Santé. Environ 30% d’enfants en Afrique subsaharienne souffrent de paludisme

cameroun24.net Jeudi le 01 Juin 2023 Société Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Des médecins européens et éthiopiens ont étudié la propagation du paludisme chez les enfants de six mois à cinq ans dans treize pays d'Afrique subsaharienne et ont constaté qu'environ 30% souffrait de cette maladie.



"Près de trois enfants sur dix étaient infectés par le paludisme", indiquent les chercheurs dont les conclusions et recommandations sont publiées par la revue PLoS One. "Cette étude a révélé que les enfants âgés de moins de cinq ans vivant dans des familles nombreuses à faible revenu dans les zones rurales sont les plus vulnérables à l'infection par le paludisme. Nos résultats indiquent clairement que l'utilisation des MII [moustiquaires imprégnées d'insecticide] et l'amélioration du logement sont des moyens prometteurs pour prévenir efficacement l'infection."

Les médecins, dirigés par Dagmawi Chilot, chercheur à l'Université de Gondar (Éthiopie), ont voulu connaître l'étendue du paludisme chez les enfants vivant en Afrique subsaharienne et les facteurs qui contribuent ou entravent l'augmentation du nombre de porteurs du plasmodium, parasite responsable du paludisme. Pour ce, ils ont passé au crible les données recueillies dans treize pays d'Afrique subsaharienne: le Burkina Faso, le Ghana, la Guinée, le Kenya, le Liberia, Madagascar, le Mali, le Malawi, le Mozambique, le Nigeria, la Sierra Leone, le Sénégal et la Tanzanie. Un échantillon total de 60.541 enfants âgés de 6 à 59 mois a été étudié pour identifier les facteurs associés au paludisme.

L’analyse de ces échantillons a montré la présence de l’infection d’une moyenne de 27,41%, variant de 5,04% au Sénégal à 62,57% en Sierra Leone. Les différences étaient similaires entre les enfants issus de familles riches et pauvres et entre les enfants des villes et des villages.

Les chercheurs ont également établi que l'utilisation de moustiquaires antipaludiques réduisait le risque d'infection de quelque 60%, ce qui prouve la nécessité de continuer à les utiliser.

Le paludisme

Le paludisme est l'une des maladies infectieuses les plus fréquentes chez les humains. Il est provoqué par des eucaryotes unicellulaires du genre Plasmodium. Selon les estimations actuelles de l'OMS, le nombre de porteurs de tous les types de paludisme dans le monde atteint aujourd’hui environ 220 millions. Tous les ans, la maladie cause quelque 400.000 décès. La plus grande partie des malades habite l’Afrique et les pays en développement de l'Asie du Sud.

L’humanité tente aujourd’hui de lutter contre le paludisme de deux manières: avec des médicaments détruisant le plasmodium dans le corps des patients et avec des moustiquaires imbibées de substances tuant les parasites. Mais ces derniers résistent de mieux en mieux, ce qui fait que les deux méthodes perdent rapidement leur efficacité.

TASS

 

Lire aussi : Communiqué relatif à l’actualité concernant Brenda BIYA : Le démenti du MRC
Lire aussi : Le Burkina Faso va reconnaître légalement les mariages religieux, coutumiers et interdire l’homosexualité
Lire aussi : Des chercheurs sélectionnent des moustiques génétiquement modifiés pour lutter contre le paludisme

Les plus récents

Rechercher un article