Cameroun - Politique. Un avocat camerounais accuse Julie Oyono de vouloir museler ses compatriotes sur facebook

cameroun24.net Mercredi le 29 Juillet 2020 Société Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Pour Me Christian Bomo Ntimbane, la coincidence entre l'arrivée de l'avocate camerounaise Julie Oyono au conseil de surveillance de facebook et la fermeture de certains groupes facebook camerounais est troublante.

ADS


Le 28 juillet dernier, Mathieu Youbi, le fondateur du groupe "LCCLC - Le Cameroun C'est Le Cameroun", a publié un communiqué dans lequel il informait l'opinion que son groupe a été fermé temporairement par Facebook à la demande du gouvernement camerounais.

Certains y voient déjà une tentative de musèlement de l'opposition au Cameroun car Mathieu Youbi, le fondateur de ce groupe est un membre duMouvement pour la Renaissance du Cameroun - MRC, dont le leader au Cameroun, Maurice Kamto continu de revendiquer sa victoire à la dernière élection présidentielle d'octobre 2018.

Pour d'autres, principalement les défenseurs du régime de Yaoundé, ce groupe était devenu le chantre de la propagation de la haine et du tribalisme, et fragilisait sérieusement le vivre ensemble chert au gouvernement camerounais.

Le fondateur de la Société Civile Critique, proche de l'opposition voit dans cette fermeture la main de la camerounaise Julie Oyono, qu'il accuse de vouloir empêcher le débat citoyen dans son pays et annonce des plaintes en France :

«Madame Julienne Oyono, nommé récemment membre du comité de surveillance Facebook, nous vous interpellons pour garantir la liberté d'expression du peuple camerounais.

Nous ne pouvons pas comprendre pourquoi avec votre arrivée et pour la première fois autant de forums camerounais de débat citoyens sont supprimés à la demande du gouvernement camerounais au curieux motif d'atteinte à l'image et à la paix du Cameroun.

Les citoyens camerounais libres ne vont pas se laisser faire.

Nous allons saisir la justice en France pour le rétablissement de ces comptes pour atteinte à notre liberté fondamentale qui est celle d'expression.»,
écrit Me Christian Bomo Ntimbane.

LCCLC n'est pas le seul groupe qui a été fermé pour le moment, D'autres groupes et des personnalités publics bien connus dont les propos haineux et tribalistes sont encore présents dans les réseaux sociaux aussi bien dans le régime que dans l'opposition, n'ont pas été fermé.

Du coup l'on s'étonne de ces fermetures ciblées qui prêtent déjà à confusion, tant que ces autres autres groupes que nous nous gardons de citer ici restent ouverts.

Ange NGO

Lire aussi : La CRTV donne la parole à Chantal Ayissi pour répondre à Roméo Dika
Lire aussi : La réaction de Grégoire Owona aux accusations de Roméo DIKA
Lire aussi : Maurice Kamto rend hommage à Ruben Um Nyobe

 

Facebook

ADS

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Rechercher un article

ADS