NBA. Cette star camerounaise de 130 millions de dollars de la NBA qui aurait pu être un prêtre

cameroun24.net Le 15 novembre 4335 Sport Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Pendant les 17 premières années de sa vie, Pascal Siakam n'a pas beaucoup appris le basketball. C'était juste un jeu auquel s'adonnaient ses frères aînés relate BBC.



Même si son père rêvait qu'un de ses enfants grandissant pour jouer en NBA, Siakam, le plus jeune de ses six frères et sœurs, était toujours plus intéressé par les autres sports.

"J'ai joué au foot. J'étais bon. J'aurais pu jouer au football si j'avais voulu ", dit-il.

"Le truc, c'est que, quand on devient grand, le basket est difficile à ignorer".

Siakam pratique ce sport depuis moins de 10 ans, son curriculum vitae est plus qu'impressionnant. Aujourd'hui âgé de 25 ans, il a été élu joueur le plus performant de la NBA lors de la saison dernière.

Il a été un acteur majeur dans le succès des Raptors de Toronto qui ont remporté leur premier titre en NBA.

Le chemin qui l'a conduit là n'est pas ce qu'on pourrait qualifié de conventionnel.

Né à Douala, capitale économique du Cameroun, Siakam a passé une grande partie de sa jeunesse au séminaire de St Andrews, où il s'est formé au sacerdoce dans une petite ville appelée Bafia.

A huit heures de route de chez lui, et avec la discipline de l'Eglise catholique présente dans sa vie, Siakam n'a pas toujours pu profiter des joies de sa ville d'accueil.

Mais l'expérience a fortement marqué son caractère et influencé son avenir.

"C'était très strict", dit-il. "Quand j'y suis allé, je ne savais pas vraiment comment faire beaucoup de choses".

"Ça m'a vraiment appris à être un homme. Comment prendre mes responsabilités et prendre soin de moi".

"J'y vais tout seul, je trouve un moyen et je me bats tout seul. J'y ai appris ces valeurs."

Pendant une grande partie des sept années de Siakam à St Andrews, le basket-ball n'a même pas été une priorité.

Il y avait des réveils quotidiens à 5 heures du matin, avec un horaire exigeant de corvées et de tâches à accomplir pendant les études.

Sa famille pensait que le sacerdoce était quelque chose qu'il pourrait choisir de poursuivre comme vocation. Encore une fois, Siakam pensait différemment.

"De toute évidence, vous êtes à l'église et c'est ce que vous faites tous les jours", dit-il. "Mon père a pensé à un moment donné que ça pourrait être quelque chose que je voulais faire, mais ça n'a jamais été ma vocation."

Il s'avère que sa vocation viendrait du sport qu'il a passé une grande partie de sa vie à essayer d'éviter.

En 2011, Siakam a participé avec des amis à un camp de basket organisé par la star camerounaise de la NBA Luc Mbah à Moute. Maintenant vétéran de la ligue depuis 10 saisons, Mbah a Moute, 33 ans, dirige encore des camps annuels de basket-ball dans son pays natal.

Ils ont également aidé un autre joueur du pays à se qualifier pour la NBA, Joel Embiid (25 ans), au centre des 76ers de Philadelphie.

Bien qu'il n'ait jamais joué au basket-ball professionnel auparavant, à 17 ans, la compétitivité et l'athlétisme de Siakam étaient incontournables et un an plus tard, il a été invité à participer au programme de développement international de la NBA, Basketball without Borders (BWB), en Afrique du Sud.

"C'était important pour moi", dit Siakam. "Ce n'est pas parce que j'y ai vécu une grande expérience de basket-ball, mais parce que c'est l'environnement qui m'entoure. La NBA, les entraîneurs. Cela m'a ouvert les yeux sur un monde différent que je ne connaissais pas vraiment.

"Cela m'a excité et je me suis dit que si j'avais la chance d'aller aux Etats-Unis et de jouer, pourquoi pas ? Aussi, obtenir une bonne éducation. C'était le rêve."

A ce stade, jouer en NBA n'était pas jamais une attente - ni pour Siakam ni pour ses proches. Mais il avait de plus en plus d'admirateurs.

"C'était un enfant maigre et mince", dit Masai Ujiri, président des Raptors de Toronto, qui a rencontré Siakam pour la première fois en Afrique du Sud au camp BWB en 2012.

