Cameroun - Justice. Œuvre sociale: Des dons pour les femmes de la prison de New-bell

Lucienne Wouassi | La Nouvelle Expression Mercredi le 03 Février 2016 Société Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Elles ont reçu ce dimanche 31 janvier 2016, la visite des femmes de la plateforme virtuelle Kamer Sisters.

ADS


Gaelle Fomekong est pensionnaire à la prison centrale de New-Bell depuis plusieurs mois. Cette femme qui a perdu sa liberté est confrontée au quotidien aux problèmes liés à l’hygiène. Etre  une femme, ce n’est pas la chose la plus aisée en milieu carcérale. En période de menstrues, c’est encore plus difficile. « Je ne reçois  plus de visite. Pendant cette période, j’utilise le papier hygiénique et je suis obligée de me changer au mois 6 fois », avoue-t-elle. Comme cette dernière, plusieurs autres femmes incarcérées ici, connaissent un calvaire pendant cette période. Jacqueline Ndogmo  quant à elle bénéficie du soutien de sa famille. « C’est ma famille qui me procure mes serviettes hygiéniques pendant cette période. Mais j’ai des règles douloureuses et pour ce cas précis, je vais à l’infirmerie où on me donne des paracétamols pour me soulager », dit-elle. Mais ce n’est pas forcément le cas pour toutes les autres.

 C’est donc pour soulager les difficultés de ces femmes qui sont en détention, que les  dames de cette plateforme virtuelle baptisée Kamer Sisters ont voulu apporter leur soutien.  Y allant, C’est une journée de dimanche tout particulier pour les détenues.  C’est un jour de visite  en prison certes, mais la présence de ces femmes de cœur  vient ajouter un grain.  En effet, ces ambassadrices de bonne volonté  ne sont pas venues les mains vides.  Dans leurs bagages, des packages de toilettes, contenant entre autres des sceaux, savons, serviettes hygiéniques  et détergents. Un geste touchant qui ne laisse pas insensible les responsables de la prison. «  Vous touchez du doigt un problème très sensible chez la femme. La femme a ses problèmes et ce n’est pas facile pour elle de s’occuper de leur hygiène en milieu carcéral », précise Severin Ondoua, représentant du régisseur. S’il est vrai que la prison connaît régulièrement une succession de remise de dons, cette marque particulière pour l’hygiène des femmes, c’est assez rare. Cet élan de cœur qui part d’une réalité chez les femmes, est parti d’un projet virtuel pour devenir une initiative concrète baptisée, « bénévolat main sur le cœur  pour la prison». Nous sommes un groupe virtuel, mais on arrive à convertir ce virtuel au concret. Nous avons créé ce forum pour partager les astuces entre les femmes Camerounaises. Ce sont les femmes qui sont privées de leur liberté et nous avons pensé qu’elles mangent de suivi dans leur hygiène et leur dignité peut-être bafouée. Nous sommes des femmes et nous pensons que malgré le fait d’être incarcéré, elles doivent jouir de leur liberté », précise Nelly Nkeck, membre de Kamer Sisters.  La même action s’est également déroulée à la prison centrale de Kondegui.

 

 

Lire aussi : Un camerounais tabassé et jeté en prison par son employeur chinois alors qu'il réclamait son salaire
Lire aussi : Accusée de vouloir confisquer la maison d'un papa de 83 ans qu'elle a enfermé, Carine Mongoué réagit

ADS

Les plus récents

Rechercher un article

ADS