Revolution Abeilles. Représailles: Les véhicules d'un notable incendiés à Baham

cameroun24.net Jeudi le 15 Octobre 2020 Société Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Ses bourreaux l'accusent d'avoir livré des manifestants à la gendarmerie le 22 septembre 2020 dernier a appris cameroun24.

ADS



Le notable Sa'a Maffo, du village Baham, dans le département des Hauts-plateaux, région de l'Ouest du Cameroun a vécu un évènement effroyable cette nuit.

Des individus non identifiés se sont introduits par effraction dans son domicile, qu'ils avaient projetés d'incendier.

Il aura la vie sauve grâce à des visiteurs présents dans son domicile. Les assaillants vont rebrousser chemin en proférant des menaces et incendiant tous les véhicules présents sur la cour.

Ces derniers qui lui reprochent d'avoir livré des manifestants à la gendarmerie lui ont promis de revenir.

Cette crise prend une tournure très inquiétante à l'Ouest du Cameroun, qui a connu dans les années 50 à 70, une rébellion armée contre les colons et le nouveau pouvoir installé à Yaoundé.

Et déjà dans la région l'on redoute un retour à cette période sombre de l'histoire du Cameroun.

Cette radicalisation de la population et vengeance inquiète et rappelle les débuts de la crise anglophone.

Le gouvernement de la République qui reconnu dans une récente sortie du ministre de la communication avoir arrêté 65 personnes à l'Ouest pour trouble à l'ordre public et projet insurrectionnel, est une fois de plus interpellé pour maintenir la cohésion sociale et atténuer la fracture sociale et tribale observée ces derniers temps.

En effet, lors des mêmes manifestations du 22 septembre 2020, dans la ville de Douala, des ressortissants d'une tribu se sont ventés d'avoir arrêtés des bamilékés de l'Ouest pour les livrer à la police.

Le lendemain de cette marche, le patron d'un ressortissant de l'Ouest militant du MRC qui avait appelé à cette marche, avait arrêté ce dernier pour le livrer aux renseignements généraux.

La famille d'une ministre a également été chassé d'une église à Paris par des activistes de la diaspora camerounaise sympathisants du MRC. Ces derniers ont même traqué la fille du président de la République Brenda Biya, et donné un ultimatum aux responsables de l'hôtel où loge cette dernière afin qu'elle soit expulsée.

Autant d'évènements et d'attitudes qui inquiètent tout observateur de la scène politique au Cameroun.

Il est plus que temps que le gouvernement accepte de régler par le dialogue les crises multiformes qui menacent d'embraser la MAISON CAMEROUN.

Ange NGO

maffo_saa_notable_baham

Lire aussi : Libération de Awasum Mispa, présidente des femmes du MRC
Lire aussi : Lettre ouverte de Olivier Bibou Nissack adressé au Président français Emmanuel Macron
Lire aussi : Libération de Boyom Rosine du MRC, Awasum Mispa reste en prison

Facebook

ADS

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Rechercher un article

ADS