"Mais on pouvait voir ses compétences. Il avait en lui le don de marquer. Il était simplement très passionné par le jeu. On pouvait dire que c'était tout pour lui. J'adorais ça chez lui."

Ujiri est l'un des dirigeants les plus admirés de la NBA pour la façon dont il a supervisé la récente ascension des Raptors au sommet.

Comme Siakam, il a grandi en Afrique - au Nigeria - et pendant des années, il a cherché à investir sur le continent, à la fois à travers la NBA et individuellement, avec son propre programme de sensibilisation, Giants of Africa.

Bien sûr, lors de leur première rencontre en 2012, Ujiri n'avait aucune idée que quatre ans plus tard, il allait faire de Siakam son premier choix.

Mais il pouvait voir une énergie spéciale, une étincelle dans son jeu. Il l'a gardé avec lui.

"Il était tellement compétitif et il voulait gagner, dit Ujiri. "Vous voyez cet esprit se développer. Pour un enfant d'avoir ça à un jeune âge, c'est un transfert. Quand Pascal joue maintenant, on voit la victoire."

Siakam : "Je n'étais pas le plus grand joueur, mais j'étais implacable, j'avais cette mentalité de ne jamais abandonner et de toujours être dur quoi qu'il arrive.

"Je suis un athlète. "Tout ce qui implique de courir ou de sauter m'a toujours excité, alors le basket était excitant."

En 2012, les trois frères aînés de Siakam avaient chacun obtenu une bourse d'études aux États-Unis.

Le jeune Siakam suivra bientôt. Son énergie et son enthousiasme au BWB avaient suscité l'intérêt des scouts des Etats-Unis.

On lui a offert la chance de déménager à Lewisville pour terminer ses études secondaires. Maintenant âgé de 18 ans, il laisserait une vie entière derrière lui.

"Déménager du Cameroun au Texas, c'était un changement. Apprendre l'anglais, la culture, tout était différent, alors j'ai dû m'adapter", dit-il.

"Mais j'ai toujours été capable de changer de décor. Dès mon plus jeune âge, on m'a appris à le faire et je le fais naturellement."

Après avoir obtenu son diplôme d'études secondaires, Siakam a obtenu une bourse de l'Université de l'État du Nouveau-Mexique. Pendant qu'il y était, en octobre 2014, une tragédie se produisit.

Son père Tchamo a été tué dans un accident de voiture au Cameroun. Tout ce que Siakam a fait sur un terrain de basketball depuis est un hommage énergique à son père.

"Mon père a travaillé dur pour s'occuper de six enfants", dit Siakam.

"Il a travaillé dur pour s'assurer que nous avions tout ce dont nous avions besoin. Il a eu son rêve et je suis capable de le réaliser. Je suis fier de pouvoir le faire maintenant. J'aurais juste aimé qu'il soit là pour le voir."

Siakam a quitté l'État du Nouveau-Mexique après deux saisons de basket universitaire. Bien qu'il n'ait pratiqué ce sport que pendant quatre ans, il est parti en tant que Joueur de l'année de la Western Athletic Conference.

Néanmoins, pour certains, il a été considéré comme un choix risqué au repêchage en 2016.

"Mes gars sont très bons", dit Masai Ujiri. "Un de nos éclaireurs, Patrick Engelbrecht, m'a dit : "Garde un oeil sur lui".

"Il m'a emmené le surveiller quelques fois. Au fil des ans, vous les surveillez et vous suivez leur évolution."

Siakam s'était suffisamment amélioré aux yeux d'Ujiri pour le repêcher 27ème au premier tour. Son voyage avec les Raptors allait commencer.

Jama Mahlalela est l'entraîneur-chef de l'équipe de développement des Raptors. Il a entraîné Siakam lors de sa première saison en NBA, où il a basculé entre l'équipe de G-league et l'équipe principale. Pour lui, l'énergie et l'enthousiasme de Siakam étaient clairs dès le début.

Nous parlons beaucoup des joueurs de basket-ball " sans position ", dit Mahlalela. "Les joueurs qui ne sont pas qu'une chose en particulier. Pascal, c'est ça. Il peut jouer les meneurs jusqu'au centre. C'est un ensemble de compétences incroyables à mettre sur la table.

"Il conduit lui-même, jour après jour. Il n'accepte pas où il est aujourd'hui, il cherche toujours quel joueur il peut être demain."

