Afrique - Football. Papa DIOUF regrette le départ de ISSA HAYATOU de la CAF

cameroun24.net Le 20 janvier 6791 Opinion Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Invité de Télefoot ce dimanche Pape Diouf n’est pas allé du dos de la cuillère pour fustiger les dirigeants actuels de la confédération africaine de football.

 

« Je déplore simplement que depuis son départ, Issa Hayatou (président de la CAF de 1988 à 2017) n’ait pas été remplacé. Peut-être qu’il était critiquable, mais au moins il avait le caractère de l’emploi, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui (….) je déplore ça en tant qu’Africain et je ne suis pas le seul…» Il faut dire que la situation créée par Ahmad en acceptant l’organisation de la CAN Futsal à la ville de Laâyoune (Sahara Occidental) a encore ajouté à la division de l’Afrique.

PS

Regardez

SUR LE MEME SUJET : Afrique - Football

DANS LA MEME RUBRIQUE : Sport

Facebook

ENTREZ VOTRE COMMENTAIRE





Saisissez ce code CAPTCHA code dans la zone de texte ci-dessous

LES COMMENTAIRES

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Lire aussi

  • Affaire Obama : Quand les extrémistes haineux tribaux de tous bords s'enjaillent

    Depuis hier soir, je suis assailli in box et de centaines de tags me demandant de me prononcer sur l'affaire OBAMA-BAS.

  • Le MRC se félicite du boycott des élections par les camerounais

    Dans une déclaration parvenu à notre rédaction, le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun félicite et remercie les camerounais qui ont répondu au mot d'ordre de boycott des élections du 9 février dernier.

  • Elections locales: Le conseiller de Maurice Kamto Christian PENDA EKOKA, salut le taux d'abstention élevé

    En répondant massivement à notre appel au boycott des élections législatives et municipales, nos compatriotes ont compris l'essence de notre message que le système électoral actuel, verrouillé et corrompu, est la...

  • Crimes Post-Électoraux dans la république du cynisme

    A la fin du scrutin du 9 février 2020, des camerounais ont été odieusement tués à Foumban parce que des gens se battaient pour « sécuriser » les urnes menacées de « viol » par les fraudeurs aux élections.

  • Convertisseur

    Meteo Yaoundé