur Achille Mbembe recadre le professeur Jacques Fame Ndongo qui l'accuse de mensonge
Lire aussi : Renouvellement passeport : Le professeur Jacques Fame Ndongo accuse le professeur Achille Mbembe de mensonge
Lire aussi : La Brigade Anti Sardinard traque Brenda Biya dans un hôtel à Paris

Facebook

ADS

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Rechercher un article

ADS