Cette saison, Siakam en est à sa quatrième saison avec l'équipe canadienne de Toronto. Il a commencé l'année avec des attentes supplémentaires. On dit en NBA qu'il faut une superstar pour gagner. Le succès de la saison dernière l'a prouvé.

Après des années d'échec en play-offs, Ujiri et les Raptors se sont battus pour les barrières et ont échangé le joueur le plus décoré de la franchise, DeMar DeRozan, contre une superstar mécontente, Kawhi Leonard.

Le risque a porté ses fruits et les Raptors ont parfois semblé vouloir réussir grâce à l'intelligence de Leonard seul. Son départ estival chez les Clippers de Los Angeles les a privés d'une superstar.

C'est un vide que les Raptors sont confiants que Siakam peut combler. Après lui avoir accordé un nouveau contrat de 130 millions de dollars US (99,7 millions de livres sterling) sur quatre ans, les Raptors pensent que la seule solution pour Siakam est de monter. La transformation de simple joueur en superstar semble être achevée.

"En tant que champion, je pense que cela apporte plus de confiance et c'est une chose effrayante pour la NBA. Pascal avec encore plus de confiance, c'est de la difficulté ", dit Mahlalela.

"C'est naturellement un joueur confiant, il joue comme ça et je pense que maintenant que j'ai la confiance de dire que j'ai déjà gagné cette chose comme l'un des joueurs clés d'une équipe de championnat, cela va renforcer encore plus sa confiance.

Le championnat brille encore aujourd'hui. Siakam est retourné au Cameroun pour la première fois en sept ans cet été lorsqu'il a remporté le trophée de la NBA au camp de basket-ball des Géants d'Afrique organisé par Masai Uji

"Etre entouré de ces enfants qui ont rêvé d'être un jour où je suis aujourd'hui, leur apporter juste un avant-goût du trophée, quelque chose qu'ils peuvent toucher, c'était un sentiment incroyable," dit-il.

"En grandissant, je n'ai pas eu la chance de l'avoir dans les parages, alors c'était un moment spécial, c'est sûr."

Malgré la transformation remarquable - d'un enfant qui se réveillait à 5 heures du matin pour accomplir des tâches ménagères dans un séminaire à un joueur de basket-ball de plusieurs millions de dollars sur le point de devenir une superstar - Siakam reste incroyablement humble.

Parce que les Raptors sont la seule équipe de la NBA en dehors des Etats-Unis, il y a un sentiment au sein de l'organisation qu'ils sont souvent négligés.

Mais les improbables champions espèrent maintenant être conduits vers d'autres succès par un gars qui a les histoires les plus improbables. Un type qui rêvait d'être footballeur et qui aurait pu devenir prêtre.

"Le type de mentalité que nous avons dans l'équipe, c'est qu'il y a beaucoup d'outsiders et de gars qui ont toujours été dans cette position", explique Siakam.

"Si vous demandez à n'importe quel champion, une fois qu'il a le goût de gagner, il veut toujours le récupérer. Donc pour moi, c'est mon prochain objectif.

"Nous avons une équipe complètement différente, des gens qui prennent de nouveaux rôles, et c'est excitant. C'est pour ça que tu joues."ri.

Isaac Fanin BBC Sport à Toronto

Regardez

SUR LE MEME SUJET : NBA

DANS LA MEME RUBRIQUE : Sport

Facebook

ENTREZ VOTRE COMMENTAIRE





Saisissez ce code CAPTCHA code dans la zone de texte ci-dessous

LES COMMENTAIRES

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Lire aussi

  • Record d’engagement dans les éliminatoires de la CAN féminine 2020

    Toujours dans l’attente d’un pays hôte pour la CAN féminine 2020, la CAF enregistre un record d’engagement dans les éliminatoires de la compétition.

  • Le camerounais André Onana parmi les finalistes du Ballon d’or africain

    La CAF a rendu publique la liste des 10 finalistes en lice pour le prestigieux titre de meilleur joueur africain de l’année.

  • Clément Arroga publie sa 2e liste des Lions A’

    Le sélectionneur des Lions Indomptables A’ a publié une liste de 35 joueurs qui prendront part au stage qui débutera le 9 décembre pour s’achever le 23 décembre.

  • Union de Douala continu sa descente aux enfers en Elite One

    En perdant à Bamenda face à PWD, l’Union de Douala a souscrit, pour la première fois, à une place dans la zone de relégation.

  • Convertisseur

    Meteo Yaoundé